Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 16:00
Hacène njavascript:;ous a alertés dans un commentaire. Des hackers ont piraté les données d'un des principaux centre de recherche sur le climat, le Climatic Research Unit de la célèbre université de East Anglia en Angleterre.

Les documents, mis en ligne ICI mettent en évidence des grossières manipulations pour cadrer avec le consensus politique et économique ( voire eugénique) du "réchauffement climatique" dû à l'humain.


Des documents volés dans un centre de recherche alimentent les doutes sur le réchauffement


Des hackers ont forcé cette semaine les ordinateurs d'un des principaux centres de recherche au monde sur le climat, le Climatic Research Unit de la célèbre université de East Anglia en Angleterre. Ils ont rendu public environ 3 000 documents et un millier de courriers électroniques qui remontent pour certains jusqu'à 13 ans dans lesquels des scientifiques éminents, anglais et américains, semblent parfois s'accorder pour présenter et manipuler les données climatiques afin de mettre en avant la responsabilité humaine dans le réchauffement.

Les critiques, très minoritaires, sur le réchauffement et son origine se sont emparés de ces documents en considérant qu'il s'agit de preuves de la gigantesque manipulation qu'ils ne cessent de dénoncer. Les chercheurs affirment eux que ce ne sont que des débats d'idées et des oppositions scientifiques normales.

Pour Greenpeace, «si l'on regarde les courriers électroniques de n'importe quelle organisation au cours des dix dernières années, on peut toujours trouver quelque chose de troublant. Contrairement à ce que pensent les sceptiques, la Royal Society, la US National Academy of Sciences, la Nasa et les plus grands spécialistes dans le monde de l'atmosphère ne font pas partie d'un mouvement clandestin mondial contre la vérité».


On peut trouver ces documents ici.


Michael E. Mann, qui dirige le Earth System Science Center de l'Université de  Pennsylvanie souligne que les adversaires du réchauffement et de son origine humaine «ont pris ces mots totalement hors de leur contexte pour faire apparaître quelque chose de d'habituel et de trivial comme une manipulation».

Dans un courrier électronique remontant à 1999 le directeur du Earth System Science Center de l'Université de  Pennsylvanie, Phil Jones, fait allusion à l'une des publications scientifiques de Michael E. Mann dans le journal Nature et écrit «je viens juste de terminer le truc de Mike dans Nature d'ajouter le climat existant dans chaque série pour les 20 dernières années et de le retirer depuis 1961 pour cacher le déclin».

Pour Myron Ebell, responsable de l'énergie et de la politique sur le réchauffement climatiques du CompetitiveEnterprise Institute, financé par des entreprises américaines, ces documents montrent que les chercheurs se sont «arrangés» pour établir un consensus scientifique montrant que les hommes sont responsables du changement climatique. «Il est clair que certains des scientifiques les plus éminents en matière de climat dans le monde, comme ils sont toujours décrits, sont plus préoccupés par la promotion d'un discours politique alarmiste que par la recherche scientifique», déclare Myron Bell. «Certains courriers électroniques que j'ai lu montrent qu'on tort la réalité scientifique pour qu'elle corresponde aux positions politiques», ajoute-t-il.


[Lire l'article complet sur le Washington Post]


Source


Par exemple, deux tableaux de mesures des températures, le premier "brut" et le second publié. La manipulation est flagrante.




Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 14:48
Mondialisation
Le 4 novembre 2009


Source: Freeweb

Balivernes scientifiques : La pythonisse du catastrophisme climatique a pondu un nouveau livre sur le réchauffement climatique, à classer dans la fiction. Elle nous demande de nous suicider économiquement pendant qu’elle ratisse les millions de ses investissements écologiques.

 

« Notre choix : Un plan pour résoudre la crise climatique, » la suite du bouquin d’Al Gore « Une vérité qui dérange, » est sorti mardi. Imprimé sur papier recyclé avec de l'encre à faible teneur en COV (composé organique volatile), ce sera sans aucun doute un best-seller sur le bureau de chaque participant à la conférence sur le changement climatique du mois prochain à Copenhague.

 

Dans un communiqué de presse annonçant son livre, l’ancien vice-président, lauréat d’un Oscar et du Nobel, écrit : « Maintenant que la nécessité d'une action urgente est encore plus évidente avec les nouvelles conclusions alarmantes des trois dernières années, il est temps d’un plan d’ensemble mondial qui permette de résoudre réellement la crise climatique. ‘’Notre choix’’ répondra à cette exigence. »

 

La couverture du livre montre l'un des ouragans dont, selon ce que prétend Gore, la fréquence et l’intensité augmentent toujours. Ce qui s'est passé ces trois dernières années, c’est que ce genre d’affirmation a été complètement discrédité car, peut-être pour des décennies, la Terre est en train de se refroidir.

