Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 11:38
Les rafales commencent à être sérieuses sur l'Aquitaine et la Bretagne (102 et 104km/h), et le vent est soutenu à l'intérieur des terres. Je ne sais pas si cela pourra être considéré comme tempête, mais c'est, de toutes façons, un temps pourri.

france1230.gif

Le regime de traine fera suite à la perturbation, avec, je pense, un vent toujours soutenu.

image.ashx1215.gif
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 06:55
france.gif
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 19:48
On va faire un petit point sur la situation à 20 heures 30, avant la tempête annoncée pour demain, en fin de nuit sur les côtes.

Temp1.jpg

La flêche rouche désigne le centre dépressionnaire et la bleue sa direction. Ce centre devrait toucher les côtes landaises et basques en fin de nuit. Météo-France n'a pas donné de bulletin d'alerte spécial...(??)

Voici ce qu'en dit Météo-consult :



Départements concernés :
Vent en alerte orange Vent en alerte orange 6 départements en Alerte Orange Vent : Gers (32), Gironde (33), Landes (40), Lot-et-Garonne (47), Pyrénées-Atlantiques (64), Hautes-Pyrénées (65).
Vent en risque important Vent en risque important 16 départements en Risque important Vent : Ariège (09), Aude (11), Aveyron (12), Charente (16), Charente-Maritime (17), Corrèze (19), Dordogne (24), Haute-Garonne (31), Lot (46), Pyrénées-Orientales (66), Deux-Sèvres (79), Tarn (81), Tarn-et-Garonne (82), Vendée (85), Vienne (86), Haute-Vienne (87).

Période de validité : Du mardi 30 mars à 7h00 au mardi 30 mars à 15h00.


Situation : En liaison avec un vaste système perturbé sur les îles britanniques, une dépression secondaire se forme sur le golfe de Gascogne. Elle va se creuser demain matin avant de circuler vers les régions du Centre et l'Ile de France. C'est dans sa partie sud, notamment sur la côte aquitaine, que les rafales les plus violentes sont attendues, dépassant nettement les 100 km/h.



Observation : En phase de creusement important, la dépression se rapproche de l'entrée du golfe de Gascogne.



Evolution : C'est en fin de nuit, avec le rapprochement et le creusement du centre dépressionnaire, que les rafales commenceront à se renforcer. Elles toucheront d'abord les régions côtières au sud d'une ligne Arcachon - Biarritz avec des pointes dépassant déjà les 100 km/h, et 80 km/h dans les terres sur le sud de l'Aquitaine. Sous les grains orageux, des bourrasques plus violentes sont possibles.

En cours de matinée, l'épisode venteux sera à son maximum. Les rafales souffleront en tempête sur toute la côte aquitaine et rentreront dans les terres au sud de la Garonne. On attend des pointes à 120, voire 130 km/h sur le littoral, et parfois plus de 100 km/h dans les terres sur toute l'Aquitaine, mais aussi du Gers aux Hautes-Pyrénées. Les averses orageuses resteront fréquentes et accélèreront localement les rafales.

En mi-journée et début d'après-midi, la dépression évoluera vers le nord-est. La zone de vents les plus forts se décalera vers le nord, depuis les Charentes jusqu'au Limousin. Les rafales maximales faibliront un peu, on attend des pointes à 100 km/h sur les côtes et 90 dans les terres.

D'autre part, la tramontane se lèvera en cours de journée sur les Pyrénées-Orientales et l'Aude, avec là aussi des rafales à 110 km/h sur les côtes, nécessitant un niveau de risque important.

Il faudra surveiller le risque de submersion marine en raison des forts coefficients de marée (112), couplés à une houle de 4 à 6 m au large, rentrant peu à peu à partir de la mi-journée. Toutefois, les rafales les plus violentes ne devraient pas être en phase avec la marée haute. Le risque demeure plus limité que fin Février lors du passage de Xynthia.

Et la carte qui va avec :

france_departements_lcm_262.jpg

Aussi, pour après demain matin, le 31, attention aux forts vents sur la Manche.


wind_europe54.png


Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 20:26

Cette semaine auront lieu les grandes marées d'équinoxe de printemps.

