Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 08:32

Le président ukrainien Viktor Yushchenko a placé neuf régions en « quarantaine urgente » et a ordonné le déploiement d’hôpitaux mobiles militaire dans l’ouest du pays. Il a annoncé que l’Ukraine avait été frappée simultanément par deux souches différentes de la grippe (la grippe A H1N1 et la grippe saisonnière), puis, il a ensuite laissé entendre que trois souches auraient pu se recombiner en une sorte de nouvelle « super grippe » ukrainienne.

h1n1b

Plus précisément, Monsieur Yushchenko a indiqué : « A la différence des épidémies similaires qui frappent les autres pays, trois causes d’infections virales sont simultanément réunies en Ukraine: deux grippes saisonnière et la grippe A H1N1. Nos spécialiste en ont conclu que cette combinaison était propre à donner naissance à un nouveau virus, plus agressif en raison de sa mutation

Les malades en Ukraine ne guérissent pas

Selon le pneumologue en chef de l’hôpital de Lviv (ouest de l’Ukraine, NdT), le docteur Roudnitskaya, ceux qui ont développé une pneumonie liée au virus A H1N1 risquent de développer une maladie pulmonaire chronique, comme de l’asthme bronchique, car il semblerait que la maladie ait amené des modifications organiques irréversibles dans leurs poumons. Les médecins semblent toutefois avoir encore du mal à expliquer comme le phénomène se produit.

« Nous commençons tout juste à étudier ces patients, et nous les suivons de près, en leur demandant de faire régulièrement des tests de sang et d’urine. La maladie a entrainé des altérations irréversibles dans leurs poumons », indique le médecin chef adjoint du département de la recherche infectieuse, le docteur Andrusishin, de l’hôpital d’Ivano-Frankivsk (ouest de l’Ukraine, NdT). « Ils ont beaucoup de difficulté à se remettre de l’affaiblissement de leur système immunitaire, et il y a donc un risque élevé qu’ils contractent toutes sortes d’autres infections. Plusieurs enfants qui sont pourtant guéri de la grippe continuent à avoir une température de 40°. Nous avons aussi trois personnes aux soins intensifs avec un syndrome méta-grippal de type « méningo-encéphalite (inflammation du cortex cérébral, NdT). Des membres de notre personnel, qui ont été atteint par le virus, souffrent maintenant de myocardite. »


Traduit par Mecanopolis

Source : Segodnya.ua



D'autres infos sur MECANOPOLIS

Repost 0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 07:32
Voici les graphiques officiels de la "Paindemie" de grippe A...


Source

Les cas d'infections respiratoires aiguës sont exactement dans la moyenne des 20 dernières années. Nous devrions voir une montée des cas dès la semaine prochaine, logiquement. Les médias appelleront cela une "explosion", bien entendu...

Vous n'aimiez pas la science-fiction?

Nous sommes en plein dedans...
Repost 0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 12:09
Alors que les politiques multiplient les mensonges et la désinformation, accusant le "réchauffement" ou la "surpopulation" responsables de la famine mondiale, Jean Ziegler, rapporteur spécial de L'ONU sur la question, recadre les choses.

La famine est une volonté politique et financière. Ces gens là sont coupables de crimes contre l'humanité, de génocide.

Mais le pire n'est-il pas à venir?


Repost 0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 22:32

Des rapports ont fait état d'épandages aériens sur l'Ukraine, mais sans être confirmés par des preuves. De nouveaux rapports font état de mêmes choses au dessus de la Pologne et de l'Autriche.

Ne connaissant pas ce site, ce sont des informations à prendre avec des pincettes, mais aucun média ne nous informera si une telle menace se profile.

Dans tous les cas, inutile d'avoir peur mais pour se défendre, si une telle menace se vérifiait, vous connaissez le cocktail :

Nigari, vitamine C et extrait de pépins de pamplemousse ( Et une bonne bouteille de rouge, hic!)...Cette dernière est facultative...

Hélios se fera un plaisir de vous donner quelques variantes en commentaires. Tous ceux qui le veulent peuvent aussi donner des infos pour se protéger.

C'est le moment de se serrer les coudes et de prier ensemble.

Soyons forts.

Que le bien soit avec vous.

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 20:40
Un article du New York Times aimablement traduit par Chantal et Sormiou.

By ELLEN BARRY

November 13, 2009


Quand les patients ont commence d’arriver aux soins intensifs de Viatcheslav  Bonder, il y a deux semaines, leurs poumons étaient si saturés de sang qu’ils pouvaient à peine respirer, la seule chose de comparable , c’était un hôpital de campagne en temps de guerre .Sitôt qu’il avait branché un malade à un respirateur , un deuxième et un troisième apparaissaient à la porte.

A ce moment les hôpitaux préparaient les services pour recevoir une vague de cas de pneumonie, et les gens venaient en foules dans les drugstores pour acheter les produits qu’ils pouvaient .Les rumeurs circulaient que le gouvernement avait donné l’ordre de faire des épandages chimiques sur la ville pour éradiquer la maladie ou dans une version plus dure, « exterminer ses porteurs. »


La panique a disparue aussi rapidement qu’elle est arrivée, et l’OMS annonçait vendredi que le nombre de malades et de morts ne sont pas pires statistiquement que dans les autres pays (265 dans tout le pays et 87 dans la région de Lviv) .Mais , ce qui se passe ici a attiré l’attention des experts se préparant a l’épidémie qui va frapper l’Europe et surtout les systèmes de santé fragiles des pays de l’ancienne Union Soviétique .

Les premières découvertes montrent que les cas sérieux provenaient du fait que les gens évitaient l’hospitalisation jusqu'à ce que leur maladie soit sérieusement avancée, des stocks de Tamiflu ont été enfermés dans des lieux centralisés et le stock de respirateurs était insuffisant, dit David Mercer , de l’OMS( du bureau régional Européens )

“Ce n’est pas comme si cela nous avez pris par surprise : cela faisait des mois que cela était en route “ dit le docteur Mercer, qui dirige l’unité de communication sur les maladies du bureau. « Nous avons travaillé très dur sur des plans, mais parfois le plan de bataille ne survit pas au premier contact avec l’ennemi. Nous avons du changer beaucoup de choses en cours de route. »


Avec le pire de la crise étant passée ici, beaucoup des provinces de l’ouest de l’Ukraine essaient de comprendre ce qui la amenée .Les médecins blâment les médias ,et les politiciens d’avoir étalé la peur et la désinformation .Les maires de Ternopyl et Lviv, qui ont signalé leurs premiers morts de pneumonie atypique le 12 et le 19 octobre , se sont plaints que le service d’épidémiologie fédérale refusait d’agir sans confirmation du laboratoire de la présence du virus , retardant de près de deux semaines les mesures sérieuses. D’autres pointent vers des causes plus éloignées , parmi elles la pauvreté du système de santé Ukrainien 20 ans après la chute de l’Union Soviétique A Lviv , les médecins gagnent un salaire mensuel de 1500 hryvnas , soit environ 184$, une paie si faible que beaucoup de docteurs laissent leur cabinets pour travailler comme auxiliaires de vie en Europe de l’ouest .Bien ,qu’officiellement , le systèmes de santé est gratuit , les malades donnent des dessous de tables pour des services comme des radios ou des analyses de sang ou des changements de draps.

Les Ukrainiens comptent beaucoup sur les remèdes de grand mères et c’est ce qu’ils ont fait pendant les troisième et quatrième semaines d’octobre , utilisant de l’ail et du citron et en attendant longtemps pour aller a l’hôpital et quand ils y allaient c’était a un stade dépassé pour le traitement .

“La médicine est sous développée en Ukraine, et les gens n’y croient pas – c’est un cercle vicieux «  dit Oleh Berezuk, un médecin qui chapote l’administration du maire a Lviv. Dans un pays plus mûr, si vous êtes malades, vous ne dirait pas « personne ne peut m’aider »


Maintenant, les médecins a l’hôpital pneumologique principal de Lviv, on l’humour chancelant des gens qui ont traversé une crise, bien que des parties de l’hôpital sont moites et sans lumière (pour faire peur aux virus, dit un médecin en plaisantant), et une partie de leur équipement respiratoire date de l’ère soviétique.

