Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 07:20

François Marginean


«  Il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation (…) de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. « 

Patrick Le Lay, PDG de TF1, interrogé parmi d’autres patrons dans un livre Les dirigeants face au changement1] : (Editions du Huitième jour) affirme [

 » Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ”business”, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (…).

Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (…).

Rien n’est plus difficile que d’obtenir cette disponibilité. C’est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l’information s’accélère, se multiplie et se banalise. « 


France 2 a diffusé le documentaire « Le temps de cerveau disponible » dans le cadre des documentaires « Infrarouge » lors du 18 mars dernier. Un documentaire qui ne laisse pas indifférent. Il aurait facilement pu être nommé « Ce que la TV fait à votre cerveau », ou encore « Comment la TV joue dans votre cerveau et vous manipule ». Mais le titre colle bien de toute façon, puisqu’une des analyses de cette émission est l’influence de la télévision sur ce que nous sommes et aussi sur la manière dont les images nous façonnent. Il y a carrément une dérive de la télévision présentement. Elle tente de nous dicter ce que nous devrions penser, de modeler nos comportements, nos goûts et notre vision du monde et de soi-même. Elle prépare le cerveau pour que les annonceurs puissent vous vendre une image ou créer un besoin artificiel en vous. Elle vend du temps de cerveau disponibles à des corporations, votre cerveau.

On joue de façon destructive avec les émotions et les ficelles psychologiques des gens à travers des émissions de plus en plus dépravées et vulgaires. La télé-réalité en est un exemple frappant. Les bas instincts sont stimulés au maximum au même rythme que notre humanité s’effrite. La dignité humaine est monnayable. Elle est aussi rentable et, semble-t-il, la seule manière de rentabiliser la télévision commerciale ainsi que publique. C’est un nivellement par le bas. Elle ne s’améliore pas et ne contribue pas à l’émancipation et l’élévation des individus, mais bien à la destruction des valeurs et de la culture. Pourtant, elle pourrait être un outil incomparable. Mais nos valeurs sont mal orientées et produisent le résultat qu’on connait aujourd’hui.

Ce n’est donc pas la télévision en soi qui est mauvaise, mais bien l’utilisation qu’on en fait. Si l’Internet connait un tel essor, alors que les journaux et les médias télévisés perdre de leur auditorat constamment depuis quelques années, c’est que la population réalise progressivement ce qu’elle est devenue: la grande télévision poubelle. Et le fait que le but principal est de vous attirer à tout prix avec ce qui fait appel à nos pulsions primaires en jouant avec votre cerveau par des techniques de marketing mêlées à de la psychologie de masse seulement que pour vendre du temps de cerveau disponible à des compagnies privées, devrait tous nous faire réfléchir. Plusieurs études ont d’ailleurs démontrées que la télévision porte préjudice au développement du cerveau en bas âge.


Bon visionnement!


Documentaire « Le temps de cerveau disponible » (France 2):

France 2: Cruauté, violences psychologiques et sexuelles, humiliations…, la télé-réalité devient folle. Son arrivée au début des années 2000 ouvrait une nouvelle ère dans l’histoire de l’audiovisuel. 50 ans d’archives retracent l’évolution du divertissement : comment la mise en scène de l’intime, dans les années 80, a ouvert un nouveau champ, comment la privatisation des plus grandes chaînes a modifié le rapport au téléspectateur. A l’aide de spécialistes, dont le philosophe Bernard Stiegler, ce réquisitoire démontre comment l’émotion a fait place à l’exacerbation des pulsions les plus destructrices
Les7duQuébec
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 15:45

Si Al Qaeda massacrait aujourd’hui même 17 000 personnes, pouvons-nous douter un seul instant que ça ferait, demain, la UNE de tous les journaux du monde entier ? Rien d’autre n’apparaîtrait en première page. Eh bien, aujourd’hui, lorsque sonnera minuit, dans le monde, 17 000 personnes seront mortes, mais non pas des mains d’une organisation terroriste, mais à cause de la famine qu’impose le marché avec l’aide d’un certain nombre d’Etats, de Banques et de Fonds Monétaires.


Ces milliers de morts ne vont pas faire la UNE des journaux ; nous ne saurons pas qu’ils sont morts. Et le problème c’est que demain encore vont mourir 17 000 autres personnes pour la même raison, avec la même impunité et entourées du même silence. Le capitalisme, la plus nauséabonde des terreurs, les tue tous les jours.


