Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 12:29

Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien!

 

Il y a une semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pointait une nouvelle fois d’un doigt accusateur l’homme et le CO2 qu’il produit comme principaux coupables du réchauffement climatique. Pour Werner Munter, spécialiste mondialement reconnu des avalanches, qui se penche compulsivement sur le phénomène depuis trois ans, «ces gens sont des imbéciles qui répètent en boucle des bêtises, le savent et sont payés pour!» Le Bernois nous a longuement reçus dans son appartement d’Arolla (VS) pour étayer ces accusations entre une tranche de viande séchée et deux verres de Cornalin. Son diagnostic climatosceptique, loin d’être celui d’un hurluberlu, est partagé par d’éminents scientifiques dont deux Prix Nobel. Il nous l’explique.

Vous affirmez que l’homme n’a rien à voir avec le réchauffement. Pourquoi?

Précisons tout d’abord que je ne conteste pas le réchauffement lui-même. Je l’ai d’ailleurs constaté en tant que guide de montagne en voyant les glaciers reculer. Celui qui nous fait face par exemple a perdu 100 m depuis que j’ai acheté cet appart en 1989. En 2005, le pilier Bonatti des Drus s’est effondré à cause du réchauffement du permafrost. Ce que je remets en cause, ce sont les causes de ce réchauffement. Elles n’ont rien à voir avec l’homme ou avec le CO2 comme on nous le serine. Je suis arrivé à cette conclusion pour trois raisons.

Quelles sont ces raisons?

La première, c’est tout simplement l’analyse des données climatiques reconstituées sur des millions d’années. Rien que dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons. Ces optima correspondent à des cycles naturels. Au Moyen Age, il était par exemple possible d’aller en vallée d’Aoste depuis Arolla avec les troupeaux car le glacier n’existait plus. Lors des deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants. Avant cela, pendant des centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud! Or le GIEC se concentre sur les 150 dernières années. Autant dire qu’il regarde autour de son nombril. Les reconstructions paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.

Votre second argument?

La concentration de CO2 – qui est soit dit en passant un gaz vital et non pas un poison – dans l’atmosphère est négligeable. Il y en a un peu moins de 0,5‰ dans l’atmosphère, et au maximum 5% de cette quantité est imputable à l’homme. Pour un million de molécules d’air, il y a seulement 20 molécules de CO2 produites par l’homme. Et chaque année, notre industrialisation rajoute 4 molécules de CO2 pour chaque million de molécules d’air, mais la moitié est absorbée par les océans et les plantes. Et on veut nous faire croire que cette infime proportion due à l’homme est une catastrophe? J’ai beaucoup de peine à le croire (rires).

Pourquoi dès lors la thèse officielle fait quasi consensus? Vos collègues scientifiques ne sont pas tous des imbéciles!

Ces théories visent à nous culpabiliser. Quand des scientifiques comme ceux du GIEC disent qu’ils veulent sauver la planète, je dis qu’ils ne sont pas crédibles. Ils mentent pour préserver des intérêts économiques dont les leurs. Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement. Il y a une volonté de faire peur aux gens par exemple en dramatisant la montée des océans, alors que ceux-ci ne s’élèvent que de 2 à 3 mm par an! C’est aussi une manipulation intellectuelle de parler de CO2 en tonnes plutôt qu’en proportion. Des tonnes, ça impressionne, mais rappelons que l’atmosphère pèse 5 000 000 000 000 000 tonnes!

Votre dernier argument est que la thèse officielle contredit les lois de la physique. C’est-à-dire?

Celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple: la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère censément polluée de CO2 est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude. Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que correspond à notre expérience quotidienne.

Alors au final, comment expliquez-vous ce fichu réchauffement?

Je n’ai pas de réponse car trop de facteurs entrent en jeu. Par contre, j’ai des hypothèses. Je soupçonne par exemple les variations de l’intensité du rayonnement solaire – qui répondent à des cycles – de jouer un rôle central, tout comme les processus nucléaires complexes et méconnus qui sont à l’œuvre au centre de notre Terre. Quoi qu’il en soit, c’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat. La nature est bien plus forte que l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre!(Le Matin)

Partager cet article

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article

commentaires

Wil 06/05/2014 23:37


Hello Ferlin,


Tout est dit!


A+


Wil

Ferlinpimpim 07/05/2014 01:58



Salut Wil, et c'est dans tous les domaines pareil...



