Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 08:44

Salvador-Dali_Pont.jpg

Bizarre, en deux nuits, les rêves.

 

Hier, c'était un drôle de pont. En Espagne, il me semble ( mes origines ).  A l'entrée du pont, un panneau, "surtout ne pas franchir", mais pas le choix, c'est le seul passage...

 

C'est mon père qui conduit, il s'engage sur le pont à voie unique. La route descend et il s'arrête car elle plonge directement dans l'océan ou la mer. Puis là, assez hallucinant, la partie de la route devant nous s'élève et est remplacée par une autre, qui était en dessous. Un peu comme un pont en "roue de charette". Une autre voie s'ouvre au dessus de l'océan mais une voiture nous fait face sur la voie unique, peu importe, cela s'élève et une autre voie, libre, s'offre à nous...

 

J'ai réfléchi sur la symbolique, qui me semble assez bonne.

 

Cette nuit, j'ai rêvé un seul rêve en plusieurs phases. A chaque réveil, je me disais, bordel, superbe hisoire à écrire. En trois ou quatres phases, j'avais la trâme de l'Histoire. J'ai noté tout ça au réveil.

 

Extrêmement bizarre ce qu'il se passe en ce moment.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 02:06

oeil-loupe-indic-10794346myhed 1713

J'ai du m'assoupir... Un instant.

C'est la fraîcheur qui m'a réveillé. Nous étions tous les deux collés, en position du foetus, comme des jumeaux.

J'ai posé ma main sur sa joue. Ma main n'est jamais froide, comme mon coeur.

 

Elle a ouvert les yeux et a souri. A ce moment là, me suis rendu compte que l'on ne s'était pas encore embrassés.

 

J'ai mis mon pouce sur sa lèvre et je l'ai fait glisser....

 

Son sourire s'est estompé et je pense qu'elle à pris, à ce moment là, conscience de la gravité de la situation.

 

-Damien? Elle a murmuré....

 

-Oui...

 

Elle s'est penchée sur moi, a refermé les yeux.

 

Le jour se levait et il faisait froid. Le ciel semblait tomber sur nous en une brume épaisse et opaque. Il suffisait d'ouvrir la bouche pour boire.

 

Instinctivement, ma main est retournée dans ses cheveux, que j'ai carressés.

 

Et là, ce fut un étrange moment de solitude, où j'ai pensé à elle, à nous, à ce que nous pourrions faire.

Je n'avais absolument aucune idée de comment mener la danse à deux, vue le mal que j'avais à danser tout seul.

 

Mais nous étions sous un clocher, nous avions froid mais partagions notre chaleur.

 

Je ne l'avais pas encore embrassée, mais le plus important était là.

 

J'ai posé ma tête contre la sienne.

Maintenant, tout pouvait arriver.

 

Enfin, j'étais arrimé.

 

Et les voitures passaient, se croisaient....

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 00:13

A la demande générale d'Anne, je fais une suite...

 

 

 

Il n'y a qu'en embrassant les étoiles du regard que l'on éprouve cette paix, et cette interrogation profonde, mais que sommes nous?

 

Cet instant dans ses bras m'a paru une éternité.

 

J'ai senti sa tête se relever alors j'ai desserré mon emprise. Elle m'a regardé, avec toujours ce regard plein d'interrogations.

 

Je l'avoue, j'aurais bien brûlé toutes les étapes, à ce stade, tellement elle est belle.

 

 

Encore une éternité, on s'est regardés... Sans mot dire.

 

Puis je l'ai replaquée contre moi, et on a expirés longuement, tous les deux. C'était comme si on avait été séparés pendant très longemps.

 

-On ne peut pas rester là, j'ai dit, au bout de l'éternité....

 

Elle a levé la tête et à acquiessé du regard.

 

Alors, sans que personne s'en apperçoive, il était maintenant 5 grammes dans chaque bras, nous nous sommes retrouvés dehors, dans le froid. Instinctivement, peut-être, elle s'est plaquée contre moi.

 

Me suis senti important, à ce moment là. Non pas dans la grandeur, dans l'intelligence, mais seulement que j'avais quelqu'un dans mes bras et que je devais assurer. Vous savez ce que c'est, ça change tout....

 

On a marché un moment dans le plus pur silence, enlacés, et j'ai vu une église. Nous nous sommes assis sous le porche.

 

Nous étions à l'abri du vent et le silence régnait. Aucun de nous ne voulait le rompre, visiblement. Elle avait sa tête sur mon épaule, j'avais mon bras sur sa hanche. Je la sentais bien.

