Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 13:21
par Général Leonid Ivashov*

Politologue russe influent, issu des milieux nationalistes, le général Léonid Ivashov était chef d’état-major des armées le 11 septembre 2001. Ce jour-là, il avait placé ses satellites en alerte pour observer les manœuvres militaires aériennes annoncées aux USA, mais c’est un tout autre spectacle auquel il fut confronté. Au vu des analyses de cet événements par ses experts, il a écarté l’hypothèse Al-Qaïda et conclu à une provocation de l’élite financière anglo-saxonne. Sur cette base, il développé la vision stratégique russe du monde post-11-Septembre. Nous reproduisons ici un de ses articles, représentatif de sa pensée et de celle des officiers supérieurs russes. Le lecteur sera surpris de constater que ce qui est considéré comme un délire dans les pays de l’OTAN est une vérité d’évidence en Russie, comme d’ailleurs dans de nombreux autres régions du monde. Au-delà de la question d’établir la vérité, l’honnêteté intellectuelle exige de comprendre et d’accepter la relativité des points de vue. Cet article sera particulièrement précieux pour les militaires français au moment où le ministre de la Défense a engagé une chasse aux sorcières contre les enseignants de l’École de guerre qui ont osé rendre compte de la diversité des interprétations du 11-Septembre.

L’expérience de l’humanité montre que le terrorisme apparaît partout où se produit à un moment donné une aggravation des contradictions, où les relations commencent à se dégrader au sein de la société et où l’ordre social change, où surgit l’instabilité politique, économique et sociale, où se libèrent des potentiels d’agressivité, où les valeurs morales périclitent, où triomphent le cynisme et le nihilisme, et où la criminalité explose.

Les processus liés à la mondialisation créent des conditions favorables à ces phénomènes extrêmement dangereux. Ils entraînent un redécoupage de la carte géopolitique du monde, une redistribution des ressources planétaires, violent la souveraineté et effacent les frontières des États, démantèlent le droit international, anéantissent la diversité culturelle, appauvrissent la vie spirituelle et morale.

Je pense que nous sommes en droit aujourd’hui de parler de crise systémique de la civilisation humaine. Elle se manifeste de manière particulièrement aiguë au niveau de l’interprétation philosophique de la vie. Ses manifestations les plus spectaculaires concernent le sens donné à la vie, l’économie et le domaine de la sécurité internationale.

L’absence de nouvelles idées philosophiques, la crise morale et spirituelle, la déformation de la perception du monde, la diffusion de phénomènes amoraux contraires à la tradition, la course à l’enrichissement illimité et au pouvoir, la cruauté, conduisent l’humanité à la décadence et peut-être à la catastrophe.

L’inquiétude, ainsi que le manque de perspectives de vie et de développement de nombreux peuples et états constituent un important facteur d’instabilité mondiale.
L’essence de la crise économique se manifeste dans la lutte sans merci pour les ressources naturelles, dans les efforts déployés par les grandes puissances du monde, avant tout par les États-Unis d’Amérique, mais aussi par des entreprises multinationales pour soumettre à leurs intérêts les systèmes économiques d’autres États, prendre le contrôle des ressources de la planète et surtout des sources d’approvisionnement en hydrocarbures.

La destruction du modèle multipolaire qui assurait l’équilibre des forces dans le monde a entraîné également la destruction du système de sécurité internationale, des normes et des principes qui régissaient les relations entre États, ainsi que du rôle de l’ONU et de son Conseil de sécurité.
Aujourd’hui les États-Unis d’Amérique et l’OTAN se sont arrogés le droit de décider du destin d’autres États, de commettre des actes d’agression, de soumettre les principes de la Charte des Nations Unies à leur propre législation.

Ce sont précisément les pays occidentaux qui, par leurs actions et agressions contre la République fédérale de Yougoslavie et l’Irak, ainsi qu’en permettant de toute évidence l’agression israélienne contre le Liban et en menaçant la Syrie, l’Iran et d’autres pays, ont libéré une énorme énergie de résistance, de vengeance et d’extrémisme, énergie qui a renforcé le potentiel de la terreur avant de se retourner, comme un boomerang, contre l’Occident.