Il y a deux semaines, pourtant, les médecins ici, pensaient qu’ils voyaient un mystère médical : la mort de jeunes personnes en bonne santé-pas les alcooliques ou les drogués qu’ils voient habituellement – avec des poumons si enflammés qu’in ressemblaient à des foies .Dr Bonder se rappelle la prise de conscience engourdie que le protocole habituel de traitement de la pneumonie n’avait aucun effet

« Vous veniez au travail et quand vous consultiez a nouveau votre montre e , c’était minuit « , dit le Dr Bonder , qui dirige le service de soins intensifs, « Vous ne pouviez pas imaginer ce qui aller arriver ensuite « 

Les infirmières et les médecins tombaient malades a une vitesse alarmante, en partie a cause de la pénurie de gants et de désinfectants .Irina Mykychak, la directrice adjointe du département médical de la région de Lviv, dit qu’environ 3500 professionnels de santé sont tombés malades dont 300 furent hospitalisés et 4 sont morts

Quand ils ont soupçonnés H1N1, les médecins étaient coincés dans un cercle vicieux. Bien que le gouvernement ait eu un stock de Tamiflu en vu d’une épidémie qu’ils attendaient plus tard dans l’année , le produit n’était disponible que dans la région ou se trouve le seul centre de maladies infectieuses - et seulement avec la preuve que le patient avait H1N1 .Obtenir la preuve prenait trois a quatre jours nécessitant que des échantillons soient envoyé a Kiev, dit Lyubomir Rak, le directeur de l’hôpital.


Nadia Rudnitskaya, chef de service en pneumologie, » rassemblait les pièces ensemble « avec précaution. Le 27 octobre, elle a examiné le corps d’un homme de 32 ans – le dernier d’une série de 4 décès de 4 régions d’Ukraine de l’Ouest qui, comme elle le présente, »n’aurait pas du arriver « Le Dr Rudnitskaya, rassemble ses échantillons et demanda une aide urgente a Kiev.

La rétention d’information a céder: Le lendemain , le gouverneur ordonna la quarantaine et distribua le stock de Tamiflu aux clinique et aux hôpitaux .Le jour suivant , le Premier Ministre Yulia V. Timoshenko annonça a la télé que le virus avait franchi le seuil épidémique et tout l’Ukraine parlait de H1N1

”C’était une énigme dit le Dr Rudnitskaya, il y avait une réponse

Pour certains, elle est arrive trop tard .Marta et Nazar Martin ont insisté pour que leur mère, Galina aille en consultation a l’hôpital le 23 octobre, quand sa toux s’est aggravée en un essoufflement laborieux. Dentiste, elle s’était traitée avec des antibiotiques en intraveineuse et des antigrippaux, comme elle avait toujours fait auparavant.

Personne ne savait qu’il y avait une épidémie, dit Marta, 18 ans, “Rien, n’a été dit, ni au travail, ni a la télévision.


L’hôpital n’avait pas de réponse non plus .Les médecins ont d’abord prescrit des antibiotiques pour la bronchite, puis ils lui ont fait une ponction lombaire a la recherche d’une méningite et d’une encéphalite, ils lui ont fait une IRM, pour éliminer une tumeur du cerveau. A chaque nouvelle ordonnance, ils prenaient de l’argent et allaient a la recherche d’une pharmacie ou le produit était disponible, dit Marta

Une personne pauvre n’aurait plus qu’à mourir, dit-elle. Il ne donne pas de traitement tant que vous n’avez pas payé

Le 29 octobre, quand l’information a inondé la région, les médecins et les infirmières, portaient un masque pour la première fois, dit Nazar. Il a regardé avec incrédulité, sa mère avait déjà tellement décliné, qu’elle était : « la moitié d’un cadavre « .Quand elle est morte, ils ont prélevés des échantillons de son corps pour les envoyer a l’analyse H1N1

Ses enfants estiment qu’ils ont payé 35 000 hryvna, soit environ 4 300$, en espèces aux infirmières et médecins pendant la semaine ou elle est resté a l’hôpital. Plus, ils entendaient parler de grippe, plus ils étaient en colère.

“Pourquoi ils n’ont pas pris de mesures avant çà?, dit Nazar Martin, 19ans. »J’aimerais savoir a quoi ils pensent .Ils ont pris cela vraiment au sérieux quand les gens ont commencé a mourir , quand les statistiques de mortalité ont commencé a augmenter .Ou étaient ils avant ?

C’est sur leur consciences, dit il, au sujet des autorités médicales .Ils auraient du faire quelque chose pour l’empêcher »


Sign in to Recommend More Articles in World » A version of this article appeared in print on November 14, 2009, on page A4 of the New York edition.

 

 

Lire aussi cet article, envoyé par vivi (Merci).


Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 08:21
La théorie que des nano-puces soient injectées en même temps qu'un vaccin anti-grippal ne vient pas des "paranoïaques d'internet", mais d'un journal anglais datant de 1989.


Le 1er août 1989, le journal britannique "The Sun" a publié un article intitulé "Big Brother est à venir"


Un article qui révèle les plans secrets du gouvernement, d'établir la vaccination obligatoire de toute la société, de sorte que chacun ait une micro puce implantable (ou NanoChip).

La raison de la vaccination de masse serait la protection contre la pandémie de grippe... ! Selon "The Sun", l'objectif véritable de l'élite au pouvoir, serait toute autre chose, à savoir : prendre le contrôle total sur ses citoyens.

Remarquable est le fait que plus tard, exactement 20 ans, ce scénario est effectivement réalisé. Même le nom de la maladie est le même.

L'article parle de "vaccins contre la grippe porcine, où est caché la NanoChip". Il est dit que " Les médecins ne seront pas conscients de ce fait ".

Dans le cas de la découverte de la puce implantée, il serait dit qu'il s'agit d'un implant génétique, conçu pour aider l'organisme à combattre le virus.

Il y a 20 ans, cet article a été négligée par la plupart des lecteurs, car "The Sun" était considéré alors comme « tabloïd » et personne ne prenait ses révélations au sérieux.

Source

 

Et lorsque ce matin, cette nouvelle tombe, on peut effectivement se poser un certain nombre de questions.

 

Grippe A: dans un centre de vaccination, des seringues non-conformes?

Jeudi soir, ce centre de vaccination contre la grippe H1N1 installé dans la salle des fêtes de Saint-Just-en-Chaussée, dans l'Oise, allait recevoir ses premiers patients, quand les infirmières ont constaté que des seringues non-conformes présentant un risque « de sérieux problèmes d'hygiène » avaient été mises à leur disposition.

Dans Le Courrier Picard, Martine Cacheux, infirmière libérale à la retraite explique l'origine du problème:

Les seringues étaient munies d'aiguilles fixes alors qu'il «  faut impérativement deux aiguilles: une pour aspirer le vaccin dans la seringue, et une autre pour faire l'injection ».

La première aiguille sert en effet à percer l'opercule du flacon, lequel est susceptible de porter des microbes, précise 20Minutes.

Selon le Courrier Picard, d'autres centres de l'Oise auraient reçu le même type de seringues.

La préfecture de l'Oise a souligné dans un communiqué que le protocole de vaccination a été validé par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

Des instructions de l'Afssaps, qui indiquent que les opercules des flacons contenant les deux composants du vaccin doivent être retirés avant tout prélèvement avec les seringues.

 

Source

Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 13:20
Merci Jean Luc pour m'avoir transmis le lien.


Monastère de san Benet, Monteserrat, Barcelone, le 23 septembre 2009.

 

 

CAMPANAS por la gripe A

Reportage de Alicia Ninou et de Judith Abadias

 

Mon nom est Teresa Forcades i Villa. Je suis une sœur Bénédictine au Monastère de san Benet de Monteserrat .

 

Avant d’entrer au monastère, j’ai pratiqué la médecine durant plusieurs années.  Je suis un médecin spécialisé en médecine interne et j’ai un doctorat en santé publique à l’université de Barcelone.  J’ai complété une spécialisation à l’université d’état de New York.

 

Qu’est-ce qu’on appelle la grippe porcine (A)? C’est aussi appelé, principalement en Catalogne, ‘’La nouvelle grippe’’. Ce terme (La nouvelle grippe) peut amener les gens à croire que le virus de la grippe de type ‘’A‘’ est un nouveau virus.  Bien ce n’est pas un nouveau type de virus.  Les virus de type ‘’A‘’ font partie de la grippe commune annuelle… la grippe saisonnière. (…)

 

Peut-être que vous êtes déjà au courant, mais je débute toujours avec les éléments de base. 

