Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 19:36

Profondément touché par "La ligne rouge", je ne raterais pas ce film...

the_tree_of_life_movie_poster_01-420x622.jpg

CANNES (Reuters) - C'était le film le plus attendu du 64e Festival de Cannes et ce sera sans doute le plus controversé.

"L'Arbre de Vie" (The Tree of Life), vaste méditation poétique sur la condition humaine de Terrence Malick, a été applaudi mais aussi copieusement hué à l'issue de la séance de presse donnée lundi matin.

 

Les quelque deux heures et vingt minutes que durent le film ont eu raison de la résistance de certains journalistes, peu sensibles à l'ambiance méditative et à la splendeur visuelle du cinquième long métrage du cinéaste américain.

Au coeur du film, une famille américaine des années 1950. Le père (Brad Pitt) assure le gagne-pain. La mère (Jessica Chastain) tient le foyer.

 

Le couple a trois garçons. Les deux parents sont aimants, mais le père, persuadé qu'il ne faut pas être trop gentil pour réussir dans la vie, est strict, voire dur.

 

Peu à peu se développe un conflit entre le père et son fils aîné. L'un des fils meurt et le père est laminé par les déceptions professionnelles; l'ambiance du foyer se dégrade.

 

Le film est truffé de séquences illustrant les commencements du monde, planètes et galaxies, forces de la nature, faune et flore, sur fond de musique sacrée.

 

La révolte du fils contre le père trouve ainsi son parallèle dans les références à l'Ancien Testament, qui parsèment le début du film en voix off, figurent l'injustice apparente du monde et sous-tendent la révolte de l'humanité contre sa condition.

 

D'entrée de jeu, le cinéaste américain pose l'enjeu : on peut choisir la nature, la violence et la mort, ou la grâce. La mère choisit la seconde voie et le père la première.

 

LÂCHER PRISE


"L'Arbre de Vie" est une oeuvre d'art rappelant "2001, l'Odyssée de l'espace", de Stanley Kubrick.

Les deux cinéastes partagent un statut unique d'indépendance dans le cinéma américain et ont également en commun de fuir les festivals et la presse.

 

De fait, Terrence Malick n'était pas présent à la conférence de presse lundi, pas plus que Sean Penn, qui interprète le fils rebelle à l'âge adulte, retenu à Haïti.

 

Ce sont donc Brad Pitt et Jessica Chastain, ainsi que les producteurs, qui se sont employés à défendre le film, qui était déjà attendu pour le Festival de 2010.

 

"La structure de ce film est différente de tout ce qu'on a pu voir avant", a expliqué Brad Pitt pour justifier cette longue attente. "Il n'a pas suivi la période de gestation normale d'un film et a continué à évoluer avec le temps pour arriver à ce qu'il est aujourd'hui."

 

Si les thèmes de ses films sont à la fois symboliques, philosophiques et religieux, Terrence Malick n'en est pas moins réputé pour être un cinéaste extrêmement rigoureux.

 

Ce qui ne l'empêche pas, en plein milieu d'un plan, de détourner sa caméra pour capter le vol d'un oiseau ou celui d'un papillon qui vient se poser sur l'actrice principale.

"Nous ne pouvions rien planifier dans ce film", se souvient Jessica Chastain. "Nous vivions l'instant présent. Nous avons lâché prise."

 

Terrence Malick ne se sent pas davantage lié par un scénario très fouillé qu'il écrit pourtant toujours lui-même.

"Le scénario était très écrit et très dense mais il (Malick) ne voulait pas le suivre à la lettre", a dit Brad Pitt, qui est également producteur pour l'occasion. "Je ne sais pas si je pourrais toujours travailler comme ça car c'est épuisant mais l'expérience fut incroyable et le résultat est là."

 

"L'Arbre de Vie" sortira sur les écrans mardi.

 

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Yves Clarisse

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 21:15

Afther Hours vient de passer sur Arte et j'avoue avoir été tenu du début à la fin.

After-Hours.jpg

Scorzese a bien oeuvré, très bien même, pour, dans une exagération digne de la Pomme Pourrie, retranscrire l'esprit de la Nuit.

 

La Nuit est spéciale, c'est pour cela qu'on la cache au plus grand nombre. La Nuit, c'est l'Esprit, le vrai, qui s'épanoui...

 

C'est l'obscur, le caché, les fantasmes qui sortent, c'est le royaume de la Vérité.

 

La nuit est ce que l'on cache, c'est le plus vrai, le plus intime. Dans la nuit, nous sommes vraiment Qui nous sommes.

 

La nuit montre et découvre, absolument...

 

J'adore la nuit, elle est ma conseillère. Je suis un oiseau de nuit, depuis ma plus tendre enfance, un animal nocturne.

 

C'est dans l'obscurité que l'on voit le mieux les choses. Le jour est pour les moutons..

.

