Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 22:43

 

276801.jpgC'est une petite fille qui s'appelle Silue.

 

Elle a 6 ans, des tresses brunes de chaque côté de la tête et des yeux curieux, grands ouverts, comme si elle y avait mis de la belladone.

 

Silue est sage, comme toute petite fille se doit de l'être. Elle apprend bien ses leçons pour devenir une grande fille.

Mais, ce matin, Silue est triste, en partant à l'école.

 

Son chat, Hector, n'est pas rentré de la nuit. Il est pourtant opéré, il ne devrait pas courir. Il passe toutes ses nuits blotti contre elle. Mais cette nuit n'a régné que froid et solitude.

 

C'est tremblante que Silue est partie à l'école, retournant sa tête et son regard le plus longtemps possible vers la maison.

 

Hector allait-il apparaître?...

 

Non.

 

Elle n'a pas pleuré, juste baissé son regard, vague, vers les paquets de bonbons déchirés qui jonchaient le sol du bus.

 

En arrivant à l'école, Silue ne souriait pas, au point que certaines de ses copines s'en sont inquiétées, elle d'habitude si souriante.

 

Elle leur a adressé un rictus et un geste de main apaisant, pour dire de ne pas s'inquiéter...

 

Silue est une grande fille.

 

En classe, elle pensait encore à Hector... "Pourvu qu'il revienne!!"...

 

Elle en aurait pleurée...

 

Son chat, c'est sa vie, ses nuits, son ami, son confident, son trésor quotidien. Si elle le perd, Silue sait bien qu'elle perdra une grand partie d'elle même.

 

Les larmes sont au bord des yeux lorsque que la maîtresse l'interpelle.

 

Mademoiselle Silue, pourriez vous nous conjuguer le verbe être au présent, s'il vous plaît?

 

Elle n'aimait pas, mais alors pas du tout cette maîtresse. Elle est fausse, guindée, hypocrite et elle l'a vue plusieurs fois partir, le soir, après l'école, avec des hommes différents. Elle n'est pas comme papa et belle maman, qui s'aiment depuis toujours.

 

Silue se lève... Se remémore la question... Le verbe être au présent, c'est trop facile...

 

Je profite

tu profites

il profite

 

nous profitons

vous profitez

ils profitent

 

Ouiiiiiiii, s'exclame la maîtresse, c'est très bien mademoiselle Silue. 10 sur 10.

 

Silue redescend sur sa chaise, pose les mains sur la table.

 

Elle aimerait être loin, là, de suite...

 

Loin, dans les bras d'Hector...

Partager cet article

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Délires
commenter cet article

commentaires

brin d'herbe 11/11/2010 17:01



t'es con !! ;-)


je te glisse un truc qui me fait pleurer pour de bon.


et/ surtout avec amazing grace a la fin ...


http://www.youtube.com/watch?v=z-yRaEYQNQs


 


là je pleure


.



Ferlinpimpim 11/11/2010 17:12



c'est malin, je pleure aussi...


 


En ce jour, ça mérite un billet...



brin d'herbe 11/11/2010 15:04



non.... il te porte !



Ferlinpimpim 11/11/2010 15:12



C'est pour ça que ça me brule...



brin d'herbe 11/11/2010 14:27



tellement vrai ...


t'es un visionnaire mec !



Ferlinpimpim 11/11/2010 14:59



Mouarf... Mais le Soleil m'aveugle...



lucie 10/11/2010 01:31



Salut Damien,


@ Christina, J'aime beaucoup ta façon d'écrire, ça résonne, juste je préfère continuer d'être optimiste dans le fond et réaliste dans la forme.


J'écris aussi, et le feu s'est souvent régalé de mes écrits qui parfois ne s'arrêtent plus.


Maintenant, je suis consciente que ce que j'écris est d'abord pour me convaincre, me persuader ou me soigner et trier mes pensées, avant de me répandre ou  transmettre une idée ou
connaissance...


Les paramètres sont si nombreux, le don d'ubiquité nous aidera à mieux dicserner ces paramètres et infinies réalités quotidiennes,


Ainsi continuer d'ouvrir les ornières.


Merci  de ces mots, en tous cas... Bonne continuité, courage et inspiration,  je lirai avec plaisir ton ou tes livres.  


Damien, c'est drôle parce que Silue, c'est mon annagramme et surnom d'une amie, et  j'avais un chat, "Pachtoune", qui est parti, un matin d'hiver, et il est pas revenu, j'ai fais sniff,
pendant quelques années , et encore sniff, mais c'est la vie...  Encore des attaches à détacher...


Bise.


ps: Tu fais comment pour taper avec ton nez ?


 



Ferlinpimpim 10/11/2010 13:48



Salut lucie. Pour le nez, c'est un long, très long apprentissage... De plus, je suis dans la ville de Cyrano... Bises.



Alain 09/11/2010 21:24



Tu veux du rapt ?


La version esclaves et maîtres


Je travaille


tu travailles


il travaille


nous travaillons


vous travaillez


ils profitent


Les maîtres décollent à 1400 à l’or l’once


cette une histoire illusoire sans parachute


l'or ce que l'once meurt le maître disparaît


qui a dit ce paraître du maître ou de l'ex-clave sur laquelle on tapait.


laque elle sa coiffure pour paraître cette chienne de vie ?


....


J'ai pas tout compris moi non plus






Ferlinpimpim 09/11/2010 21:29



C'est ça la poésie Delors...


 


Abracadabra, personne n'y comprend rien mais devient esclave. La chaine autour du cou alors que d'autres ont une rolex au poignet...