Nous avons les types de virus A, B, C.  Ces derniers sont les virus connus affectant  les humains.  Vu que normalement  le virus ‘’C’’ n’affecte qu’une petite partie de la population, il n’est pas utilisé pour fabriquer des vaccins annuels.  Par conséquent, chaque année, le vaccin de la grippe saisonnière est un mélange de virus  de types ‘‘A’’ et ‘’B’’.  Donc, la soi-disant  ‘’nouvelle grippe ou la grippe porcine’’ n’est pas nouvelle parce qu’elle est de type ‘‘A’’.  Alors, certains vont soutenir qu’elle est nouvelle à cause des antigènes du virus A-H1N1.  Du virus A-H1N1, l’hémagglutinine (H) et la neuraminidase (N) sont des protéines de surface qui pourraient apparaître pour donner la nouvelle nature.  Bien, ce n’est pas le cas. 

 

On doit le dire ces protéines n’apporte pas une nouvelle nature à ce virus, parce que ce même groupe, A-H1N1, fut  le même groupe de virus de la grippe que celui de 1918 qui tua plus de 20 millions de personnes à travers le monde.  C’était le même groupe de virus et il a existé au sein de la population jusqu’au milieu des années ‘’50’’ environs. 

 

En 1957, il sembla disparaître de ce qui est connu comme les virus de la grippe saisonnière et il réapparut dans l’année 1977. Et je cite ‘’The New England Journal of Medecine’’, le journal de médecine le plus connu et respecté.  Cela peut être vérifié par tout médecin ou toute personne dans le ‘’The New England Journal of Medecine’’ le mois dernier (septembre) un article présente l’histoire de la grippe annuelle. L’article confirme comme un fait réel que ce virus est réapparu (le virus A-H1N1) en 1977 parce qu’il a été re-synthétisé en laboratoire. Donc, il  est sorti d’un laboratoire. Et je dis re-synthétisé, mais il semble que ce qui est arrivé c’est qu'ils ont exhumé le corps d’une femme Innuit (Eskimau) qui est morte de cette grippe en 1918.  Comme son corps demeura sous la glace et il fut possible d’en récupérer à partir des tissus les éléments nécessaires pour reproduire ou pour re-synthétiser le virus.

Récapitulons.  Cela arriva en 1977 et selon ‘’The New England Journal of Medecine’’ cela est un fait établi. À partir de 1977, nous avons alors le virus de la grippe A-H1N1 comme faisant partie d’un pool ou d’un mélange de virus des grippes saisonnières. 

 

Alors, qu’est-ce qui est nouveau cette année?  La nouveauté est la souche virale (S-OVI, pour Swine-Origine Influenza Virus, en français, Virus de l’influenza d’origine porcine), la souche inconnue jusqu’à maintenant.  C’est une nouvelle souche qui fut diagnostiquée pour la première fois le 17 avril (2009). Il semble que c’est l’origine du premier diagnostique avec les deux cas en Californie.   Ce sont les premiers cas rapportés lorsque nous avons entendu parler pour la première fois du nouveau virus. Donc la nouveauté est juste la souche (S-OIV).  C’est le premier fait scientifique.

 

Le second fait scientifique important à avoir en tête, c’est que depuis le 17 avril jusqu’au 15 septembre, la dernière fois que j’ai lu les statistiques, les données montrent 137 morts en Europe et 3 559 morts à travers le monde. Donc, l’hiver austral est déjà passé dans les pays de l’hémisphère sud, à travers de ce qu’on appelle l’hiver austral, avec le nouveau virus. Et, il y a eu un taux de mortalité moindre que d’habitude durant cette période. Les nombres que je cite… du 17 avril au 15 septembre,  137 morts en Europe et 3 559 morts à travers le monde. Et je les cite parce qu’il est important de la faire, il y a eu des tas de déclarations, mais je n’en citerai qu’une fait par un membre du Comité d’éthique médicale national de France qui se nomme J. Dupré ou, par exemple, une autre par le Président des Associations médicales générales de l’état espagnol, Rodriguez Sendin, deux docteurs prestigieux qui ont confirmé, en se basant sur des données scientifiques, que nous avons devant nous ce nouveau virus ayant une plus basse mortalité que la grippe ordinaire ou que les grippes saisonnières.

 

Je terminerai cette partie scientifique sur une note importante, un morceau important de données pleinement accrédité par la littérature médicale qui dit qu’il est établit que les gens âgés de 60 ans et plus ont déjà 33% d’immunité contre le nouveau virus. Ce sont des faits objectifs importants à prendre en compte avant d’entrer dans une plus profonde évaluation.

Ensuite, je mentionnerai deux irrégularités ou conséquences qui se sont produites dans la découverte de ce virus relativement à la nouvelle souche. Les irrégularités demeurent et sont demeurées, à ma connaissance et à la connaissance de tout observateur, non clarifiées, et ils sont trop sérieux pour restez non-clarifiées.

 

D’abord, la journaliste d’enquête Jane Bürgermeister a intenté une poursuite pou bioterrorisme et tentative de meurtre de masse à l’encontre de l’OMS, certains Présidents directeurs généraux des compagnies et des gouvernements.  (J.  Bürgermeister est une journaliste née en Suisse avec une citoyenneté autrichienne et irlandaise qui a appris… et qui est la seule qui a fourni l’information, chacun peut vérifier cette information que je vais vous révéler, elle est véridique et objective)+.  

 

Qu’est-ce qui est arrivé ?

 

À la fin de janvier 2009, donc avant que le nouveau virus fût découvert  Baxter Pharmaceutical – une compagnie des Etats-Unis avec très importante filiale en Autriche a procédé à la distribution à partir de sa filiale autrichienne, via quatre pays voisins  européens dont la République Tchèque, la Slovénie et l’Allemagne, à seize différents laboratoires, du matériel de vaccination pour la grippe pour le vaccin de la grippe saisonnière à être administré, entre février et mars, aux populations de ces pays.   Ce matériel pesait 72 kilogrammes, bien que je n’ais pas calculé le nombre exact de doses mais cela veut dire des milliers et des milliers de doses.  Cela fut distribué et ici il se produit à travers une de ces coïncidences de la vie qui font que des situations et des plans sont révélés qui autrement seraient restés dans le noir.

 

La compagnie Bio-test de la République tchèque fut l’un des destinataires de ce matériel.  Un des techniciens de laboratoire décida de son propre chef de procéder, à un test de sécurité additionnel sur le matériel de vaccination reçu.  Il était qualifié pour le faire le test, mais il n’y était pas obligé.  Ainsi, avant la distribution de ce vaccin, le technicien l’a inoculé à des belettes ou des furets, des petits mammifères qui ont été utilisés depuis 1918 pour tester les vaccins de la grippe.  Il inocula les belettes et tous moururent.  Lorsqu’il observa ces mortalités imprévues et étant donné que le vaccin inoculé ne devait pas causer la mortalité des belettes, il sonna immédiatement l’alarme et ils débutèrent des vérifications afin d’établir le contenu de ce matériel reçu de Baxter, parce que si leur contenu était un vaccin, la mort de tous ces animaux était inexplicable.

 

Les résultats des analyses montrèrent que du matériel expédié par Baxter, à ces seize laboratoires.  Deux virus vivants coexistaient.  L’un était le virus de la grippe aviaire. Le virus de la grippe aviaire qui apparut en 2005 et qui causa un taux de mortalité élevé et n’infecta que quelques personnes.  Le nombre de morts à travers le monde (par cœur) fut autour de 250.  Mais ce que nous savons, ce furent environ 600 qui furent infectés.  Donc, le taux de mortalité de ce virus est très élevé, mais le taux d’infection est minimal.  Ce virus fut mélangé avec un virus de la grippe saisonnière qui, comme nous le savons tous, a un taux de mortalité extrêmement bas, ce qui signifie plus bas que 0,01% , plus bas que 1% de mortalité, mais avec un haut degré de transmission.  Bien, c’est très contagieux.

 

Si vous mélangez ces deux virus et, ensuite vous les distribuez à des milliers de personnes, ce que vous faites, c’est de maximiser les probabilités que ces deux virus se fusionnent pour se recombiner pour en former un nouveau virus pour être, à la fois, très létal et très infectieux. Cela a été officiellement admis par Baxter...

 

Note : Ils ont admis que la contamination s’est produite, mais que le matériel n’était pas destiné aux humains.  Réclamant la protection derrière les droits à la confidentialité, ils n ‘ont pas révélé l’information au sujet de sa destination.

 

… que le total de 72 kilogrammes du matériel contenait un mélange de virus vivants de la grippe aviaire et de la grippe saisonnière.  C’est un fait.

 

Cela serait-il arrivé par hasard?

