Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 11:41

Merci Narf...

 

PAR AGNÈS ROUSSEAUX (16 SEPTEMBRE 2010)

Vitamines A, B ou C, Oméga 3, oligo-éléments, fer... Les nutriments sont indispensables à notre organisme et à sa longévité. Plusieurs études nous alertent sur la faiblesse des fruits et légumes « modernes » en nutriments. Alors qu’une pêche suffisait en 1950 pour absorber une bonne ration de vitamine A, il faudrait aujourd’hui en croquer une vingtaine ! Où sont passées ces vitamines ? Que disent les chercheurs ? L’industrie agro-alimentaire en profite-t-elle ?Basta ! a mené l’enquête.

  • Réagir à cet article
  • Recommander à un-e ami-e
  • Augmenter la taille du texte
  • Diminuer la taille du texte
  • Imprimer

« Mangez au moins 5 fruits et légumes par jour », recommande le Programme national nutrition santé. Peut-être faudra-t-il bientôt en manger cinquante... Côté nutriments, nos aliments semblent montrer quelques faiblesses. Prenez une orange : celle des années 2000 aura sans doute meilleure mine que les oranges des années 50. Et pourtant… L’orange moderne contient cinq fois moins de fer. Idem pour les pêches. Plusieurs études révèlent cette perte de « densité nutritionnelle ». C’est la quantité de nutriments (vitamines, minéraux...) qu’un aliment contient comparé à son nombre de calories. Des chips ou une pizza ont, par exemple, une très faible densité nutritionnelle comparés à des lentilles ou des brocolis [1]. Ce problème commence à être soulevé aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne (voir en fin d’article). En France, silence radio du côté des pouvoirs publics et des instituts de recherche. Nos fruits et légumes échapperaient-ils à cette malédiction ?

Vitamine A : 1 pêche de 1950 = 26 pêches de 2010

Depuis 1950, des chercheurs mesurent le contenu nutritionnel de l’alimentation. À côté des glucides, protides et autres lipides, la présence de micro-nutriments – vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras et acides aminés – est indispensable à notre santé. Or dans les années 1950, manger une banane, une orange et une pêche, suffisait à pourvoir les « apports journaliers recommandés » (AJR) d’une personne en vitamine A. Aujourd’hui, vu les teneurs en nutriment, il faudrait 5 bananes, 10 oranges, et 26 pêches pour avoir sa dose de vitamine A ! C’est ce que révèle une étude menée au Canada en 2002 et publiée par le premier quotidien du pays, The Globe and Mail, et la chaîne de télévision CTV News. Cette étude compare les tableaux de nutriments publiés à différentes époques, avec les taux de vitamines et minéraux contenus dans 25 fruits et légumes.

Résultats ? En un demi-siècle, la pomme de terre a perdu plus de la moitié de sa vitamine C et de son fer, plus d’un quart de son calcium. Et 100 % de sa vitamine A, un nutriment indispensable au développement des cellules et au fonctionnement du système immunitaire ! Selon cette étude canadienne, quasiment 80 % des aliments testés ont vu leur teneur en calcium et en fer diminuer.

Où sont passées nos vitamines ?

Des chercheurs remettent en question ces analyses, au motif que les mesures se sont grandement affinées depuis un demi-siècle. L’évolution des méthodes de test et le manque de fiabilité des données historiques fausseraient donc les résultats. Mais des études récentes, qui consistent à planter des variétés végétales modernes et historiques côte à côte, avec des pratiques agronomiques comparables, viennent confirmer la perte d’éléments nutritifs dans les aliments. Le rapport Still No Free Lunch de Brian Halweil, du World Watch Institute (États-Unis), publié en 2007 fait le bilan des études existantes. Et met en évidence cette « dilution en nutriments » généralisée.