 

Par exemple, une étude récente, conduite par des chercheurs de l’Université dÉtat de Floride, a déterminé que, dans l'hémisphère Nord, la saison des ouragans de 2007 et 2008 ont manifesté l'activité tropicale la plus faible en trente ans.

 

Ryan Maue, coauteur du rapport publié en novembre 2008 sur l’« Activité cyclonique mondiale, » a utilisé une mesure appelée énergie cyclonique accumulée (ACE), qui combine la durée d'une tempête et la vitesse de ses vents à six heures d'intervalle. Les mesures de l’ACE des années 2007 et 2008 sont parmi les plus faibles depuis que les données mondiales fiables des satellites ont été pour la première fois disponibles, il y a trente ans.

 

Au même moment, dans un article obèse du New York Times, « Le double rôle de Gore : Défenseur et investisseur, » le livre d'Al Gore a été présenté au public. Il décrit à quel point il peut être rentable de sauver la Terre. Étant donné la précision des données climatiques d'Al Gore, son rôle serait mieux campé par « affabulateur et profiteur. »

 

En novembre 2007, Gore a rejoint la firme d'investissement Kleiner Perkins Caufield & Byers. En mai suivant, la société a annoncé un investissement de 500 millions de dollars dans des entreprises de technologie de mûrissage (maturing) écologique appelées Green Growth Fund.

 

Le groupe a ensuite annoncé que, dans les trois prochaines années, 700 millions de dollars supplémentaires seront investis dans de jeunes entreprises de technologie verte. Mais il n'y aura pas de retour sur ces investissements si le business de la technologie écologique se calme. Le battage médiatique et l'ardeur doivent être maintenus. Les sceptiques du changement climatique doivent être dénoncés comme des « négationnistes » [ndt : C’est ainsi que la radio France Inter les appelle depuis quelques mois, c’est fou l’influence d’Al Gore !].

 

Des documents financiers, publiés avant les élections de 2000, évaluaient à un à deux millions de dollars les avoirs nets de la famille Al Gore.

 

À peine neuf ans plus tard, sa richesse nette est estimée à environ 100 millions de dollars. Le porte-parole d'Al Gore ne divulguerait pas le chiffre de sa richesse nette actuelle, mais, selon le Times, « l'ordre de grandeur de sa richesse est manifesté par un seul investissement de 35 millions de dollars chez Capricorn Equity Group, une firme de Palo Alto, en Californie, qui oriente les investissements de ses clients vers la protection de l’environnement, c’est-à-dire, dans les produits corrects du point de vue environnemental.

 

L'an dernier, Gore a été le témoin vedette des audiences sur la législation du cap-and-trade* devant la Commission de la Chambre sur l’énergie et le commerce. Marsha Blackburn, député républicaine du Tennessee, a demandé comment a bien pu devenir si riches, si rapidement, un homme qui se consacre à la sauvegarde de la planète.

 

La député Blackburn a relevé que, au dernier décompte, Kleiner Perkins Caufield & Byers avait « environ un milliard de dollars investis dans 40 entreprises qui vont bénéficier de la législation du cap-and-trade dont nous discutons ici aujourd'hui. »

 

Gore a répondu qu'il n’est qu’un homme d’affaire heureux dans une économie capitaliste, qui a placé son argent dans ce qu’il défendait.

 

Peut-être mais, en même temps, il préconise des mesures reposant sur des foutaises scientifiques, qui, pendant qu'il s’enrichit lui-même, vont dévaster l'économie étasunienne et provoquer d'énormes pertes d'emplois, de croissance économique et de PIB.

 

Les Étasuniens consommateurs et contribuables sont dans le mauvais camp de sa magouille de Ponzi écologique. Quelque part, il y a Bernie Madoff qui sourit.

 

 

* Ndt : Cap-and-trade : Système par lequel le gouvernement établit des quotas aux entreprises qui limitent la quantité de gaz à effet de serre qu'elles peuvent produire, tout en offrant la possibilité à ces dernières de vendre à d'autres entreprises ou d'accumuler leurs droits d'émission surnuméraires.

 

 

Texte original en anglais: www.investors.com/NewsAndAnalysis/Article.aspx?id=511204

le 3 novembre 2009.