L’analyse de la substance des processus de mondialisation, ainsi que des doctrines politiques et militaires des États-Unis d’Amérique et d’autres États, permet de se convaincre que le terrorisme favorise la réalisation des objectifs de domination du monde et la soumission des États aux intérêts de l’oligarchie mondiale. Cela signifie qu’il ne constitue pas un sujet en tant que tel de la politique mondiale mais un simple instrument, le moyen d’instaurer un nouvel ordre unipolaire ayant un centre de commandement mondial unique, d’effacer les frontières nationales et d’assurer la domination d’une nouvelle élite mondiale. C’est elle qui constitue le sujet principal du terrorisme international, son idéologue et son « parrain ». C’est elle aussi qui s’efforce de diriger le terrorisme contre d’autres États, y compris contre la Russie.

La principale cible de la nouvelle élite mondiale est la réalité naturelle, traditionnelle, historique et culturelle qui a jeté les bases du système de relations entre les États, de l’organisation de la civilisation humaine en États nationaux, de l’identité nationale.

Le terrorisme international actuel est un phénomène qui consiste, pour des structures gouvernementales ou non gouvernementales, à utiliser la terreur comme moyen d’atteindre des objectifs politiques en terrorisant, déstabilisant les populations sur le plan socio-psychologique, en démotivant les structures du pouvoir d’État et en créant les conditions permettant de manipuler la politique de l’État et le comportement des citoyens.

Le terrorisme est un moyen de faire la guerre de manière différente, non conventionnelle. Simultanément, le terrorisme, allié aux médias, se comporte comme un système de contrôle des processus mondiaux.
C’est précisément la symbiose des médias et de la terreur qui crée les conditions favorables à des bouleversements dans la politique mondiale et dans la réalité existante.
Si l’on examine dans ce contexte les événements du 11 septembre 2001 aux États-Unis d’Amérique, on peut en tirer les conclusions suivantes :

- l’attentat terroriste contre les tours jumelles du World Trade Center a modifié le cours de l’histoire du monde en détruisant définitivement l’ordre mondial issu des accords de Yalta-Potsdam ;

- il a délié les mains des États-Unis d’Amérique, de la Grande-Bretagne et d’Israël, leur permettant de mener des actions contre d’autres pays en faisant fi des règles de l’ONU et des accords internationaux ;

- il a stimulé l’amplification du terrorisme international.

D’autre part, le terrorisme se présente comme un instrument radical de résistance aux processus de mondialisation, comme un moyen de lutte de libération nationale, de séparatisme, un moyen de résoudre les conflits entre les nations et entre les religions, ainsi que comme in instrument de lutte économique et politique.

En Afghanistan, au Kosovo, en Asie centrale, au Proche Orient et dans le Caucase nous constatons que la terreur sert aussi à protéger des narcotrafiquants en déstabilisant leurs zones de passage.
On peut constater que dans un contexte de crise systémique mondiale la terreur est devenue une sorte de culture de la mort, la culture de notre quotidien. Il a fait irruption dans la prospère Europe, tourmente la Russie, secoue le Proche-Orient et l’Extrême-Orient. Il favorise l’accoutumance de la communauté internationale à des ingérences violentes et illégales dans les affaires intérieures des États et à la destruction du système de sécurité internationale.

La terreur engendre le culte de la force et lui soumet la politique, le comportement des gouvernements et de la population. Le plus effrayant est que le terrorisme a un grand avenir en raison de la nouvelle spirale de guerre qui s’annonce pour la redistribution des ressources mondiales et pour le contrôle des zones clé de la planète.
Dans la stratégie de sécurité nationale des États-Unis d’Amérique, approuvée cette année par le Congrès états-unien, l’objectif avoué de la politique de Washington est « de s’assurer l’accès aux régions clé du monde, aux communications stratégiques et aux ressources mondiales », avec comme moyen pour y parvenir de procéder à des frappes préventives contre n’importe quel pays. Du point de vue du Congrès, les États-Unis d’Amérique peuvent donc adopter une doctrine de frappes nucléaires préventives qui s’apparente à du terrorisme nucléaire.
Cela implique l’utilisation à grande échelle de substances nocives et d’armes de destruction massive. On ne s’embarrassera pas de scrupules pour choisir les moyens de répondre à une attaque. Pour se défendre les parties n’auront que le choix des moyens.