Quelles sont les causes de ce phénomène ? Les méthodes agricoles d’abord : l’utilisation intensive de pesticides et d’herbicides, les excès d’engrais qui augmentent la vitesse de croissance des plantes et diminuent proportionnellement le temps de fixation des micronutriments. Les techniques intensives épuisent aussi les sols, dont la teneur globale en nutriments diminue dans certaines zones. En cause également, selon Brian Halweil, les traitements de conservation et les rallongements du temps de transport. Un aliment parcourt en moyenne 2.500 kilomètres avant d’être consommé ! Certains fruits, cueillis trop tôt, n’ont pas le temps de développer les nutriments liés à l’ensoleillement, comme les anthocyanines ou polyphénols, ces composants qui nous protègent contre le cancer ou la détérioration des cellules du cerveau. Quant au taux de vitamine C dans les pommes et abricots cueillis verts : il est proche de zéro !

Obèse et sous-alimenté

En cause également, les pratiques de sélection des plantes selon leur rendement. Les agriculteurs préfèrent les plantes qui poussent vite, produisent beaucoup et ont une belle apparence. Mais plus le rendement est élevé, moins la plante dépense d’énergie à absorber des oligo-éléments, et plus la teneur en nutriments est faible.

Nos régimes alimentaires sont déjà pauvres en nutriments. 70 % de ce que nous mangeons provient de produits industriels, beaucoup moins riches en vitamines. Nous consommons de plus en plus de « calories vides » : des aliments contenant des quantités élevées de gras et de sucre ajouté et très peu de nutriments par calorie. Si même les fruits et légumes ne nous assurent plus notre ration quotidienne...

Pour Brian Halweil, il s’agit d’un « paradoxe moderne unique » : nous pouvons à la fois trop nous nourrir (en calories) et rester sous-alimenté (en nutriments). Si près d’un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde, plus de 3 milliards – soit la moitié de la planète – subissent une déficience en nutriments. Avec des conséquences qui vont de l’anémie, en cas de déficience en fer, à la cécité pour ceux qui manquent de vitamine A. L’étude Suvimax (Supplémentation en vitamines et minéraux antioxydants) menée de 1994 à 2003 en France par l’Inserm, a testé l’effet d’un apport en vitamines et minéraux antioxydants [2] à des doses proches de celles qu’on peut attendre d’une alimentation saine. Au bout de sept ans et demi, on observe chez les hommes une diminution de 31 % du risque de cancers et une diminution de 37 % du risque de décès. Les nutriments, c’est vraiment bon pour la santé !

Faut-il manger 3 kg de brocolis par jour ?

« Pour se développer et fonctionner au mieux, les humains ont besoin d’une diversité d’aliments et de nutriments dans leur alimentation. Notre système immunitaire ne fonctionne pas de manière optimale quand nous sommes déficients en certains nutriments. Notre capacité à éviter les maladies, du cancer au simple rhume, est compromise », souligne Brian Halweil. Selon le ministère de l’Agriculture états-unien, notre « régime alimentaire est plus compromis par la consommation de nourriture industrielle que par le déclin des niveaux de nutriments dans les fruits et légumes » [3]. Est-ce une raison pour laisser nos fruits et légumes se vider de leurs substances ?

Certains scientifiques pointent le fait que la densité en nutriment baisse dans chaque grain de blé ou la moindre feuille de salade. Mais grâce aux progrès en terme de rendement, il y aurait au final plus de nutriments produits par hectare. Ce qu’illustre le généticien Mark Farnham, spécialiste du brocoli au « US Vegetable Laboratory » : grâce à la taille plus importante des brocolis modernes, on trouve sans doute plus de calcium et de magnésium dans chacun d’entre eux, nuance-t-il. « Mais la plupart des gens ne mangent pas un brocoli entier en une seule fois », rétorque Brian Halweil.

En France, on s’enthousiasme pour les nano-capsules...

Du côté de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), ce genre de débat semble bien lointain. « La baisse de densité nutritionnelle des fruits et légumes ? C’est une rumeur, le type d’information qui circule… mais est-ce avéré scientifiquement ? », s’interroge Jean-Michel Chardigny, directeur de l’Unité nutrition humaine de l’INRA à Clermont-Ferrand, la plus grosse unité s’occupant d’alimentation humaine. « Je n’ai pas connaissance d’études là-dessus, ce n’est pas un sujet très documenté », explique-t-il à Basta !... Au moins sept études sur le sujet ont été publiées depuis 15 ans (lire ci-dessous).