Et l’excuse avancée par les médias pour nous cacher ce massacre quotidien c’est que, précisément parce qu’il a lieu tous les jours, ces 17 000 cadavres ne sont jamais « une nouvelle ». Et c’est peut-être ce qui explique pourquoi, comme cela ne s’était jamais produit auparavant à Cuba, - les 5 prisonniers qui, à ce jour, se sont suicidés dans la base de Guantànamo ne peuvent être mis sur le compte du gouvernement cubain, - le fait que 1 prisonnier ait fait une grève de la faim jusqu’à ses fatales conséquences, justifie par contre l’avalanche de gros titres et d’adjectifs indignés.


En paraphrasant Santiago Alba Rico écrivant à propos de la crise financière - ce n’est pas une crise parce que des millions de gens crèvent de faim dans le monde, c’est une crise parce qu’un tout petit groupe de millionnaires ne gagnent plus autant - la nouvelle ici n’est pas la mort par la faim de 17.000 personnes chaque jour mais celle d’un seul détenu cubain après une grève de la faim.


Koldo Campos Sagaseta
écrivain.


Traduction Manuel Colinas

Le Grand Soir

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 20:18

La Coupe du Monde en Afrique du Sud : Invictus à l’envers (The Nation)

Johannesburg : Vous le remarquez dés la descente de l’avion : un énorme ballon de foot pendu au plafond de l’aéroport international de Johannesburg orné de bannières jaunes qui proclament, « 2010 allons-y ! Coupe du Monde ! » Si vous tournez la tête, vous pouvez constater que tous les sponsors sont de la partie : Coca-Cola, Anheuser-Busch – tous portent le sceau de la FIFA. Ce n’est que lorsque vous baissez le regard que vous apercevez un autre univers, moins sponsorisé celui-là. Même à l’intérieur de l’aéroport rutilant, des hommes âgés entre 16 et 60 ans proposent de vous cirer les chaussures, de porter vos bagages, ou même de vous accompagner jusqu’au taxi. C’est l’économie informelle qui tente de se faire une place au milieu des sponsors. Bienvenue en Afrique du Sud, un endroit remarquable et fait de contrastes : riches et pauvres, blancs et noirs, des immigrés et tout le reste. Déjà en temps normal, c’est la bagarre s’en sortir. Mais avec la Coupe du Monde 2010, qui démarre dans 90 jours, les contrastes se sont transformés en conflits.


La situation actuelle en Afrique du Sud pourrait être qualifiée d’ « Invictus à l’envers ». Pour ceux qui ont eu le plaisir de le voir, le film Invictus raconte comment Nelson Mandela a utilisé le sport, particulièrement le rugby pratiqué presque exclusivement par des blancs, pour réunifier le pays après la chute de l’Apartheid. (John Pilger a une autre opinion sur ce film - NdT)

La Coupe du Monde, par contraste, a été l’occasion de camoufler tous les conflits afin de présenter aux yeux du monde l’image d’une nation unie. Comme l’a dit Danny Jordaan, le principal organisateur sud-africain de la Coupe du Monde, « Les gens vont voir que sommes africains. De classe mondiale ». Remarquez que sa préoccupation porte sur ce que verra le monde, et non ce que verront les Sud-africains. Ce que les Sud-africains voient, selon les termes d’un jeune homme, c’est « le pillage du pays par... le foot. » Les contrastes sont en train de se transformer en conflits parce que le gouvernement sous la pression de la FIFA est décidé à faire en sorte que le spectacle soit une réussite, quel que soit le coût social.

Il y a les expulsions de milliers de gens qui ont été chassés de leur foyers vers des bidonvilles, pour faire place aux nouveaux stades et aussi pour épargner aux touristes le triste spectacle. Les Nations Unies ont même porté plainte au nom des 20.000 personnes déplacées du camp Joe Slovo dans la ville du Cap, qualifié de « spectacle pénible » par les organisateurs de la Coupe.


Il y aussi la répression contre ceux qui gagnaient leur vie en vendant des articles autour des stades. Regina Twala qui vend autour des stades de foot depuis presque 40 ans, a été prévenue qu’elle et les autres ne devaient jamais s’approcher à moins d’un km du stade. Elle a déclaré au quotidien Sunday Independant, « Ils disent qu’ils ne veulent pas de nous ici. Ils ne veulent pas de nous prés des stades et que nous devons plier bagages. » De plus, la FIFA a poussé le gouvernement sud-africain à annoncer qu’il ferait arrêter toute personne qui vendrait des produits estampillés « World Cup » ou même l’année « 2010 ». Samson, un vendeur à Durban, m’a dit « On a toujours fait nos affaires autour des stades. Qui commande ici maintenant ? La FIFA ? »


Samson ne parlait que des menaces envers les vendeurs, mais il aurait pu aussi bien parler de toute une série de lois que l’Afrique du Sud a fait adopter pour préparer cette compétition. En déclarant que la Coupe du Monde était un « événement protégé », le gouvernement, en accord avec les demandes de la FIFA, ont adopté des lois qui « énoncent les lieux où les gens peuvent rouler en voiture et se garer, où ils peuvent vendre ou ne pas vendre, et où ils peuvent promener leurs chiens. » Il a été clairement spécifié que les mendiants où même ceux qui prononceraient des grossièretés (probablement en dehors du terrain de jeu), pourraient être arrêtés.