La provocation par un acte terroriste devient un moyen d’atteindre des objectifs politiques d’ampleur globale, régionale et locale. Ainsi, une provocation organisée dans la localité de Rachic (Kosovo, Serbie) a fini par entraîner le changement de régime politique en Serbie et l’effondrement de la République fédérée de Yougoslavie, tout en servant de prétexte à l’agression de l’OTAN et à la séparation du Kosovo de la Serbie. Il s’agit d’une provocation d’ampleur régionale.

Les explosions dans le métro de Londres, les désordres à Paris en 2005-2006 sont des provocations locales qui ont eu des répercussions sur la politique et l’opinion publique en Grande Bretagne et en France.
Pratiquement chaque acte terroriste dissimule des forces politiques puissantes, des entreprises transnationales ou des structures criminelles ayant des objectifs précis. Et presque tous les actes terroristes, à l’exception des activités de libération nationale) sont en réalité des provocations.

Même en Irak, les explosions dans les mosquées sunnites et shiites ne sont rien d’autre que des provocations organisées en vertu du principe « diviser pour régner ». Il en va de même de la prise en otage et de l’assassinat de membres de la mission diplomatique russe à Bagdad.
L’acte terroriste commis à des fins de provocation est aussi ancien que l’humanité elle-même. Ce sont précisément des provocations terroristes qui ont servi de prétextes au déclenchement des deux guerres mondiales. Les événements du 11 septembre 2001 constituent une provocation mondiale. On peut parler d’opération d’ampleur mondiale. De telles opérations permettent en général de résoudre plusieurs problèmes mondiaux à la fois. On peut les définir comme suit :

- 1. L’oligarchie financière mondiale et les États-Unis d’Amérique ont obtenu le droit non formel de recourir à la force contre n’importe quel État.

- 2. Le rôle du Conseil de sécurité s’est trouvé dévalué. Il fait de plus en plus figure d’organisation criminelle complice de l’agresseur et alliée à la nouvelle dictature fasciste mondiale.

- 3. Grâce à la provocation du 11 septembre, les États-Unis d’Amérique ont consolidé leur monopole mondial et ont obtenu l’accès à n’importe quelle région du monde et à ses ressources.

Dans le déroulement d’une opération-provocation il y a toujours trois éléments obligatoires : le commanditaire, l’organisateur et l’exécutant. En ce qui concerne la provocation du 11 septembre et contrairement à l’opinion dominante, « Al-Qaida » ne pouvait être ni le commanditaire, ni l’organisateur, ne disposant pas des moyens financiers suffisants (et ils sont énormes) pour commander une action d’une telle ampleur.

Toutes les opérations menées par cette organisation ne sont que des actions locales et assez primitives. Elle ne dispose pas des ressources humaines, d’un réseau d’agents suffisamment développé sur le territoire des États-Unis d’Amérique, pour réussir à pénétrer les dizaines de structures publiques et privées qui assurent le fonctionnement des transports aériens et veillent à sa sécurité. Al-Qaida ne saurait donc avoir été l’organisateur de cette opération (sinon à quoi peuvent bien servir le FBI et la CIA ?). Ces gens pourraient en revanche fort bien avoir été de simples exécutants de cet acte terroriste.

À mon avis, le commanditaire de cette provocation pourrait avoir été l’oligarchie financière mondiale, dans le but d’installer une fois pour toutes « la dictature fasciste mondiale des banques » (l’expression appartient à l’économiste états-unien bien connu Lyndon LaRouche) et d’assurer le contrôle de ressources mondiales en hydrocarbures limitées. Il se serait agi par la même de s’assurer la domination mondiale pour longtemps.

L’invasion de l’Afghanistan, riche en ressources gazières, de l’Irak et peut-être aussi de l’Iran, qui possèdent des réserves mondiales de pétrole, mais aussi l’instauration d’un contrôle militaire sur les communications pétrolières stratégiques et l’augmentation radicale du prix du pétrole sont des conséquences des événements du 11 septembre 2001.

L’organisateur de l’opération pourrait avoir été un consortium bien organisé et abondamment financé formé de représentants (anciens et actuels) des services secrets, d’organisations maçonniques et d’employés des transports aériens.