J'étais bien.

 

Fallait-il briser ce silence, fallait-il parler?

Nous étions face à l'éternité, à regarder les lumières de la vie, par des fenêtres éparses, des voitures qui passaient et se croisaient.

 

Faut-il des mots?

 

Je serais bien resté là, dans l'éternité.

 

Mais ma bouche à lâché : C'est quoi ton prénom?

 

Elle n'a pas bougé. Dans un faible soupir, elle a dit, Céline.

 

Alors j'ai su que nous irions jusqu'au bout de la nuit...

 

-Enchanté, moi, c'est Damien.

 

-Enchantée, elle a soupiré.

 

Puis elle s'est endormie.... Comme ça. Fatiguée de la vie, elle aussi, j'ai pensé.

 

Doucement, je nous ai trainés vers un coin de mur. J'ai enlevé mon manteau et je nous ai couvert. Elle ne s'est pas réveillée.

 

Cette nuit là, je n'ai pas dormi.

 

J'ai carressé ses cheveux, en regardant les voitures qui passent et se croisent....

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 23:29

oeil-loupe-indic-10794346myhed 1713

( je précise, tout ceci n'est que délire littéraire )...

 

Je suis arrivé un peu en retard, ma bouteille de whisky dans la poche. Un mec que je ne connaissais pas m'a ouvert.

 

-Salut...

 

-Salut...

 

On s'est fait la bise, preuve que l'ambiance était déjà à trois grammes dans chaque bras. Je n'avais rien bu.

 

J'ai cherché du regard la fille qui m'avait invité mais je ne l'ai pas vue. La musique était forte, les mecs parlaient fort aussi.

Me suis demandé un moment ce que je fouttais là.

 

Un mec est venu avec un verre et me l'a tendu, je lui ai adressé un sourire, c'était la moindre des choses. Hummm, à l'odeur, j'ai reconnu le Paddy... Cool... Suis allé dans la cuisine pour mettre un peu d'eau par dessus.

 

La première gorgée a détendu un peu mon humeur, réfractaire.

 

En passant, j'avais vu un groupe de filles, dans une pièce annexe. Je sais, n'allez pas croire que je cherchais un cul pour la nuit. Non... Mais les mecs, en géneral, ça ne m'inspire pas trop... Le foot, les voitures, le boulot, ne sont pas des choses qui m'enthousiasment... Et, quand ils sont bourrés, encore moins.

 

Je suis entré dans la pièce et le silence s'est installé. Me suis assis sur un lit, à distance.

 

-Je vous en prie, continuez, je me repose, c'est tout. J'ai dit aux quatre femmes qui étaient là.

 

Elles m'ont regardé un moment puis ont semblé m'oublier.

 

-Ouais, et je suis rentré dans le magasin, c'était un truc de ouf, à dit une chatain, mignonne, l'air un peu bébête...

 

-T'as trouvé le sac, à démande une autre?

 

-Ouais, 50 euros, le délire!!!...

 

 

J'ai bu une gorgée et j'ai expiré.... En ouvrant les yeux, je l'ai vue me fixer. Droit dans les yeux, avec un regard d'une force terrible, presque inquisitoire...

 

J'ai ouvert grand mes yeux, pour demander, quoi?

 

Elle a sourit.

 

J'ai adoré son sourire.

 

Je ne savais pas quoi faire alors j'ai bu une autre gorgée.

 

Les nanas continuaient à parler de Vuiton ou autre, et nous, on se fixait droit dans les yeux.

 

Je détaillais ses cheveux longs, bouclés, ses fines oreilles, avec petites boucles discrètes... Aucune signe ostentatoire, aucun délire visible sinon dans ses yeux, pleins de malice et de jeux.

 

Qu'est ce que je fais?....

 

J'ai fini mon verre et j'ai baissé la tête. Qu'on me la coupe, enfin....

 

En relevant les yeux, elle était partie.

 

Je suis resté un peu hagard, un instant. La discution était maintenant sur le nouveau mec de Brigitte, beau gosse, d'après ce que j'entendais. Les femmes ne sont plus ce qu'elles étaient ou alors j'ai raté un épisode.

 

Me suis levé. Aucune des filles n'a fait attention à moi, elles continuaient leurs palâbres...

 

Les mecs étaient à fond et se racontaient des blagues salaces. Mais où es tu?

 

Je suis allé dans la cuisine, personne... J'en ai profité pour me resservir un verre.

