Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 02:49

Richard Lindzen, éminent climatologue du MIT américain

 

 


Je pense que le dernier rapport du GIEC a complètement sombré jusqu'à un niveau d'incohérence qui prête à rire. Ils proclament que leur confiance dans leurs modèles a augmenté alors que les divergences entre les modèles et les observations se sont accrues.

Leur excuse pour l'absence de réchauffement durant les 17 dernières années est que la chaleur s'est cachée dans les profondeurs des océans. Mais ceci est la simple reconnaissance du fait que les modèles ne simulent pas les échanges de chaleur entre les couches de surface et les profondeurs des océans. De fait, c'est ce transport de chaleur qui joue un rôle essentiel dans la variabilité naturelle du climat et les affirmations du GIEC selon lesquelles le réchauffement observé peut être attribué à l'homme repose, de manière décisive, sur leur affirmation que leurs modèles décrivent avec précision la variabilité naturelle interne. Ainsi admettent-ils maintenant, de manière assez obscure, que leur hypothèse cruciale était totalement injustifiée.

Enfin, en attribuant le réchauffement aux humains, ils dissimulent le fait que ce réchauffement a été petit et que ceci est totalement cohérent avec le fait qu'il n'y a aucune raison de s'alarmer à ce sujet. Il est tout à fait étonnant de voir les contorsions auxquelles le GIEC est obligé de se livrer pour maintenir en vie la perpétuation des objectifs climatiques internationaux.

 

 

Ross McKittrick, Statisticien et Professeur d'Economie (environnementale) à l'Université de Guelph au Canada

 

 


"Le rapport SPM en quelques mots : Depuis que nous avons commencé en 1990, nous avons vu juste pour l’Arctique, faux pour l’Antarctique, faux pour la troposphère tropicale, faux pour la température de surface, faux pour les ouragans, faux pour les Himalayas, faux pour la sensibilité climatique. Nous sommes dans le brouillard au sujet des nuages et inutiles au sujet des tendances régionales. Et au vu de ces constats, nous sommes confiants à 95% d’avoir raison."

 

 

Judith Curry

 

 

 

  • "après plusieurs décennies de dépenses astronomiques, le GIEC n'a toujours pas fourni d'argument convainquant pour l'évaluation de la fraction du réchauffement anthropique au XXème siècle.

  • La rhétorique, politiquement chargée, a contaminé la recherche académique sur le climat ainsi que les institutions qui alimentent la recherche climatique, de telle manière que les individus et ces institutions sont devenus des militants. Les scientifiques qui travaillent dans une perspective qui ne cadre pas avec le consensus sont, au mieux, marginalisés (il est alors difficile d'obtenir des subventions et de voir ses articles publiés par les éditeurs de journaux qui jouent le rôle de cerbères) ou, au pire, ostracisés sous le nom de "négationnistes" ou "d'hérétiques".
  • Alors que les températures ont décliné et que les modèles climatiques n'ont pas été capables de prévoir ce déclin, le GIEC a [très bizarrement] accru sa confiance dans un réchauffement catastrophique et a fait abstraction de la pause comme étant due à la variabilité imprédictible du climat.

  • ..un niveau croissant d'imprécation des deux côtés du débat politique avec, du côté "réchauffiste", l'immersion dans la panique morale et l'hyperbole.

  • ..Les décideurs qui ont besoin d'informations climatiques régionales se voient fournir par la communauté des climatologues des informations potentiellement erronées, voire nulles, tirées des modèles climatiques.”
    .
    Sur l'invasion destructrice des modèles informatiques dans les sciences climatiques

[...] "Il en résulte que nous avons perdu une génération de dynamiciens du climat. Nous nous sommes focalisés sur les modèles informatiques du climat plutôt que sur la dynamique et les théories qui sont nécessaires pour comprendre les effets du soleil sur le climat, le réseau de la variabilité naturelle à de multiples échelles de temps, les mathématiques des événements extrêmes et la prédicabilité d'un système complexe caractérisé par le chaos spatio-temporel."
[...]

Diagnostic :

Paralysie du paradigme, conséquence de raisonnements motivés, de la sur-simplification et de la recherche du consensus, aggravé et rendu chronique par un effet pernicieux de rétroaction positive à l'interface entre la science et la politique.[...]

 

Conclusion

Le diagnostic de paralysie du paradigme semble fatal dans le cas du GIEC étant donnée la nature très répandue de l'infection et du raisonnement motivé intrinsèque. Nous devons démanteler le GIEC aussitôt que possible - non pas pour protéger le patient qui semble prospérer dans son petit cocon, mais pour le bien des autres tels que nous-mêmes qu'il tente d'infecter avec sa propre maladie. Heureusement, la plupart du public semble immunisé mais quelques gouvernements semblent hautement sensibles à la maladie. De fait, le principe de précaution impose que nos ne prenions aucun risque dans ces circonstances. et donc que le GIEC doit être démantelé."

 

 

L'article complet sur PenséeUnique

Partager cet article

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article

commentaires