Et puis il y a les assassinats. Dans une affaire qui a fait le tour du monde mais dont on a peu parlé ici aux Etats-Unis, deux personnes sur une liste de 20 ont été assassinées pour avoir dénoncé une corruption dans la construction du Stade Mbombela pour 150 millions de dollars. Le quotidien Sunday World a obtenu la liste, sur laquelle se trouvaient deux journalistes et de nombreux dirigeants politiques. Des rumeurs circulent, selon lesquelles la liste serait l’émanation du parti au pouvoir, l’ANC, qui a nié en des termes étranges, « l’ANC... tient à répéter sa condamnation de tout meurtre, de toute personne, quel que soit le motif, » a déclaré le porte-parole Paul Mbenyane. Ce n’est jamais bon signe lorsque vous êtes obligé de préciser que vous êtes contre le meurtre.


Toutes ces mesures – les expulsions, la répression sur les vendeurs à la sauvette, et même les accusations d’assassinats organisés par l’état – rappellent aux gens le temps de l’Apartheid. Elles ont provoqué une résistance féroce et prévisible. En temps normal, l’Afrique du Sud connaît le plus de manifestations par habitant que tout autre pays au monde. Mais avec la Coupe du Monde, un pays en ébullition peut exploser. Plus de 70.000 travailleurs ont pris part aux grèves en rapport avec des projets de la Coupe du Monde depuis que les préparatifs ont commencé, avec un total de 26 grèves depuis 2007. Le 4 mars, plus de 250 personnes, lors d’une conférence de presse à laquelle participaient des représentants de quatre provinces, ont menacé de perturber le match d’ouverture de la Coupe si leurs demandes n’étaient pas satisfaites. Ces protestations ne doivent pas être prises à la légère, m’a déclaré une femme nommée Lebo. « En Afrique du Sud, nous avons appris que si nous ne brûlons pas des pneus, si nous ne nous battons pas contre la police, si nous ne ripostons pas à la violence par la violence, nous ne sommes jamais entendus. » Patrick Bond du Center Civil Society à Durban m’a dit que les manifestations auront probablement lieu : « Chaque fois que vous avez trois milliards de personnes en train de regarder, ça s’appelle un moyen de pression. » Effectivement.


Il y a une scène dans le film Invictus ou Mandela, joué par Freeman, dit « je remercie les dieux, quels qu’ils soient, pour m’avoir donné un esprit indomptable. Je suis le maître de mon propre destin. » Le gens en Afrique du Sud se considèrent encore comme indomptables : que ce soit face à l’apartheid, la FIFA ou leur gouvernement actuel. Mais la FIFA insiste avec la même détermination qu’il n’y aura pas de perturbations pendant la Coupe du Monde. Dans 90 jours, nous saurons qui est le maître du destin de ce pays bien-aimé.

 


Dave Zirin
http://www.thenation.com/blogs/noti...


Traduction par le Grand Soir


URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/La-Coupe-du-Monde-en-Afrique-du-Sud-Invictus-a-l-envers-The-Nation.html
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 14:39
Veulent-ils nous cacher quelque chose?

La question se pose franchement, au lendemain de l'impact cométaire ayant eu lieu sur le Soleil, hier soir à 20h52 UT.

Cherchant à comprendre les conséquences d'un tel impact, je me mets à chercher les différentes images disponibles sur Soho Euvi 195 et sur Stéréo "B" Euvi 195.

Comme par enchantement, les deux, bien distincts l'un de l'autre, ne transmettent pas d'image à ce moment là.

La prise d'image sur le premier, se fait toutes les 25/35 minutes.

Hier soir, interruption de 18h12 à 21h48, soit plus de 3h30 de coupure.

20100312_1812_eit195_512.jpg

20100312_2148_eit195_512.jpg

Même phénomène sur Stéréo "B", avec une coupure de 17h30 à 21h10, soit 3h40.