 

La première chose qui doit être dite c’est que c’est pratiquement impossible (…) Les laboratoires qui manipulent ces sortes de virus ont des niveaux de bio-sécurité en place.  La bio-sécurité de niveau 3 est le plus élevé et celui qui doit être appliqué dans ce laboratoire.  Cela signifie, que si nous parlons dans un contexte scientifique à propos de la probabilité, en se basant sur des faits connus, la probabilité que cela ait pu se produire par hasard est extrêmement basse.

 

Non seulement cela, ce n’est pas seulement comment peut-on expliquer le mélange de ces deux différents virus vivants?  Mais aussi parce que le vaccin de la grippe, nous le savons tous, est fait avec des virus atténués.  Cela signifie qu’il est parfaitement normal pour le vaccin de la grippe de contenir du virus vivant; ce n’est pas une exception.  Mais atténué, signifie que le virus doit passer par une procédure de radiation.  Ces virus trouvés en République tchèque et dans tout le matériel de Baxter n’avaient pas été atténués.  Donc, les chances que cela arrive par hasard, bien, c’est ce que je dis que scientifiquement ou simplement à partir d’une position humaine prudente, nous ne pouvons pas dire que c’est 100% impossible. Mais soyons clairs, c’est important de savoir comment c’est improbable qu’un accident se produise dans ces circonstances.  En tout cas, cela est arrivé et c’est sous enquête.

 

Cette journaliste Bürgermeister a déposé des accusations n’ont seulement à l’encontre de Baxter, mais aussi à l’encontre de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), elle a aussi déposé des accusations à l’encontre des gouvernements d’importants pays, parce que… il apparaît qu’avec l’information en main il est plus probable de penser en termes d’intention malicieuse et c’est ce qu’elle dénonce plutôt que de penser qu’il s’est produit une série de hasards presque impossible à concevoir.  Mais, et j’insiste, il est très important de séparer les faits objectifs de ceux qui n’ont pas encore été prouvés.

 

Je pense que la bonne chose au sujet du vidéo, à propos de cette information, c’est qu’il peut rejoindre le plus large public, plus de gens c’est mieux et par lui rejoindre ceux … à propos de l’existence des plans d’une élite mondiale qui veut qu’une partie de la population mondiale disparaisse ou même une grande partie de la population.  Lorsque nous entendons tout cela, on peut se demander d’où tout ça provient.  ‘’C’est de la science-fiction, je n’ai rien entendu parler de cela!’’ Je sais qu’il y a des personnes qui ont étudié cela pendant longtemps, mais j’espère que mon message atteigne quelqu’un qui dira : ‘’Regarde, je ne connais rien de ce matériel, mais j’ai juste entendu parlé qu’il y a un laboratoire qui a livré un vaccin contaminé et que, c’est  intéressant (je n’ai pas mentionné cela, mais c’est un fait…) c’est l’un des laboratoires en charge de la fabrication des vaccins de la grippe cette année.  Bien, ce seul fait rend justifiable à moi-même de penser que ‘’jusqu’à un tel temps comme une explication est donnée du pourquoi de cette contamination, je ne la voudrais pour moi, ni pour mon enfant, ni aucune personne près de moi.’’  Je ne sais pas si j’ai été assez clair sur ce point, parce que je crois qu’il est important que je me rende clair.     

 

 

Partie #2

 

Je voudrais aller à la seconde irrégularité, parce qu’il y a cette seconde irrégularité encore  plus scandaleuse que la première. La seconde irrégularité s’est passée ainsi.

 

Ce que je viens de dire à propos de Baxter arriva en février. J’ai aussi dit que le 17 avril nous avons eu le premier diagnostic de la nouvelle grippe.  Alors, le 29 avril, 12 jours après cette découverte des deux premiers cas, la directrice générale de l’OMS qui dépend de l’ONU, Dr. Margaret Chan, a fait une apparition publique et a annoncé un état d’alerte mondiale de niveau 5 pour la prévention de la pandémie. Qu’est-ce que cela signifie? Le niveau 5 est un très haut niveau, après le 5 il reste seulement le niveau 6. Le niveau 6 signifie que la pandémie se produit déjà. 

 

Qu’est-ce qu’une pandémie signifie?  Demandons-nous comment Dr. Chan et l’Organisation Mondiale de la Santé, déclarent-ils une pandémie?  Parce que je n’ai pas mentionné cela, mais, le 29 avril ils annoncent le niveau 5 et juste un mois et demi après l’apparition des premiers cas, le 17 avril, le 11 juin 2009 l’OMS déclare une pandémie de niveau 6, le niveau d’alerte médicale maximale. Nous avons alors une pandémie globale du virus de la grippe A-H1N1. 

 

Comment l’OMS pouvait-elle déclarer une pandémie, sachant que de virus a un taux de mortalité plus bas que le virus annuel?  Alors, comment se fait-il qu’il n’y ait pas une pandémie chaque année, si le virus annuel est pire que ce nouveau virus?  Comment il se fait-il que nous ne déclarons pas une pandémie chaque année?  La réponse est que cette année, au mois de mai 2009, l’OMS a changé la définition de la pandémie à partir de cette définition courante d’une infection par un agent infectieux simultanément présent dans différents pays au même moment et avec un taux de mortalité significatif dans la proportion de la population affectée, en enlevant de la définition cette caractéristique de la mortalité. 

 

Alors, la nouvelle définition décrit une pandémie comme une infection simultanée présente dans plusieurs pays et portant un agent infectieux montrant toute nouvelle caractéristique,

donc, nous laissant incapable de connaître le type d’immunité présent à l’intérieur de la population.  Avec cette nouvelle définition et c’est toute une définition.  Je la cite du ‘’British Medical Journal’’.  Aussi, j’insiste que toute cette information que je vous donne ne provient pas de la presse alternative pour laquelle j’ai un grand respect, mais il est important de savoir que toute cette information provient de revues les plus prestigieuses et absolument ‘’main stream’’, comme il le dise en anglais, libre de toute suspicion d’être tendancieux.  Donc, cette définition a été amendée en mai cette année.  Si l’exigence de mortalité disparaît de la définition de la pandémie, comme je l’ai dit, alors nous devons nous demander à nous-mêmes, ce qui empêche la grippe commune annuelle d’être déclarée une pandémie?  Et avec cette définition en place rien ne l’empêche.

(…)

Tout ce qui arrive actuellement qui semble être justifiable à cause de sa nature exceptionnelle s’il n’y avait rien d’exceptionnel à ce sujet,  aussi cela serait la situation année après année, et cela est juste pour la grippe, pour ne pas mentionner les autres maladies avec les mêmes caractéristiques…  N’est-il pas vrai que ce virus est moins létal, qu’il présente un taux de mortalité moindre que le virus annuel?

(…)

Aux États-Unis, par la déclaration de pandémie à cause du nouveau virus, ce même mois, les États-Unis déclarèrent l’urgence nationale de la santé publique (26-04-2009),  qui a aussi des conséquences politiques.  Cela a été possible aux États-Unis ou il y avait 20 cas d’infections et 0 mort.  Avec 20 personnes infectées chacune d’elles documentées.

(…)

Il est important de savoir que la documentation n’est pas aussi solide (…) C ‘était en juin ou juillet, lorsque l’OMS a dit cesser de vérifier les tests de laboratoire pour savoir qui a la grippe ou ne l’a pas.  En Grande-Bretagne, par exemple, ils l’ont fait par une consultation téléphonique ou la personne rapporte les symptômes de la grippe, alors ils notent la grippe porcine.  Alors, lorsqu’ils disent qu’il y a 12 000, 13 000 cas… peu importe le nombre qu’ils disent maintenant, il est important d’être conscient de la façon qu’on utilise ces données.  Encore une fois, ce sont des faits objectifs qui peuvent être vérifiés sur le site web officiel.

 

L’OMS a dit en juillet qu’il n’y a aucun besoin de vérifier chaque cas en laboratoire, par conséquent, ils assumaient que chaque cas de grippe est un cas et dans certains pays

(dans plusieurs ils ne font même pas cela) ils font des sondages… basés sur ‘’nous avons 100 et 50 cas de grippe, ainsi nous assumons que le reste c’est aussi cela’’, mais c’est un sondage ou une généralisation de données suffisantes au moins sur ceux que j’ai vus dans les livres…Ce sont des irrégularités.

 

Maintenant, la troisième partie qui met l’accent sur les conséquences politiques d’une déclaration de pandémie.  C’est simple, l’OMS est une organisation internationale qui normalement émet des recommandations.  Les recommandations sont… Alors, on assume que chaque pays souverain applique ou non les recommandations en suivant ses propres critères, ses propres circonstances, et bien, ses propres recherches internes.