 

Salle de bain, personne.... Chambre, personne... Puis, en repartant, la porte des toilettes s'ouvre, et je la vois enfin debout, en totalité. Merveilleuse....

 

Elle sourit. J'essaye, mais je n'envoie qu'un faible rictus, je le sens. Putain, quel con de timide je suis....

 

Elle garde son sourire et vient se plaquer contre moi, là, dans le couloir d'un appart inconnu, d'un mec inconnu, dans une ville, finalement, inconnue.

 

Elle me serre contre elle alors je l'enlasse....

 

Je pose une main sur ses cheveux et je les carresse.

 

Voilà, c'est fait.

 

Je suis mort.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 00:31

J'avais passé la nuit avec cette femme mais il ne s'était rien passé.

 

C'était une fête, on a beaucoup picolé, puis j'ai pas pu rentré. Elle m'a dit que je pouvais rester.

Je ne sais pas ce qu'elle attendait, mais je n'ai rien pu.

 

Elle non plus, je pense....

 

Ma suis réveillé le lendemain, et j'avais besoin d'un café.

 

Son fils de 10 ans était là, me regardait.

 

"Ca va"?

 

Il n'a rien répondu.

 

Je sais, ils n'aiment pas les mecs qui baisent leur mère... sauf que je ne l'avais pas baisée.

 

"Tu veux que je te prépare quelque chose"?

 

Toujours aucune réponse... Rien, un réel autiste...

 

J'ai continué comme si de rien était.... Tranquille.... Mais, franchement, je me sentais un peu fébrile. Le gamin restait assis là, sans rien dire... C'était un peu insupportable.

 

J'allais me verser un café quand il a dit : "Tu sais, Maman, elle t'Aime"...

 

Je crois que j'ai bien fait de serrer la cafetière dans ma main...

 

"Je crois que tu devrais pas déconner avec elle", il a rajouté.

 

 

J'ai posé la cafetière et, franchement, je n'ai pas pu répondre.

 

Je l'ai regardé, dans les yeux, il était très sincère.

 

L'étais-je autant?

 

Sa mère dormait, à l'étage et je n'ai pas eu envie d'y retourner. j'ai bu une gorgé de café, j'ai regardé son fils, enfin silencieux.

 

J'aurais bien voulu lui tendre la main, j'aurais bien voulu conclure un pacte avec lui. Juste entre nous, juste sincère, entres hommes....

 

Je ne savais pas encore les sentiments de sa mère, je ne savais pas encore comment faire.

 

Des fois, dans la vie... Souvent...

 

On ne sait pas par où commencer.

 

Alors que tout nous demande de l'Amour, toujours....

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 00:05

Sélection 008

Non mais.... Depuis qu'elle m'avait ensorcellé, je n'avais plus aucune discussion sérieuse sur Facebook, tout le monde me tournait le dos. "Ha oui, mais je vais dormir"... " Mais bon, ce que tu me dis, je le sais déjà".... " bon, j'ai à faire, salut".... Et j'en passe....

 

Non mais ça suffit!....

 

Alors je suis retourné la voir, mon amie la forêt, lui dire que bon, on peut être amis, c'est clair, mais sa possessivité, vraiment, j'en avais pas besoin.

 

J'ai pris le chemin principal, le plus facile... J'ai regardé les arbres, à droite, à gauche, et aucun ne semblait s'interesser à moi.  J'ai continué, j'ai longé les champs, sur le chemin bordé de jeunes érables, et je cherchais à qui m'adresser. Pas facile, dans une forêt, de savoir à quel arbre parler.

 

A un moment, j'ai été attiré par un reflet, ou un ombre, je ne sais pas, un signe, en tout cas, sur la droite. Il y avait un chemin emprunté par les bûcherons.

 

Allez, me suis dit instantanément, c'est là. Et j'ai foncé.

 

Je savais que je me dirigeais vers la rivière, qu'il n'y avait pas d'autre chemin, mais MON chemin était là.

 

J'ai croisé des russules, des lactaires et pleins d'autres champignons inconnus. quelques mésanges et autres passeraux, mais la forêt était calme, étrangement calme.

 

Soudain, je me suis arrêté, je ne marchais pas vite, aussi, mon coeur a cessé assez vite de battre dans mes oreilles.

Ce fut un silence complet. Plus un bruit, rien... Même pas le petit cui d'un oiseau.

 

J'aurais dû prendre peur mais je savais que j'étais chez mon amie, la forêt. Alors j'ai continué, à pas lents.