Tempête
Tempête PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Marc OLLIVIER

Les plaies de la tempête Xynthia ne sont pas encore complétement pansées en Charente-Maritime que déjà, l'océan Atlantique se fait à nouveau menaçant.

Cette semaine auront lieu les grandes marées d'équinoxe de printemps. Doublées d'un vent de secteur ouest à sud-ouest "assez fort à fort" selon Météo France,
elles pourraient entraîner des inondations, rapporte Sud Ouest.

Alors la Charente-Maritime se prépare.


1. Des digues réparées
Depuis la tempête Xynthia, 170 chantiers de travaux de digues ont été réalisés" en Charente-Maritime, selon France Info. Des experts nationaux ont validé les travaux.
Sur l'île de Ré, "les 13 kilomètres de digues ont été réparés, les travaux sont terminés, nous sommes prêts pour ces grandes marées", annonce Lionel Quillet, le président de la Communauté de communes de l'île de Ré, à Sud Ouest.

2. Prêt à évacuer
"Nous sommes en pré-alerte", explique Henri Masse, préfet de Charente-Maritime, sur France Info. La sécurité civile sera en place dès demain lundi, avec une cellule de veille sur le terrain et la réactivation de la cellule de crise de la préfecture.
Henri Masse explique qu'il reste "des risques d'inondation", mais "pas de submersion" comme ce fut le cas avec Xynthia. Il se prépare alors à une éventuelle évacuation des populations: "On n'évacue pas pendant l'événement. On évacue à titre préventif si les conditions météorologique nous laisse à penser que le phénomène va être plus important que ce qu'on pensait", précise-t-il.

3. Mardi, journée à risque
C'est ce mardi, le 30 mars, que le pic des grandes marées doit être atteint. Les coefficients sont: 94 ce dimanche, 101/106 lundi, 110/112 mardi, 112/110 mercredi, 107/103 jeudi, 97 vendredi.

LePost

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 01:24
Les dernières prévisions ne sont pas très bonnes, car si les premières touchées seront les côtes Atlantiques, la Méditérénées et la Manche, ainsi que la Mer du Nord, seront également soumis à de forts vents.

wind_europe78.png
wind_europe90.png


Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 10:02
L'étendue de glace augmente encore...

N_timeseries260310.png
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 12:44
Les prévisions situent aujourd'hui la tempête sur la Manche, avec un moment critique lorsqu'elle sera à hauteur de la Belgique et des Pays-Bas.

wind_europe132.png

wind_europe135.png


A suivre...
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 17:09
Le coup de vent de demain devrait être à portée limitée, même s'il faut prendre ses précautions aux cas où. Mais celle de la nuit du 29 au 30 est a prendre très au sérieux.

Pour l'instant, elle est prévue comme très forte, et, si Xinthia a eu lieu quelques heures avant la Pleine Lune, celle-ci est prévue pour toucher terre en même temps que la Pleine Lune, le 30 mars à 2h46 UT.

wind_europe147.png


Nous suivrons l'évolution des prévisions chaque jour mais je conseille aux gens habitant les zones à risques sur la façade Atlantique à chercher des solutions pour évécuer cette nuit là.

La prévision des vents à 7 jours : ICI
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 07:29

Bilan synthétique


L’hiver « climatologique » (décembre-janvier-février) 2009-2010 a été froid, fréquemment neigeux et globalement peu ensoleillé.

Avec une température moyenne sur la France située 1,2 °C sous la normale* saisonnière, l’hiver 2009-2010 se positionne parmi les hivers froids, mais non exceptionnels, de ces dernières années. Aussi froid que son prédécesseur, mais plus doux que l’hiver 2005-2006, il s’est cependant singularisé par la succession de trois vagues de froid bien marquées mi-décembre, début janvier et mi-février.


Ces basses températures associées à un temps plutôt perturbé ont favorisé de fréquentes chutes de neige en plaine sur l’ensemble du pays. En terme d’occurrences de neige, l’hiver 2009-2010 se positionne ainsi comme l’un des plus neigeux de ces trente dernières années. Toujours en raison du froid persistant, la neige a fréquemment tenu au sol. Les épaisseurs ont été parfois conséquentes, mais cependant assez loin des records historiques. Malgré ces chutes de neige répétées, les quantités d’eau recueillies durant cet hiver sont restées limitées. Seules les régions méditerranéennes ont connu des précipitations largement excédentaires. A un degré moindre, les pluies ont aussi été supérieures à la normale de la Bretagne au Nord-Pas-de-Calais ainsi que sur l’Alsace. Ailleurs, le bilan est proche de la normale, voire déficitaire.