La couverture médiatique et juridique a été assurée par des organes de presse, des juristes et des politiciens stipendiés. Les exécutants ont été choisis sur la base de leur appartenance ethnique à la région qui possède les ressources naturelles d’importance mondiale.

L’opération a réussi, les objectifs sont atteints.

L’expression « terrorisme international » en tant que principale menace pour l’humanité a fait irruption dans le quotidien politique et social.
Cette menace a été identifiée en la personne d’un islamiste, ressortissant d’un pays disposant d’énormes ressources en hydrocarbures.
Le système international mis sur pied à l’époque où le monde était bipolaire a été détruit et les notions d’agression, de terrorisme d’État et de droit a la défense ont été altérées.

Le droit des peuples de résister aux agressions et aux activités subversives des services secrets étrangers ainsi que de défendre leurs intérêts nationaux est foulé aux pieds.
Toutes les garanties sont assurées en revanche aux forces qui cherchent à instaurer une dictature mondiale et à dominer le monde.
Mais la guerre mondiale n’est pas encore finie. Elle a été provoquée le 11 septembre 2001 et elle n’est que le prélude à de grands événements à venir.

 Général Leonid Ivashov

Le général Leonid Ivashov est vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques. Il fut chef du département des Affaires générales du ministère de la Défense de l’Union soviétique, secrétaire du Conseil des ministres de la Défense de la Communauté des États indépendants (CEI), chef du Département de coopération militaire du ministère de la Défense de la Fédération de Russie. Il était chef d’état-major des armées russes, le 11 septembre 2001.


Réseau Voltaire

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 13:32

par Olivier Bonnet

valnaziDans sa chronique matinale hebdomadaire sur France Inter du 20 février dernier, qui nous avait échappé, Philippe Val, le patron de (ce qu’il reste de) Charlie Hebdo, abordait le thème du négationnisme. Après des considérations générales sur l’état d’esprit de ceux qui nient les génocides et sur le fait que "la négation des crimes de masse est aujourd’hui tendance" (ah bon ?), il cite le déni de la shoah (mentionnant l’évêque Williamson et Faurisson "montant triomphalement sur la scène du Zénith", à l’invitation du triste Dieudonné), des livres qui contestent le génocides des Tutsis, "les dizaines de millions de morts de la révolution culturelle chinoise passés sous silence" et les Khmers et les Arméniens, "obligés de se battre pour prouver qu’on les a bien massacrés". Passe encore à la limite, jusque-là, même si on se demande bien qui consteste l’existence des victimes des communismes chinois et khmer et quel livre nie le génocide des Tutsis, craignant en l’occurrence qu’il ne songe à celui de Pierre Péan - cible à la mode des néo-cons depuis son attaque de Kouchner -, alors que ce dernier ne nie évidemment pas le génocide mais accuse Paul Kagamé, l’actuel chef de l’Etat rwandais, d’être également un génocidaire (de Hutus, lui). Ce qu’il est assurément. Mais comme Val ne nomme pas Péan, accordons-lui le bénéfice du doute. Reste de sérieux dans sa liste, qu’il précise pourtant non-exhaustive, la négation des génocides dont furent victimes les juifs et les Arméniens - ignoble révisionnisme s’il faut le préciser. Mais il fallait à Val une longue énumération, pour montrer à quel point le négationnisme était "tendance" (son postulat de départ), embarquant du coup avec lui la révolution culturelle de Mao et les crimes de Pol Pot, pour faire nombre, avant d’en arriver au dérapage final : "Il parait que les thèses consistant à nier la réalité des attentats du 11 septembre convainquent à peu près 10% de la population française ce qui, sauf leur respect, fait quand même un sacré paquet de sales cons." Suit pour conclure le réquisitoire d’Internet, habituel chez Val, qui l’accuse d’être l’ "égout idéal par où s’écoule cette pourriture".