 

Des heures, j'ai marché, descendant et remontant les vallées, enjambant les troncs couchés et écartant les branches basses des futaies. Cela devait faire trois ou quatre heures que je marchais. Me suis écroulé.

 

Me suis réveillé un moment après, le Soleil déclinait vraiment. J'ai eu du mal à redresser ma tête et surtout à la retourner.

J'étais contre un énorme arbre, le plus gros que je n'avais jamais vu, un hêtre.

 

Instinctivement, je ne sais pas pourquoi, j'ai demandé:

 

-Quoi?

 

Et là, ai-je rêvé, je ne sais pas, j'ai entendu.

 

-C'est toi qui est venu.

 

J'ai voulu réagir, me défendre, mais je n'avais plus aucune force. c'était comme je répondais en mode automatique.

 

-Oui, je voulais te voir.

 

Une feuille morte est tombée sur mon genoux, je ne sais plus lequel, j'étais absorbé par autre chose.

 

-Tu n'es pas là par hasard, mon garçon, m'a dit l'arbre.

 

-Non, j'ai répondu. Je suis venu négocier.

 

Ce n'est pas moi qui parlais, j'étais pétrifié.

 

-Tu n'as rien à négocier, tu nous appartiens, à répondu l'arbre.

 

-Je sais... Ce n'est toujours pas moi, je m'entendais répondre, mais ce n'était pas moi.

 

-Arrête de te croire plus important que tu ne l'es. Arrête de faire comme si tout allait continuer comme ça. Tu es notre ami, tu es des notres, mais ton chemin de vie, galopant, est propice à la perdition.

 

-Je comprends, a dit celui que je devrais être.

 

- Cherche la Paix à l'intérieur de toi. et si tu en as l'occasion, plonge quelques racines dans le sol. Pas nombreuses, car tu n'es pas un arbre.

 

-Je comprends, à répondu l'autre.

 

-Sâche que nous acceptons de nous faire tuer, car nous n'appartiendrons toujours qu'au présent en même temps qu'à l'éternité. Et que rien, absolument rien ne nous rendra mortels car nous sommes irrémédiablement penchés, perchés vers l'éternité. Comprends tu?

 

-Oui, droits et tordus à la fois.... Des reflets de Dieu? Ce n'était toujours pas moi qui répondait... Mon âme?

 

- Je vois que tu as compris, mon garçon. Tu peux rentrer, et reviens nous voir le plus souvent possible.

 

 

 

Je suis rentré, fatigué. J'avais l'esprit vide.

 

Me suis fait quelques oeufs au plat, avec un morceau de pain, puis je suis allé me coucher. Je ne savais pas trop quoi penser de tout ça.

 

Puis, lorsque je me suis réveillé, j'ai bu un café, me suis habillé, puis je suis retourné dans la forêt.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 19:12

Selection_008.png

Je l'Aime beaucoup, cette forêt et elle me le rend bien.

 

Il y a une chose que j'ai tout de suite sue, c'est qu'elle s'était renseignée sur moi. De racines en racines, les arbres ont recherché qui j'étais, sont allés jusque dans le Périgord, l'Auvergne, et ont eu très rapidement toutes les informations nécessaires. La NSA peut s'accrocher, la Nature reste maîtresse...

 

Alors ils ont su que je ne pouvais vivre sans arbres, sans champignons, sans ces souches ou ces troncs qui pourrissent, libèrent du Co2 en abondance, mais la Vie elle même ne pourrait vivre sans tout cela.

 

Alors les arbres se sont penchés sur moi, m'ont envoyé quelques feuilles d'automne en signe de bienvenue et, depuis, j'y retourne le plus souvent possible.

Selection_009.png

C'est une forêt dans le Finistère, qui borde la Laïta, frontière avec le Morbihan, à moins de 20 km de la ville. Immense, majestueuse, avec des arbres plus que centenaires, des fougères qui poussent sur les troncs...

 

J'ai été surpris de me rappeler certains endroits d'Auvergne, avec des petits vallées très encaissées ( il doit y avoir un nom local ) et des ruisseaux qui s'y faufilent... Et j'ai même vu un pic noir. Je n'en avais pas vu depuis que j'ai quitté le Massif Central.

 

Que vous dire de plus, sinon que ces 15 km m'ont fait plus de bien que 5 années d'analyse. Que cette forêt est définitivement mon amie, que je m'y sens chez moi. J'ai même parlé à des chasseurs qui faisaient une battue, leur demandant ce qu'ils chassaient. Question bête alors réponse bête : " Bin, tout ce qu'on peut, Sangliers, chevreuils, blaireaux, renards"...