 

Traduction : Pétrus Lombard

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15927

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 11:08
Alors que les chinois avouent avoir provoqué de la neige en mettant des particules chimiques dans les nuages ( on ignore encore comment ), les autorités de Moscou prévoient un hiver sans neige, par les mêmes procédés.

Mais eux, ce sont des méchants, nous le savons tous.

Ici, chez nous, les gentils, ne règne que de la condensation...

A ce propos, hier, alors que la première perturbation est passée, le ciel est devenu tout bleu. Au contraire de toute la semaine passée, où les trainées parsemaient chaque jour le ciel, là, rien... rien du tout...
Même pas un avion passant dans le ciel alors que les jours d'avant, c'était l'heure où au moins quatre ou cinq avions s'activaient à laisser des traces ( de condensation, cela va de soit ).

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 20:44
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 06:16
A l'approche de Copenhague et du sommet pour imposer un peu plus le Nouvel Ordre Mondial centralisé et dominé par les banquiers et les taxes en tous genres, les médias, ces éternels collaborateurs des forces obscures, nous servent les mêmes plats, toujours réchauffés. Sûrement pour les enfants et les jeunes, car cela ne prend pas vraiment sur les autres.

Ainsi, les médias se font un malin plaisir à diffuser cette désinformation massive :

Climat: Londres publie une carte pour sensibiliser à la menace du réchauffement

Afin de sensibiliser aux enjeux du changement climatique à l'approche du sommet de Copenhague, le chef de la diplomatie britannique David Miliband et son frère, Ed, ministre en charge du dossier climatique, ont dévoilé jeudi une carte en ligne détaillant les effets prévisibles d'une hausse de quatre degrés Celsius sur la planète.

ICI


La carte-propagande est accessible ICI
D'une part, aucun scientifique n'est assez stupide pour prétendre que les températures vont s'élever partout dans le monde de façon homogène, puis, si on se penche un tout petit moment sur les températures des 150 dernières années, on constate que si les températures augmentent, c'est par paliers, et ont pris (même pas) 0,8°C en cette période.


Il faudra donc attendre 2750, a peu près, pour avoir une hausse de 4°C si l'oscillation reste à la hausse, ce que rien ne prouve sinon les élucubrations politico-financières du GIEC.

La preuve est la baisse amorcée des températures depuis maintenant 4 ans, baisse jamais pris en compte par le GIEC mais prévue par toutes les études sérieuses, largement disponibles sur Internet, ce qui discrédite ceux qui s'en tiennent encore au discours alarmiste, et ils sont nombreux, les escrolos...
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 10:59
Les images de paysages dans « Une vérité qui dérange ».
Martine Tabeaud et Xavier Browaeys



Dans le film documentaire « Une vérité qui dérange », comme dans tout autre film, toutes les images données à voir, ici des images de paysages, ont été choisies en fonction d’une ou de plusieurs intentions. Elles ont été sélectionnées dans des films ou des collections de photos. Puis, le réalisateur les a positionnées, avec l’aide d’un monteur, pour faire sens. Ce sont ces choix et ces usages, au profit d’une thèse bien affirmée, que nous avons interrogés. L’analyse porte donc sur les images de paysage qu’Al Gore met en œuvre comme des preuves destinées avec d’autres documents (cartes, graphiques, dessins animés) à emporter l’intime conviction des spectateurs. Elles participent à part entière au faisceau d’indices qui ont pour fonction de prouver le réchauffement climatique, d’en montrer les conséquences et d’en attribuer largement l’origine aux modes de vie des pays « riches ».

Al Gore, en présentant et en agençant des images et des sons durant 1 heure 38 minutes, met en place une stratégie de la perception destinée à un vaste public convaincu ou mieux, à convaincre. Bien sûr ces données visuelles et sonores s’inscrivent dans un scénario. Ici son déroulement est des plus classiques. Les séquences se succèdent dans un ordre logique : mécanismes, preuves, effets, causes et solutions. Le tout est entrecoupé par des scènes de la vie d’Al Gore (enfance, études, décès et accident de proches, candidature malheureuse à la présidence des États-Unis) dont le but est pour l’essentiel de donner une légitimité personnelle, universitaire et politique au personnage conférencier. Quelques moments emblématiques de l’histoire des États-Unis parsèment également le film. Malgré son grand intérêt, ce n’est pas sur l’organisation du film que nous nous pencherons mais sur le « corpus » d’images de paysage. Nous l’aborderons sous trois angles.