20100312_173030_n7euB_195.jpg

20100312_211030_n7euB_195.jpg

 Je remercie donc la NASA et les autres institutions scientifiques pour ce formidable élan démocratique. Lorsqu'on en arrive à censurer le Soleil, c'est que bien des choses se délabrent ici-bas.

Pour rappel, voici le positionnement des sondes d'observation solaire ( Très approximatif ) et la trajectoire de la comète. Vous comprendrez pouquoi Stéréo "A" n'a pas subi la même panne que les deux autres sondes.

Panne-1.jpg

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 12:34
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 11:33

Le CSA confirme la diffusion d'Ushuaïa la veille des élections régionales

La diffusion samedi sur TF1 du magazine Ushuaïa pourrait-elle influencer le vote des Français et notamment favoriser les listes d'Europe Ecologie ? Pour le CSA, la réponse est claire. C'est «non». Dans un communiqué diffusé jeudi, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a estimé que le magazine «ne pouvait avoir un impact sur les résultats» et pourrait donc être mis à l'antenne.


«Il n'apparait pas au Conseil supérieur de l'audiovisuel que la diffusion d'une nouvelle émission qui doit présenter les contrastes géographiques de l'Islande puisse avoir un impact sur les résultats du premier tour de l'élection des conseillers régionaux», explique la haute autorité.

Le sortant de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne (), avait demandé lundi au CSA de différer la diffusion de ce magazine produit et animé par .

«Home» avait été diffusé à la veille des élections européennes

Relevant dans un programme de télévision que «la ligne adoptée par Ushuaïa Nature est claire: la planète qui semble si grande est néanmoins fragile et vulnérable», Jean-Jack Queyranne estimait qu'«une telle prise de position, alors que la campagne officielle s'achèvera le vendredi 12 mars à minuit, devrait appeler (...) un report de cette diffusion».

La diffusion en juin du documentaire «Home» de Yann Arthus-Bertrand, sur France 2, à la veille du scrutin des élections européennes, avait été vivement dénoncée par des responsables politiques jugeant qu'elle avait contribué au succès d'Europe écologie.

 

LeParisien

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 09:16
Les cas de censure s'ammoncellent dans notre pays et la chose devient très préoccupante.

Dailymotion, qui vient de subir une inflitration par l'état, élimine toutes les vidéos dérangeantes (un exemple). Et c'est maintenant Damien Saez qui fait les frais de cette censure.

Le métro parisien refuse une affiche de Damien Saez: "C'est une forme de censure"

Après les polémiques et interdictions de campagne de pub autour du tabac et des gays et lesbiennes dans le métro, c'est au tour de Damien Saez, musicien et chanteur, d'être "censuré", comme il le dit.

Pourquoi? En cause, une affiche un peu trop choquante pour les sociétés d'affichage, où l'on voit une femme nue dans un caddie, rapporte Rue 89. C'était l'affiche qui devait servir à annoncer les concerts du chanteur.

capture d'écran

La seconde affiche proposée par Damien Saez, après le refus de celle ci-dessus, a également été refusée:

capture d'écran




Note de la rédaction du Post

Les refus des sociétés en charge de l'affichage dans le métro parisien - notamment Decaux et Clear Channel - font suite à l'avis de l'Autorité de Régularisation Professionnelle de la Publicité, selon Le Parisien. L'Aurtorité a en effet estimé que l'affiche de Saez "présente un caractère dégradant pour l'image de la femme dans la mesure où elle apparaît nue, et qui plus est dans un chariot de supermarché, donc comme une marchandise."

 

Damien Saez commente sur Europe 1 ce qu'il considère comme "une forme de censure":

(Source: Europe1)

 

Le Post

On pourrait penser que la pudibonderie revient dans notre pays mais le refus de la deuxième affiche ne va clairement pas dans ce sens. Les vidéos censurées sur internet n'ont aucun caractère érotique ou sexuel. C'est tout simplement la dissidence qui est visée.

L'heure est grave, mais peu s'en soucieront car la propagande, en parallèle, devient féroce sur les médias traditionnels.

Nous sommes donc clairement revenus dans les ténèbres et les arrestations et autres formes autoritaires d'un pouvoir en mal d'adhésion populaire ne tarderont pas.


Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 12:36
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 13:19

VDARE, Paul Craig Roberts, 14 septembre 2009


Un article paru dans le journal Sociological Inquiry, Il doit y avoir une raison : Oussama, Saddam, et la justification induite, Vol. 79, N° 2, (2009), pp. 142-162, jette la lumière sur l’efficacité de la propagande. Les chercheurs ont examiné pourquoi les énormes mystifications réussissent là où les petites balivernes échouent. Les régimes peuvent s’en tirer avec de grandes impostures, mais les politiciens ne le peuvent pas avec la bagatelle.