Alors d’abord, ce n’est pas la réalité des attentats qui est niée mais la version offcielle qu’en a donnée l’administration Bush. La phrase de Val est scandaleusement mensongère, et c’est du reste ce qui lui permet de faire zerol’abject amalgame entre la négation de l’holocauste et la contestation des thèses à dormir debout qu’on nous a servies à propos du World trade center. A ce sujet est sorti récemment le film italien Zero, enquête sur le 11 septembre, du réalisateur Franco Fracassi, journaliste et documentariste, avec la participation du député européen Guilietto Chiesa, du prix Nobel de littérature Dario Fo et du dramaturge américain Gore Vidal. Qu’en dit la presse de la péninsule ? « Zéro car il démarre du néant qu’a constitué l’explication officielle proposée par le gouvernement américain sur la tragédie du 11 Septembre… » : La Stampa ; « Un ensemble de contradictions, de lacunes et d’omissions d’une gravité impressionnante. Confirmant que la version officielle prend de plus en plus l’eau de toute part » : Il Corriere della Sera ; « Une enquête journalistique rigoureusement menée » : Il Quotidiano della Sera ; « La méthode d’argumentation est redoutablement bien pensée. D’une grande lucidité et détermination, les idées sont développées de manière très claire » : Mario Sesto, directeur de la partie "hors compétition" du Festival international du film de Rome 2007 ; « Un film à voir ! Pendant deux heures, les voix du prix Nobel Dario Fo, et celles de Lella Costa, Moni Ovadia et Gore Vidal relient images et témoignages, attaquant la version officielle et la réduisant à une mauvaise plaisanterie... » : La Repubblica (2e quotidien italien) ; « La tragédie du 11 Septembre est un sujet toujours brûlant. Zéro, Enquête sur le 11 Septembre aide à faire preuve de bon sens vis-à-vis de ce thème » : journal télévisé de la RAI 1 ; « La bombe, à la Festa del Cinema (le Festival de cinéma de Rome), s’intitule Zéro. Un documentaire incendiaire. Un rythme à couper le souffle. La leçon du documentaire américain est retenue : il est possible de divertir et d’informer dans un même élan dramatique… Les personnes interviewées sont des ingénieurs, pilotes, hommes politiques et ex-agents américains sincèrement patriotes, qui n’ont pas du tout le look d’extrémistes de gauche favorables à ben Laden » : Il Messaggero.

Y aurait-il ainsi "un sacré paquet de sales cons" dans la presse italienne ? On voit bien qu’il règne en France sur ce sujet tabou une omerta assourdissante. Mais Val est-il vraiment obligé d’insulter 10% de la population française, sur une radio publique financée par leurs impôts, non pas dans l’emportement d’une discussion mais dans une chronique écrite, pensée sciemment ? Et finalement, qui est le plus un "sale con", celui qui remet légitimement en doute l’abracadabrante version officielle ou celui qui l’avale toute crue, se permettant en outre d’excommunier ses contradicteurs, avec toute sa morgue et son mépris, en les comparant aux négationnistes de génocides ? Tout bien pesé, Val est vraiment "un sacré paquet de sales cons" à lui tout seul.

 

PS : L’illustration représentant Val en uniforme est le dessin réalisé par Plantu en réaction au licenciement de Siné pour antisémitisme, affaire dont l’épilogue fut la relaxe du caricaturiste poursuivi à ce titre par la Licra


http://www.plumedepresse.info/

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 20:39
Rejet de leur référé liberté par le Tribunal administratif de Paris : Aymeric Chauprade et son avocat réagissent au micro de Novopress

PARIS (NOVOpress) – Le Tribunal administratif de Paris a rejeté samedi la plainte en référé contre le ministère de la Défense Hervé Morin déposée jeudi par le géopoliticien Aymeric Chauprade, rapporte le site défense ouverte du Point.

« Eu égard au faible nombre d’heures d’enseignement dispensées par an par M. Chauprade, la mesure ne porte pas une atteinte grave à son niveau de revenu » estime sans rire le tribunal qui affirme par ailleurs : « ladite décision [d’éviction prise par H. Morin] ne porte pas atteinte à sa réputation d’universitaire dès lors qu’un seul hebdomadaire [ Le Point ] a consacré un article à son ouvrage ». Selon la juridiction administrative, l’article de Jean Guisnel « s’inscrit non pas dans une démarche de lynchage médiatique, mais dans le cadre d’un débat d’idées habituel en la matière ».