Lire la suite ICI

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 07:53

Le voleur de l'optimum médiéval avait déjà été retrouvé, L'auteur de la "Crosse de Hockey", qui est depuis 10 ans le principal pilier de la théorie du réchauffement anthropique, avait déjà été démasqué. Mais on ne savait pas encore par quel procédé exact Michael E. Mann avait obtenu le résultat qui effaçait, d'un seul coup, mille ans d'histoire.

La persévérance paie !... Grâce à la ténacité du statisticien Steve McIntyre, le voleur de l'optimum médiéval a enfin été confondu et Michael E. Mann vient d'être désigné comme le plus grand faussaire de l'histoire scientifique.

Tout le monde connait - pour l'avoir vue des milliers de fois depuis sa publication en 1998 - la fameuse "Crosse de Hockey" qui a rendu Michael E. Mann célèbre dans le monde entier :

 

La " Crosse de Hockey " intervenait à point nommé dans le débat sur le caractère anthropique du réchauffement. En effet, elle effaçait d'un seul coup les deux périodes récentes les plus gênantes décrites par les historiens :

  • L' "Optimum Médiéval", période de plusieurs centaines d'années, aux alentours de l'an mille, au cours de laquelle il avait fait bien plus chaud que de nos jours. C'est la période où les Vikings avaient créé des fermes au Groenland où ils cultivaient des céréales et élevaient des bovins (essayez donc aujourd'hui !...)
  • Le "Petit âge Glaciaire"- de plusieurs centaines d'années également - où il avait fait bien plus froid. C'est durant ce "petit âge glaciaire" que s'est produit le  "Minimum de Maunder" qui a vu en Europe les pires famines de l'époque récente.

Ces deux épisodes ne pouvaient bien entendu pas être attribuées à l'homme, et banalisaient en quelque sorte l'épisode d'augmentation du 20ème siècle. Grâce à la " Crosse de Hockey ", la fièvre relative du 20ème siècle devenait une fièvre absolue, sans précédent dans l'histoire, et découlait donc nécessairement de  la culpabilité de l'homme.

Dès le début, les Statisticiens Canadiens Steve McIntyre et Ross  McKitrick ont tenté de reproduire les résultats de Mann, sans succès vu le manque de données. En effet, à l'oposé d'une pratique scientifique constante, Mann refusait de communiquer ses données et programmes.

Quand les données et programmes ont été disponibles, de longue lutte, il est devenu clair que les résultats étaient entachés d'erreurs diverses, erreurs qui ont été confirmées par un audit réclamé par l'Académie des Sciences des USA à un groupe d'experts dirigé par le statisticien Américain Wegman.

Et des variantes du "Hockey Stick", qui écrasent moins l'"Optimum Médiéval" et le "Petit âge Glaciaire", sont depuis apparues, sans pour autant effacer, dans les textes du GIEC - et les exposés d'A£b€rt Gor€ - la courbe de Mann qui est, depuis le début, emblématique de la culpabilité de l'homme moderne déclaré capable de modifier le climat de la terre.

Mais le mystère était jusqu'à présent complet sur le processus de sélection des données utilisé par Michael E Mann. En effet, le résultat de Mann est obtenu sur la base d'un petit sous-ensemble de données paléontologiques appartenant à un ensemble bien plus grand. L'accès à l'ensemble des données soumises à la sélection avait toujours été refusé jusqu'à maintenant, et Michael E. Mann avait toujours refusé d'expliquer la sélection de ce sous ensemble.

Grâce à la persévérance de Steve McIntyre, les données de base sont - depuis quelques jours - accessibles. L'analyse de l'ensemble des données raconte une toute autre histoire que celle de Mann, en particulier pour la période récente. On trouvera l'explication détaillée dans l'article que Steve McIntyre vient de mettre en ligne. Le site de " Climate Audit " est assez surchargé du fait de cette publication et un site miroir a été créé sur WattsUpWithThat.

Steve McIntyre a reproduit, sur un graphique, les résultats obtenus par Michael E. Mann sur le sous ensemble utilisé et, avec le même programme, ceux qui découlent des données écartées par Mann. On obtient ceci (en rouge les données de Mann, en noir les données écartées par Mann).

Sur un autre graphique, on voit de plus, en vert, le résultat lorsqu'on utilise l'ensemble des données :

A noter que le premier commentaire donné, sur le site ClimateAudit, est de Steve McIntyre lui-même (September 27th, 2009 at 10:21 am) et est le programme complet - y compris les fonctions utilisées pour l'accès aux données - qui permet à quiconque de reproduire, dès aujourd'hui, les résultats.