Les chercheurs expliquent pourquoi tant de gens croient encore que Saddam Hussein était à l’origine du 11/9 des années après qu’il est devenu évident que l’Irak n’avait rien à voir avec ces événements. Les gens ont développé des rationalisations élaborées qui se sont profondément accrochées à leurs convictions induites par la propagande du régime Bush sur la présumée implication irakienne. L’implication émotionnelle de la propagande s’est intégrée à leur identité personnelle et à leur sens moral. Ils ont cherché les informations qui soutenaient leurs croyances et évité celles qui les démentaient, sans tenir compte des faits de l’affaire.


Dans Mein Kampf, Hitler explique la crédibilité en d’énormes mensonges par rapport au petit bobard : « Dans la simplicité de leur esprit, les gens tombent plus facilement victimes d’une monstrueuse fiction que d’un petit boniment, car eux-mêmes se laissent souvent aller à de petites contrevérités peu importantes, mais auraient honte de recourir à de grosses mystifications. Il ne leur viendrait jamais à l’esprit de fabriquer une énorme imposture, et sont incapables de croire qu’un autre pourrait avoir pareil toupet. Même si des faits prouvant qu’il en est ainsi sont portés de manière claire à leur connaissance, ils continuent de douter et pensent qu’il pourrait y avoir une autre explication. »


Ce que les sociologues et Hitler nous disent, c’est que, avec le temps, les faits devenant évidents, les gens tiennent absolument sur le plan émotionnel aux croyances implantées par la propagande et trouvent que s’en libérer est une expérience déchirante. Il est plus confortable de dénoncer celui qui révèle la vérité plutôt que le menteur.

La psychologie de l’adhérence à des convictions, même injustifiées, est un pilier de la cohésion et de la stabilité sociale. Ça explique pourquoi, dès que le changement est réalisé, même un gouvernement révolutionnaire devient conservateur. Le revers de la médaille de ce travers, c’est d’empêcher la reconnaissance des faits. Dans l’Union soviétique, cela rendit le système incapable de s’adapter à la réalité économique, et l’Union Soviétique s’effondra. Aujourd’hui, aux États-Unis, des millions de gens trouvent plus facile de scander « USA, USA, USA, » que d’accepter les faits montrant la nécessité du changement.


L’inertie de l’effroyable imposture constitue la barrière qu’a du mal à abattre le mouvement pour la vérité sur le 11/9. Le racontar selon lequel ce mouvement se compose de théoriciens de la conspiration et de cinglés est évidemment absurde. Les dirigeants du mouvement sont des professionnels hautement qualifiés, comme des experts en démolition, des physiciens, architectes en construction, ingénieurs, pilotes, et anciens hauts fonctionnaires du gouvernement. Contrairement à leurs détracteurs qui répètent comme des perroquets l’histoire du régime, ils savent de quoi ils parlent.

Voyez cet exposé de l’architecte [*] Richard Gage devant un public d’universitaires canadiens. La vidéo de la présentation dure deux heures et semble avoir été adaptée pour ne pas dépasser cette durée. Gage est flegmatique, mais ce n’est guère une personnalité éblouissante, ni un présentateur très clair. Peut-être est-ce parce qu’il s’adresse à un public d’universitaires et tient pour acquis qu’ils connaissent les termes et les concepts.

Ceux qui croient en l’histoire officielle du 11/9 et traitent d’énergumènes les sceptiques peuvent tester la validité du constat des sociologues et l’observation d’Hitler en regardant la vidéo et en observant leurs réactions devant les évidences qui mettent leurs croyances en question. Êtes-vous capable de regarder la présentation sans railler quelqu’un qui en sait bien plus long que vous à ce sujet ? Quelle est votre réaction en sentant que vous ne pouvez plus défendre vos convictions devant les preuves présentées ? Vous raillez davantage ? Vous devenez furieux ?


Une autre difficulté face au mouvement pour la vérité sur le 11/9, c’est que peu de gens sont formés pour comprendre les aspects techniques et scientifiques. Le camp qu’ils croient leur dit une chose, le camp qu’ils ne croient pas leur en raconte une autre. La plupart des gens n’ont pas les rudiments leur permettant de juger de la valeur des arguments.