Un article à lire ICI
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 18:08
C'est Val qui le dit, en parlant des 10% des français ne croyant pas en la version officielle du 11 septembre.

Je lui renvoie, bien sur, le compliment. Sauf que j'ai étudié le problème à fond, chose qu'il n'a même pas dû faire, et que je suis pas payé pour insulter les gens, moi!...

Car si je suis un homme libre de penser et de chercher, Val, lui, étant payé, est un collaborateur.

Il va falloir s'en rappeler s'il y a un jour une libération de ce régime médiatique fasciste. 



Sur France Inter, le 20 février 2009. Philippe Val se déchaîne. Pour lui, 10% des Français sont des "sales cons" parce qu'ils "nient" la "réalité" du 11 septembre !
Il insulte donc aussi, selon les sondages, entre 45% et 51% des Américains, soit 150 millions de personnes, armées jusqu'aux dents...

Môssieur Val, vous allez vous faire beaucoup d'ennemis, et les Américains sont moins gentils que les Français...

Passage en question à partir de 2:44

"Il paraît que les thèses consistant à nier la réalité des attentats du 11 septembre convainquent à peu près 10% de la population française, ce qui, sauf leur respect, fait quand même un sacré paquet de "sales cons"..."

Môssieur Val, personne ne nie que les attentats du 11 septembre ont bien eu lieu et vous le savez. Mais au moins 45 % des Américains doutent de la version officielle des événements et demandent une nouvelle enquête, puisque le FBI lui-même n'incrimine pas "le grand vilain barbu"...
Voir sa fiche sur le site du FBI :
http://www.fbi.gov/wanted/terrorists/terbinladen.htm
Vidéos sur le pourcentage d'Américains demandant une nouvelle enquête :
http://www.infowars.com/911-truth-how-many-people-question-the-official-account/

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 11:41
Voici LA vidéo explicite des effondrements du WTC, le 11 septembre 2001.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 23:38
La force avec laquelle ils combattent la liberté d'expression rappelle de sombres heures. Ils ne vont pas tarder à brûler des livres.
Je les appelais des fascistes, je ne sais pas s'il ne va pas falloir changer de terminologie.


Théorie du complot/11 septembre : Morin limoge un enseignant de la Défense

Le ministre de la Défense Hervé Morin a indiqué jeudi avoir ordonné le renvoi d'un enseignant du Collège interarmées de défense, accusé d'avoir publié un livre contenant des "relents absolument inacceptables" sur les attentats du 11 septembre 2001.

Antoine Beauquier, l'avocat de ce chercheur, a indiqué que son client, Aymeric Chauprade, entendait contester cette décision devant le tribunal administratif, et niait être un partisan d'une quelconque théorie du complot à propos des attentats.

Le blog "défense ouverte" du point.fr avait mercredi mis en ligne des citations tirées de l'introduction d'un récent ouvrage de M. Chauprade, "Chronique du choc des civilisations", évoquant à propos des attentats du 11 septembre à New York un "nouveau dogme du terrorisme mondial" et une "version officielle".

"L'onde de choc n'a pas pu provoquer l'effondrement. (...) Seule une démolition contrôlée par des explosifs permet d'obtenir un effondrement aussi rapide et parfait", écrit-il encore à propos du World Trade Center dans les extraits mis en ligne.

Jeudi, à l'occasion d'une visite sur le porte-avions Charles de Gaulle, M. Morin a indiqué à l'AFP avoir ordonné le renvoi de ce chercheur, qui "vient d'écrire un ouvrage avec une analyse sur les causes de la destruction des Twin Towers qui comporte des relents absolument inacceptables puisqu'il tend à démontrer que ce serait un complot israélo-américain".

"Cet homme n'a absolument rien à faire dans une institution comme la nôtre et j'ai donc indiqué dès hier soir que ce monsieur n'avait plus jamais à mettre les pieds au CID à partir de ce jour," a poursuivi le ministre.

Le prestigieux Centre interarmées de défense, ancienne "école de guerre", forme chaque année des promotions d'officiers français et étrangers souvent appelés à devenir de hauts cadres militaires. M. Chauprade y donnait des cours de géopolitique.