Selection_010.png

Bah, même pas grave... Ils ont l'habitude de nos conneries dans cette forêt ancestrale.

 

Moi, j'ai chassé quelques photos avec un appareil défectueux et mon tableau de chasse n'est pas mal pour la journée.

 

Mais la meilleure prise, je l'ai dans ma tête, dans mon coeur.

 

Merci, mon Amie, de me redonner goût à la vie.

 

Selection_011.png

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 21:52

oeil-loupe-indic-10794346myhed 1713

Comme je n'ai d'autre à faire de plus sérieux, en ce moment, et que presque tout me les brise menues... J'ai cliqué sur un lien d'analyse numérologique.

 

J'aime bien la numérologie, j'ai toujours aimé...

 

Et, Surprises!....

 

Votre nombre d'expression, le 9, synthèse de votre prénom et de votre nom, détermine votre nature émotive et passionnée. Vous avez le sens du service et du dévouement et un désir ardent de communiquer (pas toujours assouvi).

 

 

Me demande encore pourquoi j'ai un blog, pourquoi je suis sur Internet... Malgré tout ce temps à partager, non, ce n'est en rien assouvi.

C'est comme l'envie de voir un ciel étoilé, je pense que ça ne me lâchera jamais...

 

 

Vous avez un besoin fondamental d'apprendre et également de transmettre, d'enseigner, d'utiliser vos connaissances pour aider les autres. Vous avez un tempérament idéaliste, souvent coupé des réalités. Vous éprouvez une attirance naturelle pour les voyages à l'étranger. À surveiller: Votre hypersensibilité et votre tendance au déséquilibre nerveux ou psychique en cas de déception ou de désillusion... Bref: Le besoin d'amour (donner et recevoir) est la clé de votre nombre souvent empreint d'une grande spiritualité... À vous de jouer!

 

 

Le premier qui confirme que je suis en déséquilibre nerveux, je lui explose la gueule, c'est clair!!!!!.... Bordel, faut me foutre la Paix, MERDE!!!!....

 

 

Votre prénom, Damien, caractérisé par le chiffre 1, montre clairement que l'action prédomine dans votre tempérament, d'où votre besoin de mettre en avant vos idées et de réaliser vos projets. La contemplation et l'obéissance ne sont certainement pas votre tasse de thé.

 

 

Ca tombe bien, le ciel est nuageux, ce soir.... Je ne vais pas pouvoir me poser et regarder les étoiles....

 

 

Votre nombre intime, le 5, issu des voyelles de votre prénom et de votre nom, renseigne sur la personnalité vécue de l'«intérieur», sur vos aspirations, vos motivations... Dans votre cas, vous aspirez clairement à l'autonomie. Vous avez besoin d'évasion, de changement, de voyage. Vous êtes doué d'une grande mobilité d'esprit et d'une grande faculté d'assimilation, mais vous devez surveiller votre impatience... Il émane de vous un certain charme, parfois même un certain magnétisme. Vous pouvez vous épanouir dans la relation amoureuse, dans la complicité durable à condition qu'existe le respect mutuel de l'autonomie.

 

 

Ouais, bien sûr, fais donc ce qu'il te plaît.... Je cherche l'Amour, le Vrai, là où le doute n'existe pas... Je l'ai cherché sous l'escalier, sous le tapis, sous l'évier. Je n'ai trouvé que la bonde, pas la bonne...

Je cherche encore... Si quelqu'un pouvait me prêter une pelle....

 

 

Issu des consonnes de votre prénom et de votre nom, votre nombre de réalisation, le 4 révèle vos talents sur un plan matériel et/ou professionnel. Chez vous, il révèle le sens de l'ordre et de la méthode... Puissance de travail et concentration. Vous recherchez la sécurité dans la durée.

 

 

Ouais, 43 ans, aucune économie et je dois bosser jusqu'à 80 ans pour avoir la retraite à taux plein. Ne rigolez pas, ce n'est pas la faute à la numérologie, c'est juste que nous sommes dans un système de merde où nous ne bossons désormais que pour les financiers.

 

 

Votre nombre psychique, le 10, indique que vous êtes d'une nature riche et que avez de nombreux centres d'intérêt. Vous avez besoin de mobilité ou tout au moins de casser de temps à autres le rythme. Vous êtes rapide d'action et habile en différents domaines. Vous avez le sens des affaires. Revers de cette belle vitalité: vous êtes trop exigeant dans votre vie privée et votre désintérêt pour la vie domestique (voire familiale) n'arrange rien...