Par exemple, prenons le cas de l’attentat de Lockerbie. Une pièce à conviction utilisée pour condamner Magrahi consistait en un morceau de circuit imprimé de l’appareil qui aurait contenu le Semtex qui a fait exploser l’avion de ligne. Pas une personne vraiment très convaincue de la culpabilité de Magrahi et de la Libye et offensée par les autorités écossaises libérant Magrahi pour des motifs prétendument humanitaires, ne savait que les circuits imprimés à cette époque avaient une température d’inflammation très basse et partaient facilement en fumée. Le Semtex produit une très haute température. Il ne serait rien resté de l’appareil contenant le Semtex. Il est évident pour un expert que le bout de circuit imprimé a été posé après l’événement.

J’ai demandé à plusieurs reprises, et n’ai jamais obtenu de réponse, ce qui ne veut pas dire pas qu’il n’y en ait pas, comment des millions de pages non brûlées, provenant de la destruction des tours du WTC, pouvaient planer dans l’air au-dessus de Manhattan, alors que l’explication officielle de la destruction raconte que les incendies étaient si chauds et si uniformément distribués qu’ils ont provoqué l’affaiblissement des structures d’acier massif et leur effondrement simultané, faisant s’écrouler les bâtiments dans les temps d’une chute libre, comme ils l’auraient fait s’ils avaient été abattus par une démolition contrôlée.


Comment expliquer des incendies si chauds que l’acier cède, mais qui ne brûlent pas les pages de papier ?

Les gens ne remarquent même pas les contradictions. Récemment, une équipe internationale de scientifiques, qui étudie depuis 18 mois des échantillons de poussière de la destruction des Tours Jumelles collectés par trois sources distinctes, a déclaré avoir découvert de la nano-thermite dans la poussière. Le gouvernement étasunien avait ses propres scientifiques pour discréditer la trouvaille, au motif que le bien-fondé de l’origine des échantillons n’a pu être vérifié. En d’autres termes, quelqu’un a trafiqué les échantillons et ajouté de la nano-thermite. C’est tout ce qu’il a fallu pour discréditer la découverte, malgré le fait évident que l’accès à la nano-thermite est strictement contrôlé et personne, à part l’US Army et, éventuellement, Israël, ne peut y accéder.

Le physicien Steven Jones a produit des preuves accablantes du recours à d’explosifs pour abattre les bâtiments. Son témoignage n’est pas entendu, examiné, testé ou réfuté. Il est tout simplement ignoré.

L’expérience du Dr Jones me rappelle celle de mon professeur d’Oxford, le distingué physicien chimiste et philosophe Michael Polanyi. Polanyi est l’un des plus grands scientifiques du 20ème siècle. À un moment tout président de section de la Société Royale a été son étudiant. Pour leurs travaux scientifiques, nombre de ses élèves ont obtenu un prix Nobel, comme Eugène Wigner à Princeton et Melvin Calvin à l’UC de Berkeley, et son fils, John Polanyi, de l’Université de Toronto.


Jeune homme, dans les premières années du 20ème siècle, Michael Polanyi découvrit les explications de l’adsorption chimique. Les instances scientifiques jugèrent que la nouvelle théorie mettait trop en question les croyances existantes et la rejetèrent. Bien qu’éminent scientifique du Royaume-Uni, Polanyi fut dans l’impossibilité d’enseigner sa théorie. Un demi-siècle après, sa trouvaille a été redécouverte par des scientifiques de l’UC de Berkeley. La découverte a été encensée, mais ensuite les scientifiques les plus âgés ont dit que c’était une « vieille erreur de Polanyi. » Il se trouve que ce n’est pas une erreur. Polanyi a demandé de s’adresser aux scientifiques au sujet de ce demi-siècle de manquement de la science pour qu’ils reconnaissent la vérité. Comment fait la science, qui repose sur l’examen des évidences, pour marcher aussi mal. La réponse de Polanyi, c’est que la science est un système de croyances, exactement comme toute chose, et que sa théorie était en dehors du système de croyances.

C’est ce que nous observons autour de nous, pas seulement au sujet de la perfidie des musulmans et du 11/9.


En tant que spécialiste en économie j’ai passé un moment très difficile à faire le point sur l’économie soviétique, sur les théories de Karl Marx, et sur l’impact fiscal de la politique économique de l’offre. Aujourd’hui, certains de mes lecteurs deviennent furieux parce que mes écrits rapportent des choses qui sont en dehors de leur système de croyances. Ces lecteurs pensent que je devrais éliminer ce qui est incompatible avec leurs convictions et m’orienter sur le travail de terrain. Jamais ils n’ont eu quelque compréhension du sujet. Ils sont tout simplement offensés sur le plan émotionnel.