J'aime la nuit, car c'est dans l'obscurité que se voit le mieux la lumière.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 22:45

Je viens de regarder " The Island", sur France 4.

 

Non, je n'ai pas acheté une télé, c'est regardable sur internet.

 

Il suffit de rechercher " regarder TV sur internet"...

 

The-Island.jpg

 

Très bon film. Bon, c'est hollywoodien, avec tout ce que cela comporte, mais la mise en scène est très efficace, l'histoire solide, le scénario, pour une fois, tient la route.

 

Dans uns base militaire sous-terraine, sont élevés des clones de personnes riches, dans un environnement virtuel. Certains échappent au contrôle absolu.

 

Il y a beaucoup de clins d'oeil, dans ce film. Sur le pourquoi de la vidéo-surveillance à outrance, par exemple, qui n'est pas pour surveiller la masse, mais pour suivre des dissidents. Je vois là une explication très rationnelle.

 

Il y a, en démonstration absolue, la corruption du plus grand nombre, prêt à faire n'importe quoi pour un salaire.

 

Plein d'autres choses à découvrir sur la réalité de ce monde. C'est rare, un film américain qui réunisse autant de subtilités. Mais cela existe... Band of brothers, en série, était pas mal, aussi. Il y a d'autres exemples.

 

Vous pouvez voir ce film en streaming, sans problème. Je vous le conseille.

 

 

 

Je n'ai pas répondu aux commentaires, aujourd'hui.

 

C'est parce que je suis dans une situation délicate. J'ai aussi annulé le billet d'hier soir, en fin d'aprem.

 

Ce blog est en situation périlleuse, de par les nouvelles dispositions pour internet, qui interdisent désormais la libre expression, et d'autre part car je suis dans une prise de conscience profonde.

 

Celle-ci me demande profondeur et silence. Je vous prie de m'en excuser.

 

Les commentaires seront mis en ligne demain, je pense.

 

Je ne sais pas ce que va engendrer la Pleine Lune au Périgée, sur Terre, mais je sais ce qu'elle engendre en moi.

 

C'est profond, très profond.

 

C'est essentiel.

 

Viscéral.

 

Je vous Aime.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 23:27

affiche-le-discours-d-un-roi-10376932ydejl.jpg

 

Je viens de le voir, en V.O ( je pense que c'est beaucoup mieux, à priori ).

 

Je serais tenté de dire que cela laisse sans voix mais ce serait trop facile. Emouvant, parfois bouleversant, ce film est très soigné.

 

A voir, donc, car ce sont deux heures très plaisantes, avec le brin d'humour anglais que j'aime beaucoup.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 20:54

Merci Hélios, pour le lien.

 

En fait, tout est de la faute d'un gland.

 

Visiblement, il s'est multiplié, et ses descendants ont pris tous les pouvoirs...

 

 

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 22:36

le_premier_jour_du_reste_de_ta_vie-0.jpg

 

Je viens de regarder ce film, sur la Deux et je l'ai trouvé vraiment excellent. L'histoire d'une famille en cinq journées décisives...

 

Tendre, réaliste, sincère, comme sait le faire parfois le cinéma français. Tout cela accompagné d'un vin rouge pétillant, produit par le Maître ayurvédique ( Merci Mu )...

 

Alors les larmes ont bien entendu dégringolées parce que même si l'on réussi sa vie, on la rate. 

 

Nous sommes ici pour cela, non? Pour parfaire ce qui ne l'est pas. Et si nous sommes ici, c'est que très certainement, nous n'y arriverons pas encore, cette fois-ci.

 

Allez, courage... Nous partirons heureux si nous faisons de cette vie une totale déconfiture.

 

Une p'tite pincée de sucre en plus, s'il vous plait...

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 20:44
Vidéo : la bande-annonce du téléfilm Robin des Pauvres, tourné en Auvergne
Tourné dans le Cantal et le Puy-de-Dôme (notamment au siège de La Montagne), le téléfilm sera bientôt diffusé sur France 3.

C'est l'histoire de deux frères, fils d'agriculteurs dans le Cantal. Révoltés en découvrant que la famille de leur meilleur ami été expulsé, ils décident de devenir les "Robins des Pauvres". Soit un groupe de braqueurs qui redistribue l'argent des banques aux plus démunis.

La police se lance à leurs trousses. Ainsi qu'une jeune journaliste, qui travaille au journal local...

Sélectionné au festival de Luchon

Au casting, on retrouve Michel Duchaussoy, Hippolyte Girardot, Aurélien Wiik (Les rois maudits), Clémentine Poidatz (Marie-Antoinette)...

Le tournage a débuté le 6 septembre 2010 à Aurillac et dans les alentours avant de se poursuivre à Clermont-Ferrand. Notamment dans les locaux de La Montagne (voir notre diaporama ci-dessous).