L’ensoleillement a été nettement déficitaire sur une grande partie du pays. Seul l’ouest de la France a connu un ensoleillement sensiblement supérieur à la moyenne**.


Les derniers jours de l’hiver ont par ailleurs été marqués par le passage d’une très sévère tempête baptisée Xynthia. Elle a concerné de très nombreuses régions, mais tout particulièrement celles situées de la Vendée au Nord-Est. Sur ces régions, les vents ont dépassé 150 km/h sur les côtes et les reliefs et ont souvent atteint 120 à 130 km/h en plaine à l’intérieur des terres.




Copyright Météo-France



Copyright Météo-France




Copyright Météo-France



Copyright Météo-France





L’hiver 2009-2010 mois par mois


Décembre

Les températures moyennes mensuelles ont été inférieures à la normale de la Normandie au Nord-Pas-de-Calais, mais relativement proches de celle-ci partout ailleurs. Débuté dans une très grande douceur, décembre a connu ensuite du 15 au 20 une vague de froid bien marquée. C’est dans le Nord-Est que les températures ont été les plus glaciales : dans le Jura, elles sont descendues le 20 décembre en dessous de  –25 °C, atteignant même localement -28 °C.

Les précipitations ont été globalement excédentaires sur la moitié nord de la France, notamment sur les Pays de la Loire et en Alsace. Sur ces régions, les cumuls de pluie ont été jusqu’à deux fois supérieurs à la normale. Le bilan est nettement plus contrasté sur le sud du pays : proches des normales dans le Sud-Ouest, les précipitations ont été très largement déficitaires sur le Languedoc-Roussillon, mais très nettement excédentaires sur la plupart des régions situées à l’est du Rhône. Localement, les cumuls de pluie y ont été deux à trois fois supérieurs à la normale. Le froid aidant, les précipitations neigeuses ont été fréquentes en milieu de mois sur une grande partie du pays.


L'ensoleillement a été largement supérieur à la moyenne sur le nord-ouest de la France, mais déficitaire du Limousin à la Franche-Comté et à la Champagne. Ailleurs, les durées d’insolation ont été généralement proches de la moyenne.



Janvier

Le mois de janvier a été remarquablement froid. Avec une température moyenne mensuelle sur la France inférieure à la normale de près de 2,4 °C, il est le mois de janvier le plus froid de ces vingt dernières années. Dès les premiers jours, le pays a d’ailleurs subi une vague de froid marquée avec des températures descendant autour de –20 °C dans le sud de l’Ile-de-France.

Les précipitations ont été nettement déficitaires sur les deux tiers nord du pays ainsi que sur le Massif central, les Alpes et les Pyrénées-Orientales. Sur les autres régions du sud de la France, elles ont été généralement excédentaires, notamment sur la Corse où les cumuls ont été plus de deux fois supérieurs à la normale. Sur l’ensemble du pays, les chutes de neige ont été fréquentes, particulièrement durant la première quinzaine.


Supérieur à la moyenne sur l’Ouest, l’ensoleillement a été partout ailleurs déficitaire.



Février

Les températures moyennes mensuelles ont été inférieures à la normale sur l’ensemble du pays, plus sensiblement sur la moitié sud que sur le nord de la France. A l’échelle de l’hexagone, la température moyenne mensuelle se situe 0,9 °C sous la normale. Comme les mois précédents, février a subi durant la première quinzaine une vague de froid marquée.

Les précipitations ont été contrastées : nettement déficitaires sur le Sud-Ouest, elles ont été largement excédentaires sur le Sud-Est ainsi que de la Bretagne au Nord-Pas-de-Calais. Par ailleurs, plusieurs épisodes neigeux significatifs se sont à nouveau produits durant la première quinzaine de février.


L’ensoleillement a été supérieur à la moyenne sur l’ouest, mais déficitaire sur le reste du pays.