Me Beauquier a indiqué à l'AFP que son client, en déplacement jeudi à l'étranger, "évoque dans son livre les thèses négationnistes, mais à aucun moment n'y souscrit".

"Comme il s'agit d'un ouvrage scientifique le ton n'est pas virulent", a-t-il poursuivi, accusant le blog du point.fr d'avoir "charcuté" les citations et de les avoir sorties de leur contexte.

Il a précisé que son client envisageait des poursuites en diffamation contre le site et "une requête en abus de pouvoirs devant la tribunal administratif" contre la décision de M. Morin.


Source

Voir ici les conclusions de cet homme instruit.


Merci à djo pour la transmission d'info.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 18:31
Par rapport au billet "Rue 89 intoxique", cette excellente page complètera les informations.

Il y a plusieurs choses en rapport avec ce billet sur les déclarations d'un historien Israëlien, et celui sur l'étrange famille d'un des terroristes du 11 septembre.
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 11:33

Je viens de tomber sur un article du Rue 89 prétendant résoudre les énigmes du 11 septembre.

Pour se faire, visiblement, ils sont allés chercher les "spécialistes", tel Monsieur Baloche.
Ce Monsieur est celui de la théorie du Kérosène grignoteur à tête chercheuse, dont un enfant de 10 ans rigolerait s'il se penchait dessus...

Souvenons-nous. Le 11 septembre, une troisième tour, le WTC7, non percutée par un avion, s'effondre.

Et Monsieur Baloche, sûr de lui, affirme que c'est le carburant des avions, qui, après avoir descendu les tours, est passé dans les tunnels reliant les deux tours au WTC7 et à brûlé les fondations de celle-ci pour qu'elle s'écroule de la même manière que les tours jumelles, c'est à dire à la vitesse de la chute libre en un petit tas bien pratique.

Déjà, il faudrait que ce Monsieur nous explique comment du kérosène arrivant dans un avion lancé à 800 km/h s'arrête net, descend les 60 ou 80 étages suivant les tours, prend le chemin du WTC7 et à encore la force de brûler les fondations. Sachant, en plus, que la température du kérosène en feu ne suffit pas à fondre l'acier (visiblement, il a remplacé sa théorie par une autre).

Puis, allez demander aux 500 ingénieurs et architectes américains du mouvement pour ré-ouvrir l'enquête sur le 11 septembre, messieurs dames les étudiants journalistes, au lieu de participer à ce petit jeu insipide de qui sortira les pires thèses abracadabrantes sur ce funeste jour. Car monsieur Baloche est à l'image des tours du WTC, sa théorie s'écroulerait à la vitesse de la chute libre avec une analyse sérieuse. A la différence que les deux tours jumelles avaient une structure interne de 47 piliers d'acier (solidement ancrés dans le sol) qui auraient dû rester debout, alors que la théorie de Monsieur Baloche n'a aucune structure logique.

Je laisse le soin à d'autres pour débusquer et contredire les autres arguments de cet article. J'ai passé 6 mois à décortiquer ces évènements. Bien assez pour ne plus perdre mon temps à contredire des gens malintentionnés.


P.S. Les commentaires sur ces articles sont intéressants, eux.

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 16:34
Encore une fois, les plus paranoïaques avaient peut être vu juste au sujet de ce funeste jour.

Ce que vous allez lire ci-dessous va changer votre vision, à tout jamais. C'est une information 100% vérifiable, je vous donne le lien ci-dessous. L'information est crédible à 100% : il ne s'agit pas d'un journal hostile aux plans américains et sionistes, il ne s'agit pas d'un journal de gauche ni d'une revue médiocre.
 
Il s'agit, au contraire, du premier journal anglophone, et de droite, israélien. Savez-vous ce qui y est dit ?
 
LISEZ BIEN LA SUITE...
 
Le kamikaze et pilote du vol 93 qui s'est crashé en Pennsylvanie le 11 septembre était piloté par un Libanais, Ziad Al-Jarrah. Originaire de la vallée de la Bekaa, l'homme était connu pour aimer la bière et les femmes, loin de l'image du fondamentaliste donnée par le gouvernement américain.
 
Mais ce n'est pas tout.  
 
Dans la famille Al-Jarrah, on retrouve ses cousins Ali al-Jarrah  et Yusuf Al-Jarrah...
 