 

En 2005, cela a changé en permettant une exception précisément dans le cas d’une pandémie, cela signifie que dans le cas de pandémie l’OMS ne fait pas de recommandations,  elle donne des ordres.  Cela signifie que les pays contre, cela est un fait vérifiable et objectif, dans le cas d’une pandémie, les pays (…) par conséquent avec la définition actuelle, le titre demeure le même, pandémie globale, mais le contenu a totalement changé, parce que le taux significatif de mortalité n’existe plus, mais les conséquences politiques demeurent à cause de l’entente.  Il y a la loi qui dit ‘’en cas d’une pandémie… ou les règles internes ou les règlements de l’OMS avec leurs traités et accords avec les pays membres.  Ainsi, à partir de 2005 lorsqu’il fait face à une pandémie l’OMS ne recommande pas, mais ordonne aux pays membres des actions à entreprendre.  C’est pourquoi nous entendons de la part des autorités en Catalogne et dans toute l’Espagne ‘’nous attendons les recommandations de l’OMS…’’ Peut-être que c’est une façon de parler … mais ce n’est pas juste ce qu’ils attendent d’eux parce qu’ils pensent que c’est la bonne chose à faire (…) à partir du moment que c’est émis.  Bien, vous pouvez demander … et quelle chose de terrible peut arriver?  Bien, … la vaccination obligatoire, c’est le point le plus important pour moi.  C’est très important de répandre cette information même si la vaccination est offerte sur une base volontaire, le grand nombre de personnes qui connaissent les circonstances entourant ce vaccin et tous les faits que nous présentons le mieux possible, afin que chacun de nous puisse prendre une décision informée.

 

Le point que nous allons discuter maintenant est légèrement différent.  C’est une possibilité réelle que ce vaccin ait été émis, ou distribué, ou annoncé, comme un vaccin obligatoire.  Et, comment peut-il être possible que je sois forcé d’avoir ou d’accepter un vaccin que je ne désire pas avoir?  Bien, le raisonnement est très clair… Si nous sommes dans une situation de pandémie globale, même si le cas actuel ne la qualifie pas, il semble qu’il y a un risque que si une personne ne prend pas le vaccin cela peut mettre la santé des autres personnes à risque.  Par conséquent, les pays sont obligés de s’assurer que la loi soit suivie.  Si c’est la loi, qu’est-ce que cela signifie?  Bien, la même chose habituelle : l’amende ou la prison.  Parlant d’amende, il semble qu’au Massachusetts un document a déjà été émis publiquement en préparation d’une possible vaccination obligatoire. Si ce fut le cas, une amende serait de 1000 $ par jour ou pourrait atteindre 1000 $ par jour. Ainsi, la chose fonctionne de cette façon, vous dites ‘’OK, ok, alors voyez, 1000 $ quotidiennement pour le service civil, pour chaque jour que vous n’êtes pas vacciné, c’est ainsi! Il y a les autres choses qui arrivent dès maintenant, mais cela sans la loi générale de nature obligatoire.  Il y a des compagnies qui disent à leurs travailleurs, ‘’Si vous ne prenez pas le vaccin, je vous mets à pied.’’ Il y a des poursuites ouvertes dans différents pays, aux États-Unis, au Royaume-Unis, en France, parce qu’il y a des gens qui ont déjà affronté ce dilemme, et qui ont essayé de refuser et, dans certains cas dans les compagnies privées, ou il n’y a pas de convention collective de travail, aux États-Unis, cela a déjà provoqué les gens à perdre leur emploi pour avoir refusé le vaccin.  Et vous dites : ‘’Mais il n’y a pas encore le vaccin.’’  Pas encore, mais celui qui est déjà en distribution, parce que ici au monastère, nous l’avons déjà eu, et il existe déjà, c’est celui pour la grippe saisonnière. Cela a été apporté plus tôt, parce que l’OMS a recommandé de donner le saisonnier et puis, dans la plupart des cas, en deux dose celui de la nouvelle grippe. (…)

 

Alors, qu’est-ce qui peut arriver à une personne qui refuse de prendre ce vaccin? Si le vaccin n’est pas obligatoire et maintenant n’est dans aucun pays, alors rien n’arrive.  Vous dites non et vous signez un document si nécessaire, et la même chose pour vos enfants, ils ne le reçoivent pas et il n’y a pas de problème. Si le vaccin était obligatoire, comme je l’ai dit,  l’amende ou la prison, comme cela doit être fait dans un pays, si c’est la loi, elle doit être suivie, si elle ne l’est pas ce serait une farce.  Voyant affronter cela…, quotidiennement une amende de 1000 $ ou affronter une possibilité d’une sentence de prison, quelqu’un pourrait dire ‘’n’exagérons pas, je reçois un vaccin chaque année, ou mon père l’a reçu, ou je connais des gens qui l’ont reçu, aussi nous l’avons simplement reçu cette année et c’est correct d’envisager un désastre.  Ils font de l’argent comme toujours comme c’est arrivé avec le papillome.  Mais que puis-je dire, ‘’je ne vais pas payer 1000 $ par jour ou je ne vais pas risquer d’aller en prison.’’   Face à cette réponse possible, il est important de connaître les trois facteurs qui rendent le vaccin de la grippe porcine, de cette grippe annuelle, différent de chaque vaccin annuel.  Je veux dire cet argument que c’est la même chose que chaque vaccin annuel, mais cette fois c’est pour le virus de la grippe porcine.  Bien, alors nous le prenons, nous avons été fourvoyés encore une fois, par les politiciens ou qui que ce soit, mais ce ne va pas être la dernière fois.  Ce vaccin a trois nouveautés en contraste avec le vaccin annuel de chaque année. 

 

Pourquoi ce vaccin ne sera pas être le même chaque année?  La première nouveauté, parce que l’OMS recommande à la plupart des pharmacies qui produisent le vaccin, de le donner en deux doses.  Personne n’a déjà entendu dire avant que les vaccins de la grippe viennent en deux doses. (…) Normalement il est donné en une fois et c’est fini… (…) L’OMS a déjà recommandé, de fait que la livraison du vaccin est déjà faite dans les maisons de personnes âgées,  les monastères et d’autres places, ainsi, tous prennent le vaccin pour le virus saisonnier.  Si les recommandations de l’OMS sont suivies cette année, ceux qui les suivent vont finir par recevoir trois vaccins de la grippe, la saisonnière, la première dose pour la grippe porcine.  J’ai entendu dire que certains laboratoires le produisent avec une dose, mais la plupart ont annoncé qu’il sera en deux doses.  Toutefois, le saisonnier, qui est déjà disponible ce mois-ci (octobre), la première pour la grippe porcine et la deuxième dose.  De cette façon, théoriquement c’est multiplié par trois, et les vaccins ont des effets secondaires, mais c’est seulement théorique. En pratique, personne ne sait ce qui peut arriver, parce que cela ne s’est jamais produit avant.  (…) Trois vaccins avec des virus vivants de la grippe et  de différents types, l’un après l’autre, au milieu d’une supposée pandémie ou saison de grippe.  C’est la première nouveauté, …

 

La deuxième nouveauté, cela a affaire avec les co-adjuvants.  Cela a été dénoncé par l’Union française du travail des infirmières. (Ce syndicat) a publié un document qui peut aussi être vérifié ou ils parlent de la compagnie Glaxo Smith Kline, l’une des pharmacies qui produisent le vaccin.  En fait, elle est responsable de la recherche avec des enfants qui a été faite en Espagne; le pays pionnier dans le monde qui a accepté que des enfants, je pense, âgés de 6 mois à 17 ans, testent un vaccin expérimental, et alors voir ce que peuvent être les effets secondaires, ou quel point ils ont atteint.  C’est cette compagnie qui fait la promotion de cette recherche.  Cette compagnie utilise un co-adjuvant qui n’a jamais été utilisé avant dans les vaccins de la grippe.  Et  cela, de différentes façons, toutes les compagnies qui produisent les vaccins de la grippe porcine ont annoncé qu’ils emploient ces sortes de co-adjuvants renforcés plutôt que les sortes normalement utilisées chaque année pour les vaccins de la grippe.