Ce que je trouve curieux, ce sont ces gens que je connais, qui ne croient rien de tout ce que raconte le gouvernement, sauf sur le 11/9. Pour des raisons qui m’échappent, ils pensent qu’un régime, qui les mystifie sur tout, leur raconterait la vérité sur le 11/9. Comment cela pourrait-il être, je leur demande. Le gouvernement ferait parfois des bourdes et dirait la vérité ? Ma question ne les incite guère à repenser leur croyance en l’histoire du 11/9 du gouvernement. Ils se mettent plutôt en colère avec moi parce que je doute de leur intelligence ou de leur intégrité ou de quelque trait béni, par exemple [le discernement n’est pas donné à tout le monde, certains ont arrêté leur initiation à la vie après le choc d’avoir appris que le Père Noël n’existe pas, ndt].

Le problème devant la vérité, ce sont les besoins affectifs des gens. Dans le cas du 11/9, de nombreux individus pensent devoir croire leur gouvernement pour ne pas faire l’effet d’être peu coopératifs ou mauvais patriotes, et ils ont très peur d’être stigmatisés « sympathisants terroristes. » Ceux de l’extrême gauche ont le besoin affectif de croire qu’il s’agissait d’un « retour de flamme » des peuples opprimés par les États-Unis. Certains gauchistes pensent que les États-Unis méritent ce genre de retours de manivelles et croient pour cela la propagande du gouvernement sur les musulmans qui les auraient attaqués.


Des gens naïfs pensent que, si l’explication sur le 11/9 du gouvernement était fausse, les physiciens et les ingénieurs prendraient tous la parole. Certains l’ont fait (voir ci-dessus). Seulement, pour la plupart des physiciens et des ingénieurs ce serait un acte suicidaire. Les physiciens doivent leur carrière à des subventions gouvernementales, et leur service est fortement tributaire du financement public. Pour l’essentiel, en prenant la parole, un physicien met fin à sa carrière universitaire. S’il est professeur titulaire, pour apaiser Washington l’université rachètera son poste, comme BYU l’a fait dans le cas de l’honnête Steven Jones.


Une firme d’ingénierie qui oserait parler ne se verrait plus jamais accorder de contrat du gouvernement. Par ailleurs, ses clients patriotes cocardiers considéreraient la société comme une apologiste du terrorisme et arrêteraient de faire du business avec elle.

À New York, il y a aujourd’hui une poussée énorme des familles victimes du 11/9 en faveur d’une enquête réelle et indépendante sur les événements. Des dizaines de milliers de New-yorkais ont fourni les signatures nécessaires aux pétitions exigeant que l’État propose de voter pour l’instauration d’une commission indépendante. Seulement, jusqu’ici l’État ne se conforme pas à la loi.

Pourquoi les dizaines de milliers de New-yorkais qui demandent une véritable enquête sont-ils considérés comme des théoriciens de la conspiration ? Les sceptiques en savent bien plus sur les événements du 11/9 que les gens mal informés qui les qualifient de ce nom. La plupart des gens que je connais, qui se contentent de l’explication officielle, n’ont jamais examiné les preuves. Pourtant, ces nullités conspuent ceux qui ont étudié la question de près.


Il y a évidemment quelques énergumènes. Je me suis souvent demandé s’ils sont ridicules intentionnellement, pour discréditer les sceptiques bien informés.

Un autre problème auquel fait face le mouvement pour la vérité du 11/9, c’est que ses alliés naturels, ceux opposés aux guerres des Bush-Obama et les sites Internet soutenus par le mouvement pacifiste, craignent d’être accusés de traîtres et d’anti-étasuniens. Il est assez difficile de s’opposer à une guerre pour ceux que le gouvernement étasunien a réussi à diaboliser. Les sites pacifistes pensent qu’en permettant de remettre en question le 11/9, ils pourraient être étiquetés « sympathisants terroristes » et que cela discréditerait leur opposition à la guerre. Information Clearing House est une exception.

Les sites pacifistes ne réalisent pas que, en acceptant l’explication officielle sur le 11/9, ils ont sapé leur propre mouvement d’opposition à la guerre. Dès que vous admettez que des terroristes musulmans l’ont fait, il est difficile de s’opposer à les punir pour cela. Ces derniers mois, d’importants sites pacifistes, comme antiwar.com, ont eu des difficultés, leurs campagnes de levée de fonds prenant beaucoup plus de temps qu’auparavant. Ils ne comprennent pas qu’en admettant les prémisses du gouvernement pour ses guerres, il est impossible de s’opposer aux guerres.