Les vagues de froid de l’hiver 2009-2010


Episode de froid en décembre 2009

La France a été touchée par une courte vague de froid du 15 au 20 décembre 2009. Après un début de mois remarquablement doux, les températures ont progressivement baissé à partir du 11 décembre. Les 15 et 16, des températures minimales de –6 à –8 °C ont été observées dans le nord-ouest du pays. Ces mêmes jours, nombreuses ont été les régions à ne pas connaître de dégel. Le 17, le froid nocturne s’est généralisé avec des températures minimales inférieures à –6 °C sur une grande partie du pays, mais descendant localement autour de –10 °C jusqu’en plaine. Le paroxysme de l’épisode a été atteint le 19 : les températures minimales relevées ce matin là ont été inférieures à –8 °C sur de très nombreuses régions, mais sont même descendues en dessous de  –14 °C sur le Nord-Est. Dans la journée, le dégel ne s’est produit que sur les régions maritimes. Dans le Nord-Est, il n’a pas fait plus de –6 °C au plus chaud de la journée. La nuit suivante a été glaciale dans l’est de la France avec des températures souvent inférieures à –20 °C en Champagne-Ardenne et Lorraine ainsi qu’en Franche-Comté où des valeurs inférieures à –25 °C ont même été relevées. Le radoucissement s’est ensuite opéré rapidement dans la journée du 20 décembre, marquant la fin de la vague de froid.

Cette vague de froid a été accompagnée de plusieurs épisodes neigeux sur quasiment l’ensemble du territoire, fait remarquable en ce début d’hiver. La neige a généralement tenu au sol avec des épaisseurs en plaine de l'ordre de 5 à 10 cm sur la moitié nord du pays, localement 20 cm. Sur le sud du pays, les quantités ont été généralement plus faibles, de l'ordre de 1 à 5 cm hors régions montagneuses.



Episode de froid en janvier 2010

Si les derniers jours de l’année 2009 ont été particulièrement doux, le froid s’est installé dès les premiers jours de 2010. Cette nouvelle vague de froid qui s’est prolongée du 4 au 12 janvier peut être estimée en terme d’intensité globale comme assez semblable à celle de décembre 2009. Si cet épisode a été plus long que le précédent, les températures ne sont cependant pas descendues aussi bas. C’est à partir du 4 janvier que le froid a envahi le pays par le nord avant de gagner l’ensemble de la France les jours suivants. Des températures inférieures à –10 °C ont été relevées le 5 au matin du Centre à la Lorraine, puis le 6 en Poitou-Charentes. Les deux jours suivants ont vu le froid s’accentuer tout particulièrement autour de l’Ile-de-France, où la couverture de neige a favorisé le refroidissement. Le 8 au matin, des températures comprises entre –18 °C et –20 °C ont été ainsi relevées sur le sud de la région. Le 9, le froid a été moins extrême, mais généralisé sur toute la France, seules les régions côtières connaissant le dégel. Le 11, les températures sont descendues jusqu’autour de –18 °C la nuit en Franche-Comté. A l’exception de cette région, les températures de fin de nuit ont été généralement plus froide ce matin là dans le Sud que dans le Nord, avec toujours des valeurs proches de –8 °C à –10 °C. Les premiers signes du radoucissement sont apparus le 12, d’abord sur le Sud, puis progressivement sur l’ensemble du pays.

Plusieurs épisodes neigeux ont concerné la France durant cette vague de froid. Les épaisseurs de neige ont été parfois importantes : une dizaine de centimètres à basse altitude du Limousin aux Alpes le 4 ; 15 à 25 cm sur le quart nord-ouest le 7 ; 15 à 25 cm sur le Sud-Est le 8. Mais localement, des valeurs plus importantes ont pu être relevées. Les chutes de neige se sont poursuivies jusqu’autour du 13, touchant finalement sur l’ensemble de la période une grande partie de la France.