 

Qu’est-ce qu’un co-adjuvant?  Un co-adjuvant est une substance qui est généralement ajoutée au vaccin de la grippe.  ‘’Ce qui est ajouté’’ signifie que l’objectif du co-adjuvant est de stimuler et d’exciter le système immunitaire pour produire une réponse plus élevée de la part du système immunitaire.  Cela est principalement fait pour que le vaccin soit plus efficace, mais dans ce cas, les infirmières françaises ont dénoncé que ce co-adjuvant va le multiplier par dix. C’est l’intention des premières études de multiplier par dix fois la réponse du système immunitaire (..)  L’excitation du système immunitaire d’une personne ainsi produit une réponse dix fois plus élevée que celui normal et commun. Ce co-adjuvant paraît mélanger le polysorbate avec l’excipient, ou le co-adjuvant squalène, lequel est le même (que celui) utilisé contre l’anthrax et qui fut donné aux soldats lors de la guerre du Golfe. Et, il y a plusieurs études qui prouvent qu’il y a de sérieux effets secondaires au niveau du système neurologique central, la paralysie et l’arthrite, c’est le squalène, ce nouveau co-adjuvant est ainsi la deuxième nouveauté. 

 

Il y a aussi des co-adjuvants encore non testés, et les compagnies pharmaceutiques justifient cela précisément parce qu’on leur demande d’en produire des milliers et des millions, en fait des milliards, 4,6 milliards de doses de ce vaccin.  C’est ce qui a été prévu pour vacciner la population entière.  Les pays riches et ces pharmacies ont déjà annoncé qu’ils feront parvenir des dons de milliers de doses aux pays du tiers monde qui ne peuvent les payer.  Ainsi, le plan est de vacciner la totalité de la population.  Bien, dans ces circonstances de production, certaines compagnies pharmaceutiques justifient l’utilisation de co-adjuvants, encore non testées, ainsi ils peuvent utiliser moins d’antigènes. - Ils sauvent.  Ils peuvent sauver l’antigène dans chaque dose injectée du vaccin,  moins d’antigènes et plus de co-adjuvant.  Ce qui signifie moins d’excitation du système immunitaire naturel et plus d’excitation artificielle afin de compenser le manque d’antigène pour produire les vaccins. C’est l’explication officielle.

 

La chose est cette seconde nouveauté, le co-adjuvant n’est pas le même qu’à chaque année.  Ainsi, personne ne sait à quel degré cette excitation artificielle du système immunitaire va causer des maladies auto-immunes.  De fait, il y en a une, la paralysie évolutive de Guillain-Barré.  Cela est connu ou associé à l’administration, par exemple, des vaccins de la grippe en 1976.  À ce moment-là, cela affecta seulement les États-Unis, dans campagne similaire que nous vivons maintenant, aussi par les médias de masse et les politiciens.  Cette campagne prit fin avec la vaccination de 40 millions de citoyens américains. Parmi ces 48 millions , il y a eu environ 3 000 plaintes pour la paralysie associée au syndrome de Guillain-Barré. Ainsi, cela fut accepté comme une conséquence.  De fait, le CDC, Center for Disease Control and Prevention of the United States (www.cdc.gov) a déjà annoncé que c’est inévitable qu’il y aura des cas de paralysie si la population entière reçoit le vaccin, mais en dépit de cela, ils iront de l’avant.  Alors, j’insiste, nous devons toujours garder en tête, que ce virus de la grippe est plus bénin que le virus habituel.  Alors, si je vérifie les pour et les contre, et c’est ce que les infirmières françaises font avec leur document, la possibilité de passer quelques jours à la maison avec la grippe, comme à chaque année, en fait moins qu’à chaque année, ou la possibilité de souffrir d’une paralysie progressive, dont pour certains cas les gens s’en remettent, mais pour plusieurs cas ils ne s’en remettent pas, ça peut mener à la mort.  Alors, au moins, cette information doit rejoindre chacun d’entre-vous, de façon que tous prennent leur responsabilité.      

 

 

Et la dernière nouveauté, la troisième nouveauté au sujet du vaccin de chaque année…   c’est que les compagnies pharmaceutiques, parce que cela leur aurait prétendument été demandé, font cet extraordinaire effort pour produire une telle quantité de doses en un temps record.  Ils forcent les ententes, et aux États-Unis, c’est officiel qu’une telle entente a été signée, les ententes qui les absolvent de toute responsabilité légale dans le cas ou le vaccin occasionnerait des effets secondaires non désirables ou encore s’il causerait la mort.

 

Aux États-Unis, la secrétaire de la santé, Sebelius, a signé un document qui donne l’impunité, l’impunité politique, il ne sera pas possible de demander des compensations pour leurs responsabilités, ni des politiciens, ni des compagnies pharmaceutiques impliqués.  C’est la troisième nouveauté que je pense très significative.  L’argent ne peut acheter la santé ou la vie, mais si la compagnie pharmaceutique ou la personne responsable n’est (…) pas prête  à compenser financièrement, à avoir une avalanche de plaintes.  Si la personne responsable s’assure, avec des documents publics objectifs, clairs et vérifiables, qu’il ne sera pas possible d’intenter une  poursuite contre eux, il prend de nous une garantie que ce vaccin n’aura pas d’effets secondaires non désirables. Comme réflexion, j’ai tenté de résumer ce que j’ai dit jusqu’à maintenant si ce qui est arrivé avec Baxter et ces vaccins contaminés, qui est prouvé être vrai et ils furent contaminés, nous ne savons pas pourquoi ni comment ils furent contaminés, mais ils furent contaminés, c’est certain.  Si cette contamination n’avait pas été découverte par hasard, et cela le fut en février 2009, aujourd’hui nous aurions la pandémie, cette terrible pandémie qu’ils ont annoncée sans base réelle.  Ils ont parlé au sujet de cette pandémie sans base réelle ou objective.  Si, en février, cela n’avait pas été découvert par hasard par ce chercheur tchèque ou technicien de laboratoire qui a procédé à ce test qu’il n’avait pas à faire, aujourd’hui nous aurions eu cette pandémie qui a été annoncée.

 

Alors, sachant cela et ayant à l’esprit la législation courante de l’OMS, et les irrégularités, par exemple, comment est-ce possible que, ce qui est arrivé en février, n’a pas été discuté dans la presse internationale?  Comment est-ce possible que les politiciens n’aient pas parlé de cela?  Cela n’a eu aucun impact politique ou médiatique. Nous devrions nous demander, à nous-mêmes, comment tout cela est possible? 

 

En gardant cela à l’esprit et en gardant à l’esprit que la pandémie aurait eu lieu si cela n’avait pas été découvert par hasard.  Je crois qu’il est très important d’établir que la menace réelle que ces vaccins, qui arriveront très bientôt, sont contaminés, peuvent être contaminés, et qu’une législation coercitive pourrait être imposée  lorsque, en dépit du fait qu’ils peuvent être contaminés, une législation coercitive pourrait être imposée qui forcerait, par la loi, toute la population à se faire vacciner. Je pense que c’est un risque qui ne peut pas et ne doit pas être minimisé.

 

D’aucune façon, ne paniquez pas, parce que la panique n’aide d’aucune façon, au contraire. Mais c’est  qu’une chose de ne  créer ou voir ou exprimer la panique et de ne pas diffuser ou  partager l’information ou une réflexion, comme je le fais, ce qui peut être important comme nous avons encore le temps de susciter une réaction et c’est pourquoi je pense cette initiative si importante. Donc, juste ce risque ne doit pas être minimisé, aussi je ne peux certifier que les vaccins seront contaminés. Je n’en suis pas certaine.  Je ne les ai pas fabriqués, ni analysés.  Je ne pense pas que cela va être facile, non plus, d’accéder à ce vaccin de façon à l’analyser de façon indépendante.  Si c’est possible, nous essaierons ou aiderons à le faire. Mais, je ne connais personne qui a été capable de le faire. Qu’est-ce qui arrive si plus de gens commencent à mourir maintenant?  Ou ce qui fut annoncé, qu’une seconde vague s’en vient et qu’une mutation s’en vient?  En ces conditions, il est très important de savoir que le virus de la grippe porcine n’a pas muté en 70 ans.  Alors, comment est-il possible d’annoncer une mutation cette année alors que ce virus n’est pas reconnu pour avoir déjà muté en cette courte période de temps…?  Je veux dire que durant 70 ans nous n’avons pas eu une grippe qui est venue en deux vagues avec différents virus.  Alors, c’est encore une irrégularité. Mais assumons que plusieurs personnes commencent à mourir maintenant  à cause de la grippe ou avec des symptômes compatibles, alors il sera encore plus important de refuser cette vaccination, cela  pour deux raisons.