Autant que je sache, la plupart des gens ont bien plus confiance en leur gouvernement qu’en la vérité. Durant la Grande Dépression, avec leur « New Deal » les libéraux réussirent à inculquer aux Étasuniens la confiance en leur gouvernement comme en un protecteur. Cela marcha avec la gauche et la droite. Les extrémités de l’éventail politique sont elles aussi incapables d’une remise en cause fondamentale du gouvernement. Cela explique la facilité avec laquelle notre gouvernement embobine systématiquement les gens.


La démocratie repose sur l’idée que les gens sont des êtres rationnels, qui examinent les faits et les arguments et ne sont pas faciles à manipuler. Les études ne trouvent pas que ce soit le cas. Dans ma propre expérience universitaire, en politique publique et en journalisme, j’ai appris que tout le monde, depuis le professeur jusqu’à étudiant du secondaire, a des difficultés avec les faits et les analyses qui ne collent pas à ce qu’ils pensaient déjà. L’idée selon laquelle « nous n’avons pas peur de suivre la vérité partout où elle pourrait conduire » est une notion extrêmement romantique et idéaliste. J’ai rarement vu un esprit ouvert, même en dissertation académique ou aux strates les plus hautes du gouvernement. Dans le grand public, la capacité à suivre la vérité partout où elle pourrait mener est quasi inexistante.


La réponse du gouvernement au 11/9, indépendamment de qui en est responsable, a changé notre pays pour toujours. Nos libertés civiques ne seront jamais plus aussi solides qu’elles l’étaient. La capacité financière des États-Unis et leur niveau de vie sont réduits pour toujours. Le prestige de notre pays et son leadership mondial sont à tout jamais compromis. La première décennie du 21ème siècle a été dilapidée en guerres inutiles, et il semble que la deuxième décennie sera aussi perdue dans la même quête inutile et ruineuse.

Le plus inquiétant de tous reste le fait que la responsabilité des événements hostiles du 11/9 n’a fait l’objet d’aucune enquête.

Paul Craig Roberts fut ministre adjoint des Finances dans l’administration Reagan. Il est coauteur de The Tyranny of Good Intentions. Il peut être contacté à l’adresse : PaulCraigRoberts@yahoo.com.

Original : vdare.com/roberts/090914_propaganda.htm
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

 


Références ReOpenNews : (*) Vidéos sous-titrées en français avec Richard Cage :
http://video.google.fr/videosearch?hl=fr&q=%22Richard+Gage+%22&lr=lang_fr#

 

Source

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 07:56

Un ex-chef de la DGSE:"Al Qaida est mort en 2002" (extraits)
envoyé par ReOpen911. - L'actualité du moment en vidéo.

Lors d'une table ronde qui s'est tenue au Sénat le 29 janvier 2010 sur le thème "Où en est Al-Qaida", Alain Chouet - ancien directeur du Service de renseignement de sécurité à la DGSE - démystifie le concept "Al-Qaida" et dresse un tableau sans concession des réponses inadaptées et autres instrumentalisations faites par les pays occidentaux, sans pour autant dédouaner les dangers de l'extrémisme islamiste.

Un discours passionnant et sans langue de bois qui se situe à des années-lumières du discours officiel sur le 11-Septembre et la “nébuleuse al-Qaida” que les médias relayent depuis bien trop de temps.

Vous vouliez savoir ce que pensent nos “espions” d’al-Qaida ? Accrochez-vous, les masques tombent. Les propos tenus par Alain Chouet que d'aucuns n'oseront qualifier de “conspirationnistes” sont exactement les mêmes que ceux que nous relayons modestement mais avec ténacité sur notre site.

La vidéo que nous vous proposons est un montage des meilleurs moments du discours d'Alain Chouet qui, dans sa version intégrale, dure 22 minutes et est disponible à cette adresse: http://videos.senat.fr/video/videos/2010/video3893.html.

La transcription du discours d'Alain Chouet est disponible sur notre site à cette adresse : http://www.reopen911.info/News/2010/02/13/le-terrorisme-islamiste-debattu-au-senat-francais-al-qaida-nexiste-pas/

Alain Chouet est un officier de renseignement français. Il a notamment occupé les fonctions de chef du bureau de coordination des recherches et opérations anti-terroristes (1980-1985) et celles de Directeur du Service de renseignement de sécurité à la Direction générale de la Sécurité extérieure (2000-02). N.B. Le "Service de renseignement de sécurité" est la branche anti-terroriste de la DGSE.

Pour plus d'info, www.ReOpen911.info
Le site français sur les attentats du 11 Septembre

Trouvé sur Esprit Du Moment
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Médiamensonges
commenter cet article