Hélios 05/05/2014 19:49


Le GIEC travaille de concert avec les épandeurs de chemtrails.


 


Par ailleurs, le vin mentionné dans l'article (Wiki) :


 


Le cornalin NN 1 est un cépage noir de cuve, parmi les plus anciens cépages autochtones qui aient été plantés en Valais (Suisse)1. Il était autrefois appelé « rouge du pays »2. On l'appelle aussi « cornalin du Valais », par opposition à son descendant génétique le cornalin d'Aoste.


C'est un cépage de 3e époque, il lui faut du temps pour mûrir parfaitement. Le moût est moyennement sucré et acide.


Bisous

Ferlinpimpim 06/05/2014 11:04



Merci Hélios, je ne savais pas pour le vin.


 


Bisous.



neo 05/05/2014 19:16


http://spaceweather.com/


METEORS FROM HALLEY'S COMET: Earth is entering a stream of debris from Halley's Comet, source of the annual eta Aquarid meteor shower. Forecasters expect the shower to peak on the night of May 5-6 with as many as 60 meteors per hour in
the southern hemisphere and half that number in the north. No matter where you live, the best time to look is during the dark hours before local sunrise on May 6th. [photo gallery] [meteor radar]


GEOMAGNETIC UNREST: Sky watchers around the Arctic Circle were surprised on May 4th when the twilight sky lit up with bands of green. "It was
far from dark when the auroras appeared," says Ronny Tertnes, who sends this picture from Bergen, Norway:





What caused this geomagnetic unrest? The interplanetary magnetic field (IMF) near Earth
tipped south, opening a crack in our planet's magnetosphere. Solar wind poured in and ignited the
surprise display, bright enough to pierce the Spring twilight around the Arctic Circle.


More auroras could be in the offing. NOAA forecasters estimate a 35% chance of polar geomagnetic storms on May 4-5 as the IMF continues to tip south. Aurora
alerts: text, voice


Realtime Aurora Photo Gallery


BACTERIA SURVIVE TRIP TO THE EDGE OF SPACE: Researchers pondering the possibilities of life on Mars have long focused their attention on
halobacteria--a type of terrestrial extremophile that uses salt to shield itself from harsh radiation. On April 20th, the
students of Earth to Sky Calculus flew a colony of halobacteria onboard a suborbital helium balloon to the Edge
of Space. The microbes didn't merely survive, they are now thriving in the students' biology classroom back on Earth:





During the ascent to 102,400 feet, these bacteria experienced temperatures as low as -60 C, air pressures only 1% that at sea-level, and radiation levels more than 25-times Earth-normal. All of
these conditions are akin to those on Mars. ( See a 74 MB movie of the bacteria
floating in the stratosphere.)


Instead of chlorophyll, halobacteria use the photosynthetic molecule bacteriorhodopsin, which produces chemical energy from sunlight without producing oxygen. This photosynthetic pigment colors
the halobacteria colony pinkish-red--the same hue visible in the incubated petri dish.


The students are planning to repeat the experiment with another flight this weekend. If you would like to support their efforts, please consider purchasing an Edge of Space Mother's Day card
(described below). Profits buy helium and other supplies for this research.


MOTHER'S DAY AT THE EDGE OF SPACE: Mother's Day is right around the corner. Looking for a unique gift? How about an Edge of Space
Mother's Day Card? The students of Earth to Sky Calculus are about launch another helium balloon to the stratosphere. For only $49.95, your Mother's Day, Father's Day, birthday or anniversary
card could be on the payload. Profits from the flight are used to support the students' space weather balloon research program. Contact Dr. Tony
Phillips for details.


Realtime Space Weather Photo Gallery



Realtime Mars Photo Gallery



Realtime Comet Photo Gallery



Realtime Eclipse Photo Gallery















 


All Sky Fireball Network














Every night, a network of NASA all-sky cameras scans the skies above the United States for meteoritic fireballs. Automated software maintained by
NASA's Meteoroid Environment Office calculates their orbits, velocity, penetration depth in Earth's atmosphere and many other characteristics. Daily results are presented here on
Spaceweather.com.


On May. 4, 2014, the network reported 9 fireballs.
(6 sporadics, 3 eta Aquariids)





In this diagram of the inner solar system, all of the fireball orbits intersect at a single point--Earth. The orbits are color-coded by velocity, from slow (red) to fast (blue). [Larger image] [movies]














 


Near Earth Asteroids