 

Premièrement, parce que, si ce virus commence à donner une mortalité croissante, c’est parce qu’il n’est pas le même.  C’est qu’il aura muté quoique c’est quelque chose qui ne s’accorde pas avec les récentes données.  S’il a muté, le vaccin n’est plus utilisable.  (…) c’est le pourquoi de la production d’un différent vaccin chaque année parce qu’il y a des mutations, nous devons produire un vaccin adapté à la nouvelle mutation.  Aussi, si une importante partie de la population ne meurt pas, il n’est pas nécessaire de se faire vacciner, parce que, comme je l’ai dit, le risque est très élevé, le risque est plus grand que le bénéfice.  Si nous commençons à voir un haut taux de mortalité causé par cette grippe ou à cause de symptômes compatibles, alors, cette surprise pourrait être seulement due à deux  raisons.  La première est que le virus a muté, donc le vaccin n’est pas bon. Ou la seconde, c’est un autre virus ou d’autres virus, et par conséquent le vaccin n’est pas bon non plus, et ce pourrait même être le vaccin lui-même le moyen de transmission de ces nouveaux virus, selon ce qui est arrivé avec Baxter en février. C’est là ou mes réflexions m’ont dirigée.

 

Et maintenant, j’aimerais conclure avec une proposition . La proposition est très claire.  D’une part, restez calme, c’est fondamental.  Pour restez calme, prenez les précautions habituelles pour ne pas vous infecter, des précautions du sens commun et ne vous faites pas vacciner. Ne vous faites pas vacciner cette année parce qu’il y a toutes ces circonstances.  C’est ma recommandation, mais aussi la recommandation de plusieurs personnes de ‘’seny’’ en catalonais - Du sens commun, - Du sens commun. Il y a plusieurs personnes qui pensent ainsi, plusieurs médecins, une association entière, les unions d’infirmières, etc., etc.  C’est la première partie, mais nous avons la deuxième partie que nous ne pouvons avoir entendue si souvent…

(…)

Parce que la semaine dernière, en Catalogne, j’ai débuté une initiative appelée Catalunya Religio (.cat). C’est un site web (…) il vient juste de débuter.  Mais on m’a invité d’y collaborer un peu.  Aussi, cette semaine, je vais télécharger sur le serveur le lien du document dont j’ai parlé.  Je vais aussi vous donner ce document aussi, je pense qu’il va être accessible… Aussi, je lance l’appel sur ce document, et maintenant à partir de cette plate-forme visuelle, j’appelle d’urgence à activer rapidement toutes les ressources citoyennes et les ressources légales afin d’éviter deux choses dans notre pays.

 

La première, que personne dans ce pays ne peut forcer quelqu’un d’autre à se faire vacciner contre son gré. Et la deuxième, ceux qui, de leur propre volonté, désirent être vaccinés ne seront pas privés de leur droit d’exiger des responsabilités ou une compensation financière au cas ou le vaccin leur causerait une maladie sérieuse ou la mort.

Une note personnelle, ce serait à propos cette partie des ‘’experts’’.  De plus en plus, le monde semble tourner autour des experts, et qu’une personne qui n’est pas un docteur ou un docteur en santé public, ou qui n’a pas eu de qualifications, ou qui ne se considère pas elle-mêmes posséder assez de savoir pour, de façon critique, évaluer cette masse d’information qui nous arrive de partout, ça semble dur… à moins qu’il soit du journalisme d’enquête ou une personne qui a été préparée pendant plusieurs années pour le faire. 

 

Qu’est-ce qui arrive avec ceux qui sont actuellement des professionnels de la santé? Ce qu’ils ont, non pas comme moi, dans mon cas c’est différent, leur travail dépend d’eux agissant selon que la profession comme une entité dit de ne pas aller trop loin. C’’est réellement difficile. 

 

Si je pratique la médecine dans un hôpital comme je le fais durant plusieurs années, je ne sais pas si je vous parlerais ici et maintenant. Je sais que j’ai le savoir et l’éducation, mais mon travail, ma vie quotidienne et mon environnement ne dépendent pas de cela. Ma communauté médicale, à partir de Barcelone ou de mon pays, peut penser que ce que je dis est correct ou incorrect. C’est que je n’ai pas à ressentir cette peur, et je dis, c’est juste pointer une raison pour certains professionnels qui pensent de la même façon que moi, ou qui se posent eux-mêmes ces mêmes questions, mais disent ‘’si je ne suis pas 100% sûr, je ne prends pas le risque de poser ces questions.’’

 

 

 

 

Transcription et traduction JGB

 

 

 

      

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 10:23
Par MATHILDE GOANEC Kiev

Contre la grippe, des gousses d’ail, du gras de porc et des citrons verts… Remèdes populaires, dont les prix montent en flèche sur les étals des marchés d’Ukraine, confrontée à une sérieuse épidémie de grippe depuis deux semaines. Dans l’ouest du pays, gros foyer d’infection, les hôpitaux sont envahis, les malades contaminent les médecins, et le système de santé, déjà désorganisé, étouffe sous le coup de l’affolement.

Selon le ministère de la Santé, plus de 255 000 personnes touchées par la grippe et des maladies respiratoires ont été recensées dans le pays et 95 patients sont morts. Malgré des déclarations contradictoires, seul trois cas mortels ont pu être clairement attribués au H1N1, même si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) suppose que «la plupart des cas de grippe en Ukraine lui sont dus».


Conspiration. Accusé depuis des mois de faire l’autruche, le gouvernement ukrainien dirigé par Ioulia Timochenko a donc frappé un grand coup dès le premier cas mortel avéré, quitte à provoquer une panique générale. Partout dans le pays, les écoles ont fermé leurs portes pour trois longues semaines. Neuf régions ont carrément été placées en quarantaine, avec restrictions de circulation et contrôle des déplacements, et le dispositif pourrait s’étendre, selon la progression de la maladie. Des mesures extraordinaires, uniques en Europe, pourtant le nombre de malades et de décès est à peine plus élevé que l’an dernier à la même époque. Les rues se vident, et partout dans le pays, les rassemblements publics ont été interdits : commémorations, spectacles… et meetings électoraux, alors que l’Ukraine est en pleine campagne pour la présidentielle de janvier.

Jusqu’ici cantonné à l’ouest du pays, l’affolement a gagné Kiev le week-end dernier. Les habitants se sont rués dans les pharmacies, achetant en vrac vitamines, antigrippaux, et vidant les rares stocks de tamiflu disponibles. La pénurie a fait exploser les prix, malgré l’arrivée d’un avion bourré de doses du précieux remède, dimanche soir, à l’aéroport de Kiev. Les masques ont également fait leur apparition dans les rues, derrière les guichets, et sont portés par les chauffeurs de bus et de taxis. C’est même le dernier accessoire à la mode, sur le visage des belles de la capitale, dans les cinémas, cafés et discothèques.

Symptômes corollaires, rumeurs et spéculations prolifèrent comme des champignons : à Lviv (dans l’est du pays) comme à Kiev, certains Ukrainiens auraient aperçu des avions, épandant sur les villes des substances toxiques pour contenir l’épidémie ; la grippe serait en réalité une terrifiante «peste pulmonaire» ou un virus créé de toutes pièces par les laboratoires pharmaceutiques, une information qui rebondit depuis quelques jours sur les blogs conspirationnistes occidentaux.


Masque. Mal préparée et en manque de moyens, l’Ukraine semble pour l’instant incapable de juguler cette crise d’hystérie collective, et ce ne sont pas les récentes déclarations de la Première ministre, Ioulia Timochenko, appelant la population à fabriquer ses propres masques en tissu, qui vont la rassurer.

 

Source

Repost 0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 17:01

La campagne de vaccination (parodie)
envoyé par erendili. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Madame, Monsieur,
Chers amis,

Beaucoup d’entre vous s’inquiètent de savoir si je suis en bonne santé et si je vis toujours. Ça me touche beaucoup, sachez-le !
Je vous confirme donc que je suis toujours au poste, debout et plus conscient que jamais.

Si beaucoup s’inquiètent pour moi, je vous avoue que je m’inquiète encore plus pour vous, pour nous tous et pour tous ceux qui ne liront jamais ce courriel.

Ici au Québec, j’assiste impuissant aux plus gros mensonges et aux plus grosses manipulations qui aient jamais existé dans toute l’histoire de la médecine (et pourtant, Dieu sait s’il y en a des mensonges, des falsifications, des manipulations dans ce domaine très lucratif). Et pour couronner le tout, les journalistes charognards ont entrepris la noble mission de me lyncher médiatiquement. J’ai eu la bonne idée de ne plus écouter les émissions qui me sont consacrées. Certains de mes amis me donnent un résumé en deux minutes, je souris et je poursuis ma route.