 


Et vogue le monde sur la méduse...



Lléa 09/11/2010 20:21



Coucou,


Personne ne dit rien sur le beau texte de Pimpim?Merci Pimpim.Silue est adorable...mais l'histoire est triste.


Ou est Hector?


Pimpim,je ne t'ai jamais rien demandé,mais là je t'en supplie,trouve moi Hector.Pour que la jolie petite Silue ne soit plus triste.Merci.


Gros bisous,léa.



Ferlinpimpim 09/11/2010 20:31



Hector est rentré, Léa, dans la journée... Il a pourchassé une souris toute la nuit. Incorrigibles, ces chats...



david 09/11/2010 20:00



belle prose , christina ...tu as un talent certain pour l'écriture ...le Verbe sacré est en toi ...continue à le nourrir et il te nourrira en retour... 


amicalement



viviane 09/11/2010 17:36



http://www.youtube.com/watch?v=2hjlz10uWQE&feature=player_embedded


spécial dédicace pour ferlin



Ferlinpimpim 09/11/2010 19:40



C'est sympa, mais il a beaucoup plu, aujourd'hui... Pas étonnant...



viviane 09/11/2010 17:22



t'es chiant t'appuie toujours où ça fait mal ferlin


bisous quand même



Ferlinpimpim 09/11/2010 19:36



Pardon... Ce n'était pas moi, mais mon esprit...



Christina 09/11/2010 09:15



J'ai un peu écrit et beaucoup jeté. Je n'arrive pas à me contenter de ce que je suis actuellement capable d'écrire. J'ai probablement placé la barre à un niveau hors de ma portée. Du coup, je
tourne en rond et me cogne sur les murs de mes limites. Pas grave. J'hésite à reprendre mon blog laissé en jachère depuis un an et demi. Si j'ai des choses à écrire, j'ai également developpé une
certaine forme d'humilité qui tempère mes envies de lâcher ma personnalité sur la toile.  Il faudrait que je trouve un angle d'écriture cohérent avec les principes auxquels je tiens.


D'un tempérament résolument optimiste, j'avoue être pessimiste pour les prochains temps. C'est que je suis également lucide. Je perçois les mécanismes et les évolutions de la société. Les
ficelles sont grosses. La déliquescence des vertus morales, l'abandon d'une spiritualité à la fois personnelle et partagée : voilà les failles de nos armures dans lequelles les épées de la
cupidité et de l'égo s'engouffrent avec délectation. La faiblesse de nos caractères nous empêche d'être lucides et lorsque nous le sommes d'entrer en résistance. Nos imaginations sont engourdies
et nous ne sommes plus à même d'inventer une autre société. Nos esprits faibles sont conditionnés. L'industrie de la distraction reste le calmant empoisonné pour soulager nos petites
personnalités apeurées car balottés par une Vie qu'elles ne savent pas maîtriser. Nous ne sommes plus devenus maîtres de nous-mêmes. Par manque de courage. Par facilité. Pour avoir cédé aux
sirènes de l'Avoir et renoncé au chemin escarpé mais gratifiant de l'Etre.


Le projet sur les retraites ne pouvait que "passer" puisque la grande majorité d'entre nous est intimement convaincue qu'il n'y a pas d'autre solution. Nos vies ont perdu leur créativité car elle
ont laminé leur autonomie de pensée. C'est pour cela que je suis persuadée qu'aucune révolte et encore moins de révolution ne naîtra de la gouvernance actuelle, tant locale que mondiale.
L'étincelle surgira d'un événement isolé mais fortement symbolique. Cet événement atteindra les esprits car il titillera nos petites flammes intérieures. Cela sera peut-être un sentiment
d'injustice, de honte ou toute autre mise en lumière de la petitesse de nos conditions humaines.


En ce jour du quarantième anniversaire de la disparition du Général de Gaulle, il est remarquable de constater la dillution voire la disparition des valeurs morales. L'homme est malléable. La
société moderne l'a changé : sciemment et en conscience. Nous sommes engagés dans une voie dont l'issue fait de moins en moins de doute. Et nous laissons notre véhicule commun accélerer vers le
mur de nos peurs et de nos chimères. Quelle folie ! Quelle faiblesse de caractère.


Oui Ferlin, j'en aurai des choses à écrire. Des palanquées. Pour tout te dire, j'aimerai trouver l'angle d'écriture d'un roman qui puisse réveiller et éveiller le lecteur et contribuer à
l'extiper de l'état de zombi dans lequel il se morfond. Mais qui suis-je pour possèder une telle prétention et ne suis-je pas moi-même trop conditionnée pour prétendre possèder la lucidité et la
hauteur nécessaires ?


Je reste persuadée que les solutions sont en nous, à la fois individuellement et collectivement. Il est exclu d'attendre une issue favorable du système sociétal actuel. Soyons attentifs à
développer nos valeurs morales personnelles. L'honneteté et le courage en sont les premières.



Ferlinpimpim 09/11/2010 19:27



Comme tes mots résonnent justes en moi... Nous avons les mêmes sentiments sur ce qui nous habite et nous entoure...


J'espère te relire bientôt sur ton blog, car, franchement, ta fraîcheur me manque beaucoup.


 


De plus, en ce moment, j'en manque, de fraîcheur... Je suis à la limite du dégoût le plus profond. Courage, Chris. Je t'embrasse tendrement.



Ferlinpimpim 09/11/2010 01:56



Ca avance, ton bouquin, Christina?...