Steve McIntyre publie par ailleurs aujourd'hui un graphique qui zoome sur la période récente et montre, avec le même programme, ce que donnent, en rouge la sélection de Mann, et en noir l'ensemble des données.


Que ceux qui pensent que la sélection de Michael E. Mann était le fruit du hasard lèvent la main.

Pour ma part, je pense que Monsieur Michael E. Mann est un faussaire qui déshonore la science.

J'attend pour ma part avec un grand intérêt la suite. Et vous ?

En attendant, paix aux cendres du "Hockey Stick".

 

Source

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 07:22
AFP

Claude Allègre qualifie au passage la taxe carbone de "gadget injuste et inutile" © AFP PHOTO/FRANCOIS GUILLOT

 

 

L'ancien ministre de l'Education Claude Allègre affirme, dans une interview publiée dimanche dans le quotidien Nice-Matin, que Nicolas Hulot est "un imbécile" et les théories sur le changement climatique "une vaste plaisanterie". "C'est une honte qu'il soit devenu le gourou de l'écologie. Il envoie les gens rouler à vélo et lui fait ses affaires en hélicoptère", dit Claude Allègre.

Interrogé sur la taxe carbone, Claude Allègre, un temps annoncé au gouvernement au printemps et finalement pas nommé, la qualifie de "gadget injuste et inutile" : "La France est la seule à l'instaurer. Aujourd'hui 100 euros, 1.000 euros dans quelques années. Vous savez, l'essence chère, les familles connaissent déjà."

L'ancien ministre de Lionel Jospin raille aussi, comme il l'a déjà fait, les théories sur le réchauffement climatique, qualifiées de "vaste plaisanterie" dont les promoteurs apportent "des réponses simplistes à un système complexe et prétendent prédire le climat dans cent ans, alors qu'on a du mal à obtenir une météo fiable à plus de trois jours".

"Eux-mêmes ne croient pas ce qu'ils racontent, ajoute l'ancien ministre, mais c'est une aubaine pour eux comme, par exemple, récolter des financements publics."

Le Point

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 05:32
La saison de fonte des glaces nordiques étant arrivée à terme, avec une étendue de glace supérieure d'un million de kilomètres carrés à 2007 (année reccord de fonte), les escrolos, terme réunissant les écolos extrémistes, les politiques avides et les marchands sans vergogne, vont devoir se creuser les méninges pour nous présenter cette information alarmante.

Ce sera du style : 2009, troisième année reccord de fonte des glaces. Ou bien, par rapport à la moyenne 1979/2000, les glaces nordiques ont perdu 2 millions de kilomètres carrés.

Pour ma part, voici ma conclusion :


Le pic de fonte des glaces du pôle nord est définitivement passé. Encore un indice qui balaie le réchauffement climatique anthropique.

Depuis 2007 et son pic dans la fonte, les glaces ne cessent de progresser, rejoignant les autres indicateurs qui relèguent la théorie du "rachauffement climatique" à une vaste fumisterie politico-financière.

Je ferais d'ici peu un point sur les données climatiques officielles qui démontent les projections informatiques du GIEC (démontées, récemment, par plusieurs membres du GIEC eux mêmes). Mais cela n'empêchera pas les médias de continuer à nous mentir. Ils ne sont là que pour ça.
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 10:22

de Charles Hoareau


Avec sa taxe carbone le gouvernement et ceux qui soutiennent la mesure donnent un nouvel exemple de mauvaise réponse à une vraie question.
Qui a envie de vivre dans un monde pollué ? Ni vous ni moi ! Alors qui sont-ils ces gens que l’on va taxer ?
TOTAL ? qui en vendant du pétrole a fait des profits d’un montant supérieur au déficit de la France ?
ARCELOR MITTAL qui dispose pour ses 6 usines françaises d’un droit annuel à émettre gratuitement 8 millions de tonnes de carbone ?
Celles et ceux qui vendent sur le marché (et oui !!) le droit à polluer au prix de 14€ la tonne ? [1]

Vous n’y êtes pas du tout ! Tous ceux là seront exemptés de cette fameuse taxe et on peut observer au passage qu’une telle exonération – à 32€ la tonne le prix prévu [2] – représente pour ARCELOR déjà cité une économie de …250 millions d’euros dès la 1ère année !