Même Hitler est fâché sur moi, figurez-vous. Allez voir, ça vaut le détour : c’est la vidéo la plus drôle que j’aie vue depuis le début de cette pandémie :
http://www.jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=121&Itemid=159

Pour revenir à mes inquiétudes, je lis tous les signes avant-coureurs de la militarisation de cette campagne de vaccination. Si je dois encore m’aventurer à une nouvelle prédiction, je pense sincèrement que ce qui se passe en Ukraine (
http://www.come4news.com/h1n1-remplace-par-la-peste-448294 ) devrait nous donner une bonne idée de ce qui va se passer dans tous les pays, progressivement. Fermetures des écoles, interdiction des réunions, panique des foules face à la pénurie de médicaments, vaccinations forcées, contrôle de la circulation dans certains territoires, fermeture des frontières, et j’en passe. Pourtant, comme d’habitude, les chiffres ne semblent pas justifier ces mesures exceptionnelles ( http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2009/11/05/face-a-la-grippe-a-h1n1-l-ukraine-prend-des-mesures-d-exception_1263137_3244.html ). Le discours du président ( http://www.president.gov.ua/en/news/15609.html ) me fait froid dans le dos : il est cousu de mensonges, de manipulations, de contre-vérités. Mais au-delà de tout cela, quand on connaît la présence de la sinistre compagnie Baxter en Ukraine, on pourrait se demander si la soudaine explosion de morts là-bas n’a pas été purement et simplement provoquée par une contamination volontaire des citoyens (par les airs – Chemtrails ou par les eaux). Baxter n’en est pas à sa première expérience criminelle, rappelez-vous (contamination de 72 kg de matériel vaccinal, assassinat de 21 sans-abris en Pologne l'an dernier avec un vaccin expérimental, sang contaminé, etc.).

Malgré l’énorme travail que nous accomplissons, ma femme et moi, pour fournir à un maximum de personnes, les informations les plus complètes et les plus fiables, beaucoup d’individus (même parmi les intellectuels et les universitaires) semblent dépourvus de tout discernement. Ils sont paralysés par la peur d’un virus qui ne tue pourtant personne, ils sont hypnotisés par leur écran de télévision et sont téléguidés par les injonctions qu’on leur souffle aux oreilles depuis des mois, quotidiennement : d’aller se faire vacciner. Je vous avoue que certains jours, nous sommes découragés. Puis, nous nous remettons au travail, car il n’y a rien d’autre à faire, si nous voulons suivre ce que nous dicte notre conscience.

Ceux qui, parmi vous, n’ont pas encore compris que cette vaccination nous sera imposée d’abord par la manipulation (ici au Québec, ça marche super bien, grâce à la coopération pleine et entière des putes médiatiques), ensuite par l’intimidation et la culpabilisation, enfin par la force, ceux-là, je les invite à se rendormir définitivement. Les autorités de santé publique veulent, à tout prix, malgré les statistiques extrêmement basses de mortalité, vacciner tout le monde. C’est clair comme de l’eau de roche. Je vous le dis depuis fin août.

Ce que je compte faire, pour ma part ? Continuer à faire ce que je fais, c’est-à-dire informer le mieux que je peux, avec les références les plus complètes possibles. C’est pour cela que je vous invite à découvrir les nouvelles rubriques de mon site Internet qui se construit petit à petit (
http://www.jean-jacques-crevecoeur.com ). Ça ne fait qu’un mois qu’il est en ligne, et nous sommes débordés d’informations et de travail en permanence. Personnellement, je reçois plus de 200 courriels d’information par jour, que je dois lire, analyser, traiter, classer et éventuellement publier. Sans compter mes interventions dans les médias (TV et radios) et les conférences données à travers tout le Québec.

L’heure de vérité est arrivée, mes amis. Ou nous nous tenons debout pour refuser ce vaccin, pour interpeller personnellement les journalistes et les responsables politiques. Ou nous nous soumettons à la dictature médico-pharmaceutique.

Je vous salue avec le coeur.
Restons debout et éveillés.


Jean-Jacques Crèvecoeur
Montréal (Québec – Canada)

Le tout vient de chez
Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 11:23
Merci David, pour l'info.

Nous parlons d'une vaccination faite par la force, sous couvert d'une pandémie qui n'est autre qu'un génocide en fait car aucun moyen de porter plainte suite à ses effets indésirables et aucun test sérieux fait pour nous les éviter.

MESSAGE D'UNE AMIE D' ALBI, LE VOICI:

Ce petit message pour vous dire que TOUT SE MET EN PLACE, pour cause, je m'explique :

Avant-hier je fais un petit tour le soir vers 20 heures avec ma petite famille,  en voiture.... je passe près du petit aérodrome-circuit de voiture d'Albi, et là très étonnée je vois des avions qui se suivent à la queue-leu-leu, il n'y avait pas d'autres mots, STUPÉFACTION, ÉTRANGE, car à l'occasion tu peux voir un avion, mais vraiment à l'occasion, et là il était 20h30 (déjà encore plus étrange), un balai d'avion qui atterrissent et redécollent, je ne sais pas depuis quand avait commencé ce balai, et quand nous sommes parties ça continuait.... attention je ne te parle pas d'un aéroport, mais d'un aérodrome où en pleine été tu dois avoir à tout casser deux petits avions de tourisme et encore.... je me dis tiens il y a un truc important à Albi ? un symposium ? ça m'a trotté dans la tête et puis j'ai oublié, tout en essayant de comprendre, ce qui se passait? car j'étais sûre qu'il y avait un truc important....et PUIS ET PUIS, hier soir BINGO j'ai compris..... hier soir promenade dans le même coin, et là (tout de suite je n'ai pas fait le rapprochement), car à un carrefour (pas loin du circuit), je vois un panneau jaune indiquant :

CENTRE VACCINATION GRIPPE A.

Encore STUPÉFACTION, tout est là, ils commencent à mettre en place leur plan tordu, alors que chez nous la grippe A tu n'en n'entends plus parler..... je vais un peu plus loin en direction que le panneau indique, et que vois-je, un autre panneau qui cette fois nous mène direct où ? à l'aérodrome (le centre de vaccination est dans l'aérodrome, qui soit dit en passant n'est pas du tout adapté..... en rentrant avant d'aller me coucher, le TILT est arrivé, hé oui j'ai compris comment tout s'est mis en place, le balai incessant d'avions (chargé du précieux poison, les vaccins), j'ai voulu en parler à ma fille, elle dormait déjà, j'ai fait le lien, les avions, la cargaison, le centre justement dans l'aérodrome, alors que nous avons des espaces à Albi, bien mieux aménagé....


Des stocks de cercueils comme pour l'après canicule, peites boites rectangulaires bien sympathique pour y enfermer des dépouilles encore fumantes de l'après vaccination, ceux de la pandémie.

 

J'y suis retournée ce matin vendredi 30 octobre, tout près de l'aérodrome, maintenant dans toute la ville tu as des panneaux jaunes (où pour le moment rien n'est indiqué) mais qui indique tous la direction du circuit, c'est aux abords de l'aérodrome que tu as deux panneaux (ci-joint les photos), ensuite je me suis engagée dans l'impasse qui mène au circuit, et qu'est-ce que je vois un camion militaire où l'on peut voir sur son flanc

(CELLULE DÉPARTEMENTALE DES CONDUITES A RISQUE)...

Bizarre, non ? Je ne me suis pas éternisée car des personnes nous regardaient de façon peu sympathique...

TOUT EST LA, TOUT EST PRÊT, COMME PRÉDIT....

Il va falloir tenir bon, car la tentative de génocide est amorcée....

Pourquoi faire cette vaccination aussi loin

de la ville?

Cet aérodrome peut être bouclé par les forces de l'Ordre en quelques instants, peut être même que des cars scolaires y transporteront nos enfants directement alors que nous les supposerons seulement partis en cours, rien ni personne ne pouvant nous garantir que si nous refusons de la leur faire faire cela serait respecté.

NOUS PARENTS DEVONS NOUS DORS ET DÉJÀ ACCOMPAGNER A TOUR DE RÔLE NOS TÊTES BLOND SOIENT PAS VACCINÉES SANS NOTRE AUTORISATION?

Faires alors un papier dans nos mairies demandant à ce que nos enfants ne soient pas vaccinés sans notre consentement, le faire tamponner, puis en faire une photocopie que nous donnerions aux directeurs des écoles et une que nos enfants porteront sur eux. Mais avec les règles qui dépasseront tout entendement concernant cette vaccination j'ai bien peur que le peuple non d'acccord n'est même pas son mot à dire car nous risquons alors de tomber sous la lois martiale.

SAUVE QUI PEUT MIEUX VAUDRA ETRE LOIN DES VILLES.

Source
Repost 0