Quelle importance, me direz-vous ?
 
Ali et Yusuf Al-Jarrah étaient des agents du Mossad. Ils ont été arrêtés en octobre 2008 par la police libanaise. Selon les services de sécurité libanais, le clan Al-Jarrah était le réseau d'espionnage israélien le plus performant depuis vingt ans.
 
C'est le journal israélien "JERUSALEM POST" qui confirme que les agents du Mossad sont de la même famille que le kamikaze du 11 septembre :
 

 

 

JERUSALEM POST, 3 NOVEMBRE 2008 (traduit de l'anglais par mes soins, version originale donnée en lien)

 

Le quotidien libanais Al Akhbar révèle que le nom du suspect était Ali Jarrah, et rapporte qu'il a été arrêté dans le sud de Beyrouth après que l'on ait découvert qu'il suivait des personnalités du Hezbollah.

 

Jarrah a confessé son implication dans les crimes qui lui sont attribués, rapporte le journal.

 

Des sources menant l'enquête affirment que Jarrah a été recruté par le Mossad au milieu des années 1980 et était chargé de récolter des informations sur les organisations palestiniennes au Liban et en Syrie.

 

Le Mossad, rapportent les sources, a équipé Jarrah avec du matériel technologique avancé destinés à tracer les dirigeants du Hezbollah. Le rapport ajoute que le frère d'Ali, Yusuf, est suspecté d'avoir aidé son frère et arrêté de même.

 

Le Daily Star cite une source des services de sécurité affirmant que les frères Jarrah étaient de famille avec Ziad Jarrah, le Libanais qui a compté parmi les kamikazes du vol 93, lequel s'est écrasé en Pennsylvanie le 11 septembre 2001.

   
 
SOURCE :
http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1225199636945&pagename=JPost/JPArticle/ShowFull

An image of Ali Jarrah...
A GAUCHE : Ali Al-Jarrah, agent du Mossad arrêté au Liban en octobre 2008
A DROITE : son cousin Ziad Al-Jarrah, kamikaze d'Al-Qaeda mort le 11 septembre 2001 (ici avec Mohamed Atta)
 
 
Cordialement,
 
Hubert Héléian

Trouvé dans Le Panier
Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 14:37
La conférence du 16/11/08 à LLN a rassemblé environ 240 personnes, dont seulement une dizaine d'architectes et une quarantaine d'ingénieurs et ZERO JOURNALISTE

Proche de 100% des individus qui suivent les conférences de Richard Gage, ou qui visionnent son dernier DVD, sortent avec la compréhension que nos gouvernements et nos médias ont pratiquée de la désinformation- voulue ou non - que la destruction des 3 bâtiments serrait due aux dégâts causée par l'impact des avions, et leur kérosène, dans 2 des tours. Rappelons que M. Gage est un architecte de grand renom, spécialiste dans la construction de grands édifices à matrice de métal et fondateur d'un groupe de plus de 500 architectes et ingénieurs qui demandent avec insistance qu'une enquête scientifique et légale soit ouvert. Il a donnée cours aussi à une réunion de doyens d'écoles d'architecture, et ceci aussi se sont ralliée à sa cause. (Notons que, bien que ce soit exigé par la loi, en cas de perte anormale d'un bâtiment, le NIST n'a PAS recherché de traces d'explosifs dans les débris des bâtiments, ils ont tout simplement, pendant 7 ans, essayé d'inventer une théorie qui pourrait, selon leur modèle informatique totalement défaillant, essayer de donner une explication pour les chutes, sans avoir recours à l'option de la démolition contrôlée par explosifs.
Notons aussi que NIST lui-même avait développée et testé une nouvelle génération de « Thermite », nommée «sol-gel Nano-Thermite » développée dans les années 90 par des chercheurs gouvernementaux (du pentagone, du NIST et de Lawrence Livermore National Laboratories (LLNL) (Voir Volume 22 –July 2008 chez www.journalof911studies.com .

La signature de l'utilisation de cet incendiaire du métal est partout dans l'environnement à New-York, et dans les tests environnementaux officiels. - Dr Eric Beeth

http://www.ae911truth.org


Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans 11 septembre 2001
commenter cet article