Episode de froid en février 2010

Après un début de mois plutôt doux, les températures ont baissé régulièrement à partir du 7 février. La France a connu alors du 10 au 16 février la troisième vague de froid de cet hiver. Toutefois, les températures ne sont pas descendues aussi bas que lors des deux épisodes précédents. Le 11 février, au plus fort de la vague de froid, les températures minimales les plus basses ont été comprises entre –3 et –6 °C sur de nombreuses régions de l’ouest et -7 à –12 °C sur la moitié est du territoire. Mais ce sont surtout les températures maximales qui ont été ce jour là remarquablement basses, restant souvent près de 10 °C en-dessous des normales. Cet épisode de froid s’est poursuivi jusqu’au 16 février sans toutefois s’intensifier, le redoux s’amorçant ensuite par le sud du pays.

Cette vague de froid s’est accompagnée à nouveau de plusieurs épisodes neigeux. Le 11 au matin, nombreuses ont été les régions concernées par la neige : 15 à 20 cm étaient ainsi relevés sur la Basse-Normandie, 10 à 20 cm sur le Massif central, des épaisseurs généralement plus modestes ailleurs mais tenant malgré tout au sol. Les chutes de neige se sont poursuivies les deux jours suivants, touchant notamment le Nord-Est et même certaines zones littorales corses.



Un hiver 2009-2010 particulièrement neigeux

Durant cette saison, les chutes de neige ont été particulièrement fréquentes. En terme d’occurrences, l’hiver 2009-2010 se positionne même comme l’un des plus neigeux de ces trente dernières années. Ainsi, entre décembre et février, il a neigé 43 jours à Strasbourg, 30 à Lille, 29 à Caen et même 21 à Paris intra-muros. Si les épaisseurs n’ont pas été exceptionnelles, la neige a cependant très souvent tenu au sol en raison du froid. A Lyon et Limoges, une couche de neige supérieure ou égale à 1 cm a été observée 29 jours durant l’hiver. A l ‘échelle de la France, il faut sans doute remonter à l’hiver 1986-1987 pour trouver autant de jours avec de la neige au sol.


Copyright Météo-France

 

La tempête Xynthia

La France a été touchée les 27 et 28 février par une très sévère tempête baptisée Xynthia. Remontant dans un flux de sud-ouest, la dépression a d’abord touché le Portugal et l’Espagne avant de gagner la France. Le 28 à 00 UTC, le minimum dépressionnaire de 970 hPa était situé un peu à l’ouest de la Vendée et poursuivait rapidement sa route vers le nord-est. A 03 UTC, il s’était encore légèrement creusé pour atteindre 968 hPa et se trouvait positionné sur l’Ille-et-Vilaine. Il a poursuivi sa route dans la même direction, pour se trouver sur la Normandie à 06 UTC puis sur le Nord-Pas-de-Calais à 09 UTC. Le centre dépressionnaire s’est ensuite dirigé vers la Belgique.

Tout au long du déplacement de la dépression, des vents exceptionnellement forts ont été observés sur les zones situées à l’est et au sud du minimum dépressionnaire. Ces vents, généralement de secteur sud-ouest dominant, ont atteint 140 à 160 km/h sur les côtes charentaises et vendéennes. A l’intérieur des terres, des rafales de l’ordre de 130 km/h ont été observées sur la Charente-Maritime, la Vendée,  les Deux-Sèvres, la Vienne, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, l’Indre, le Cher, l’Yonne, l’Aube, la Marne, la Meuse, la Moselle et voire localement sur certains départements voisins. Des vents très violents ont aussi été observés en montagne sur les Pyrénées, le Massif central et les Vosges. Par ailleurs, le passage du minimum dépressionnaire s’est accompagné d’une élévation importante du niveau de la mer se produisant en phase avec la pleine mer d’une marée de fort coefficient. Cette coïncidence a engendré des phénomènes de submersion catastrophiques sur le littoral charentais et vendéen.



*  moyenne de référence 1971-2000

** moyenne de référence 1991-2000


Consulter aussi :

Tous les bilans climatiques 2009
Notre rubrique Climat en France

Notre site Changement climatique

La tempête Xynthia des 27-28 février 2010

Source
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 07:32
Des forts coups de vent sont prévus pour le 26 et le 29 mars. Nord Atlantique pour le premier ( Vendée-Bretagne) et Bretagne pour le second.
wind_europe93.png
Je tiendrais à jour ce billet dès que du nouveau tombera.
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Climat
commenter cet article