 

 

Mes relations féminines le confirmeront en commentaires.... Quoi, plus aucune ne lit mes billets?....

J'ignorais qu'elles savaient lire....

 

 

 

Vous avancez dans la vie grâce à vos activités et à vos amitions. C'est ce que révèle en tous cas votre nombre d'évolution, le 1. Il confirme aussi votre cérébralité, votre logique, votre indépendance, votre maîtrise de soi et votre créativité. Dans tous les cas, votre 1 vous permet de vous réaliser et de réussir, mais vous devez avant tout compter sur vous-même.

 

 

Merci, j'avais compris. Me suis jamais autant senti seul que mal accompagné.... D'ailleurs, je ne me suis jamais senti accompagné, ni par mes parents, ni par l'Education nationale, ni par mes 145362 compagnes ( pardon, mon clavier déconne )... Allez, je vais compter les points noirs sur ma gueule....

 

 

Votre manque de 7 pourrait également se dire «Manque de confiance en soi»... Voici l'origine de vos peurs, de vos angoisses et de votre pessimisme. Vous souffrez souvent d'isolement car vous éprouvez des difficultés à comprendre autrui et parfois même à aimer la vie... Si vous n'avez déjà entamé un tel processus, il est grand temps de trouver un moyen de dépasser vos problèmes.

 

 

Petitement, je cherche un grand moyen de m'en sortir, c'est vrai... Depuis longtemps...

 

 

Manque de 8 ou manque de jugeotte à l'égard des choses matérielles et de l'argent? Ce manque de 8 est clairement la cause de votre peur de saisir les opportunités, de votre désintéressement pour l'argent et le pouvoir. Les conséquences du manque de 8 se révèlent parfois très violentes, il convient donc pour vous de rechercher rapidement à vous accomplir en misant sur votre sens de l'équité.

 

 

Vous comprenez pourquoi j'échange mes nouvelles contre quelques euros?.... Bon, en tout cas, désormais, je n'ai plus aucun secret pour vous. Tout le monde sait quel con je suis. Et pour retrouver l'équité, je citerais Paul Louis Courier :

 

"Justice, équité, providence ! vains mots dont on nous abuse !"

 

Le lien pour faire votre analyse : http://www.numerologie.ch/

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 03:04

11080004-p.jpg

Est ce que parce que je suis en cette Terre Celte?...

 

Est ce que par ce que je deviens vieux?

 

 

Je croise des gens, je ne me mèle pas, pour l'instant. Suis un étranger... Mais je capte.

 

Il y a beaucoup d'Amour, ici, même si ce mot ne veut plus dire grand chose pour tout le monde.

 

 

Je cherche, je tâtonne... je tape du pied sur le sol pour sentir si ça sonne creux ou pas.

 

Le lève le yeux au ciel et je regarde les étoiles.

 

 

Je ne vois pas grand chose.

 

Des vies qui se perdent, des amitiés solides, sincères, mais jusqu'où?

 

Des gens perdus...

 

 

Je souris, je jette des regards....

 

Ici, les gens les rendent.

 

 

Je suis comme ces rochers, sur la côté, subissant les vagues incessantes de la Vie.

 

Figé, résistant, mais jusqu'à quand?

 

Suis pas surpris de toutes ces légendes.

 

Où chaque chose se transforme.

 

 

La vérité, c'est que nous n'attendons que cela.

 

La transformation.

 

 

 

Enfin être.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 19:06

2%

 

C'est le chiffre des lecteurs ayant fait un don pour avoir ma nouvelle...

 

C'est aussi le pourcentage de haut potentiel dans la population.

 

Bref, que ce soit virtuel ou dans la vie réelle, j'ai la facheuse impression d'être entouré de 1% de pourris et de 97% de connards....

 

Si les amis n'avaient pas été là, encore une fois, je n'aurais pas pu m'en sortir.

 

Hélios, Angeles, Titi, Fran... MERCI!....

 

Vous êtes ceux qui me font garder goût à la vie.

 

Alors, vous comprendrez que je n'ai rien envie d'écrire, de partager.

 

Ce monde est mort, définitivement, à mon avis.

 

Alors ce qui vient n'est en rien grave.

 

 

 

Qu'Il protège ceux qui le méritent.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Moi je
commenter cet article