Non ceux qui devront payer la taxe c’est vous et moi ! Et pourquoi ? Parce qu’il y a des experts mandatés par des politiques qui ont conclu que plus nous paierons, moins nous gaspillerons d’essence, car vous ne le saviez pas, mais c’est démontré par des spécialistes : nous gaspillons l’essence et le chauffage par plaisir d’émettre du carbone…Et sans respect pour la planète bien sûr : foi de Yann Arthus Bertrand qui ne se déplace qu’en hélicoptère !

Pour ou contre les taxes ?

Personne ne conteste qu’il faut réduire les émissions de gaz la question qui reste c’est comment s’y prendre dans l’intérêt des peuples ?
Faut-il le redire ici ? C’est d’abord le principe même d’une taxe qui est à remettre en cause. Dans un pays où les impôts indirects – les plus injustes car frappant indistinctement les riches et les pauvres – représentent plus de 60% des recettes de l’Etat comment accepter une nouvelle taxe quelle qu’elle soit ? En plus concernant cette taxe-ci le gouvernement a clairement annoncé la couleur : « Plus nous taxerons la pollution et plus nous pourrons alléger les charges qui pèsent sur le travail » [3]. Autrement dit, au nom de l’écologie on voudrait une fois de plus baisser les cotisations nécessaires à une vraie sécurité sociale déjà bien mal en point. Comme si cette question de la protection sociale était une question secondaire, en tous cas seconde par rapport à la compétitivité des entreprises qui seraient contraintes de délocaliser à cause des charges énormes qu’elles supporterait. Mais comme le dit Yves Dimicoli dans l’Humanité : « On ne sait pas assez l’inanité d’une telle argumentation : entre 1991 et 2008, le total cumulé des exonérations de cotisations sociales patronales a atteint 260,6 milliards d’euros, dont 221 milliards compensés par l’État. Or le déficit commercial de la France ne cesse de se creuser (il a atteint 55,65 milliards d’euros en 2008) tandis que les exportations de capitaux s’emballent : en 2008, il sera sorti en net quelque 160 milliards d’euros au titre des investissements directs à l’étranger qui ont généré des délocalisations et, donc, des transports accrus et des pollutions au Sud hors normes environnementales du Nord. »

Tant qu’il y aura des riches

De plus qui peut nous faire croire que cette mesure peut être efficace ? Les produits de luxe, bateaux, parfums et autres automobiles de fortes cylindrées sont déjà taxées : cela empêche-t-il les riches de les acquérir ? Dans un pays et un monde où la part des salaires dans la richesse créée est au plus bas [4] ce qui est posé c’est la répartition des richesses et non la mise en œuvre de mesures qui ne sont que des peccadilles pour les plus fortunés et de lourdes charges pour les autres.

Sans rire le journal Challenges parle des français qui « changeront leur 4X4 pour une citadine, prendront le train au lieu de l’avion, éviteront de faire tourner le sèche linge » Mais de quels français parle-t-il ? Des 5% plus riches qui détiennent 80% des richesses de ce pays…ou des 30% plus pauvres qui en ont à peine 1% ?

Il y avait déjà, pour les plus riches – et en particulier les grandes entreprises – la possibilité d’acheter et même de spéculer sur le droit à polluer, mais, avec la taxe carbone, il y a pire.
Il y a la pénalisation de celles et ceux qui n’ont pas le choix. Passons sur les exemples justement cités par les adversaires de ce nouvel impôt à la consommation (les ruraux [5], les mal desservis en transports urbains…) [6] et prenons un exemple. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), en région parisienne, les deux tiers des émissions de gaz à effet de serre sont liés aux logements. Or un bâtiment neuf consomme quatre fois moins d’énergie qu’un immeuble construit avant 1975. Dans leur logique on va donc taxer 4 fois plus celui qui a déjà la malchance d’habiter un logement où il est obligé de dépenser 4 fois plus pour se chauffer !!! Et remarquez bien on ne taxe pas le bailleur (et encore moins on ne l’oblige) alors qu’il est le seul à pouvoir faire les travaux d’isolation et donc baisser les émissions, mais le locataire qui sera ainsi deux fois victime ! Quand on connait toutes les batailles que sont obligés de mener les locataires pour obtenir des améliorations dans ce domaine on se demande dans quel monde vit M. Rocard quand il déclare : « il est largement prévu de compenser la taxe, mais en terme de pouvoir d’achat, de manière à garder intact le signal prix, l’incitation aux gens à se déplacer moins, à avoir petit à petit des voitures électriques, à mettre des doubles vitres ou à faire des économies sur le chauffage ».

La suite sur BELLACIAO

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article