Avant sa diffusion dans les semaines qui viennent sur France 3, le téléfilm, réalisé par Frédéric Tellier, sera projeté au festival des créations télévisuelles de Luchon entre le 9 et le 13 février prochain.

La bande-annonce :

Les Robins des Pauvres - Teaser from Neutra Production on Vimeo.




SOURCE
http://www.lamontagne.fr/editions_locales/clermont_ferrand/video_la_bande_annonce_du_telefilm_robin_des_pauvres_tourne_en_auvergne@CARGNjFdJSsBFRIFBB4-.html
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 15:36

Comme je l'ai écrit aujourd'hui en commentaire, je dois avoir 5 ans et demi d'age mental et je ne m'en plains pas vraiment...

 

Cette nuit, j'ai regardé ce film plein de magie blanche, noire, de sorcières, de princes maléfiques, de paysages fantastiques, de nobles humains et d'une étoile craquante...

 

Vraiment, tout pour plaire à un gamin et j'ai fondu, littéralement fondu...

 

C'est beau, ça tient en haleine, c'est du grand cinéma comme je ne l'aime qu'exceptionnellement. Et là, j'aime vraiment beaucoup.

 

Ca m'a touché droit au coeur... mais bon, c'est une journée spéciale, aujourd'hui, très spéciale...

 

stardust_le_mystere_de_l_etoile.jpg

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 18:35

http://img.ozap.com/00800518-photo-affiche-soleil-vert.jpg

 

Désolés, pas de version sous-titrée. Le film en version originale en anglais est là:

Soylent green is people (Soleil vert) Film, 1h36

Soleil vert (Soylent Green) est un film américain d'anticipation réalisé par Richard Fleischer, sorti en 1973, tiré du roman Soleil vert de Harry Harrison. Avec Charlton Heston, Edward G. Robinson, Leigh Taylor-Young.

 

En 2022, la nature a été totalement détruite et la planète est surpeuplée. Les paysages sauvages ont disparus, ainsi que les arbres et la plupart des animaux. Dans les mégapoles où règnent la misère et le chaos, seule une élite peut encore acheter des aliments naturels, fruits, salades, viandes ou poissons. Le reste de la population est nourrie par des aliments industriels en forme de cube vert, fabriqués en secret à partir des cadavres humains recyclés. Ces cadavres sont fournis en abondance par les centres d'euthanasie où se rendent volontairement tous ceux qui ne peuvent plus supporter leur vie misérable...

 

Le meilleur des mondes (Film d'après Huxley, VF)

Orwell se retourne dans sa tombe (Orwell rolls in his grave) - VO ST FR

Nineteen Eighty-Four (1984): Full Film (1h50+synopsis)

 

Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article--soleil-vert-soylent-green-version-fran-aise-61292371.html

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 23:07

affiche-Dans-la-vallee-d-Elah-In-the-Valley-of-Elah-2006-2.jpg

Comme je suis dans une situation d'attente et de mise à niveau, je passe beaucoup de temps à lire et à regarder des films. Je me culturationne...

 

Comme il me faut digérer Ravage, me suis dit qu'un petit film ferait l'affaire. Ha, j'ai vu, un film qui peut être intéressant, sur la 2. Dans la vallée d'Elah...

 

Surprenant, vraiment surprenant. Tout de suite, j'ai été happé par le jeu des acteurs. Tommy Lee Jones est, comme d'habitude parfait dans son rôle de dignité et de persévérance; habituel, chez lui, quel que soient les rôles.

Susan Sarandon, dans ses trop courtes apparitions, transpire la mère abattue.

Charlize Théron, dans son rôle de mère, célibataire, flic, débordée et pas loin du précipice n'est pas que convaincante, on a vraiment envie de la prendre dans ses bras et de l'encourager.

Pendant les 9/10ème du film, plane une propagande nationaliste pesante, car le fond du scénario est la guerre d'Irak.

 

Puis, d'un coup, nous sommes plongés dans l'horreur intrinsèque de la guerre, du chaos. Des hommes, des humains, deviennent des bêtes sauvages, comme tout corps plongé avec persistance dans le désordre émotionnel, dans l'esprit du danger permanent, de la mort omniprésente.

 

Et c'est là que je me rends compte qu'en touchant un autre sujet, ce film rejoint en beaucoup de points Ravage, de Barjavel.

 

On ne peut rester humains dans le chaos. On en mourrait. Pour survivre dans le chaos, il faut devenir encore plus féroce que ses ennemis. La différence, entre ces deux histoires, c'est Barjavel qui décrit l'horreur mais place constamment son héros en position de dignité. Alors que dans le film, il n'y a plus de code, aucune dignité dans l'horreur, l'humain est dépassé par la bête.

 

D'un film patriotique et de propagande, on se retrouve d'un coup dans un film dissident, où la dernière image est le drapeau américain hissé en haut d'un mat, à l'envers...

 

Mine de rien, tout cela fait beaucoup réfléchir...

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Cinéma
commenter cet article