À l’INRA, on travaille surtout sur « le nutriment ». Les chercheurs « sont mal armés pour mesurer la complexité des apports des aliments », justifie Jean-Michel Chardigny. « La question de la densité nutritionnelle ne se pose pas. Il est important que les gens consomment des quantités élevées de fruits et légumes. C’est lié au volume global, pas à la densité », ajoute Cécile Renard, directrice de recherche à l’INRA et responsable d’une équipe qui travaille sur la qualité des fruits et légumes.

On préfère s’occuper « d’adressage » ou de « vectorisation » : trouver la formulation qui permette au nutriment – des Omégas 3, par exemple – d’aller sur la bonne cible plutôt que de se diluer dans l’organisme. Une façon d’associer les molécules entre elles pour qu’elles ne se dégradent pas de la même façon une fois ingérées. Des recherches qui incluent aussi les nanotechnologies. « Il faut être prudent. On peut court-circuiter la régulation mise en place par l’organisme, avertit Jean-Michel Chardigny. Le fer par exemple, ingéré à l’échelle nano, est absorbé à 100 %, alors que ce taux est de 30 % normalement car il ne franchit pas la barrière intestinale. Avec les nanos, c’est comme si on avait une perfusion en intraveineuse. Cela peut être positif ponctuellement ». Réjouissant, non ?

Éveillez votre « conscience nutritionnelle » !

Quand il n’y aura plus de nutriments dans les produits agricoles, on pourra toujours se les injecter manuellement, via des nano-capsules… De quoi révolutionner la configuration des repas de familles ! Autre solution proposée par l’industrie : manger des nutriments artificiels ou des aliments enrichis. « Depuis quelques années et grâce à la mobilisation de l’ensemble des acteurs – corps médical et scientifique, pouvoirs publics, industriels – la conscience nutritionnelle des consommateurs français s’est éveillée », se félicite le Syndicat de la diététique et des compléments alimentaires.

Selon un sondage mené en 2008 pour cet organisme par TNS Sofres, 37% des Français « consomment des compléments alimentaires afin de conforter leur capital santé ». Un marché qui représente un chiffre d’affaires annuel de plus d’un milliard d’euros (en 2008). Quitte à gérer la santé comme un capital, il peut paraître plus rentable d’acheter des doses de vitamines ou d’oligo-éléments, que d’essayer de repenser les politiques agricoles et alimentaires. Surtout quand cela arrange l’industrie agro-alimentaire. Au moins pourrait-on espérer que les instituts de recherche en France puissent nous dire exactement ce que nous mangeons, et surtout si ces aliments nous nourrissent encore. Ce qui n’est même pas le cas.

Agnès Rousseaux

Notes

[1] Voir la définition du Programme national nutrition santé (PNNS)

[2] Vitamines E et C, zinc et sélénium, bêtacarotènes.

[3] United States Departement of Agriculture, Agricultural Research Service : USDA Nutrient for Database Reference, Release 13, 1999

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cat 25/01/2011 12:39



Je vais laisser un petit mot à cet article que j'avais repéré, moi-aussi, personne ne peut rester indifférent à sa lecture, à vrai dire !


Que m'inspire tout cela ? Et sur quoi rebondir dans le même sujet : Mangeons cru du producteur directement au consommateur, en direct de vos potagers serait le mieux.  En ce moment
circule aussi l'article sur la carotte, et le farinacol ...


en poussant plus loin, le panais aussi vaut le coup qu'on le croque tout frais, même famille que la carotte ...


http://www.naturavox.fr/alimentation/article/les-carottes-nous-protegent-du?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Naturavox+%28NaturaVox%29


http://www.healthandfood.be/html/fr/news/2005/2005-02-16_carotte-cancer.htm


 


ca c'est l'exemple type repris partout,


ensuite quand on fouille un peu :


le ginseng rouge de Corée en contient aussi, et d'autres légumes de la même famille de la carotte dont le fameux panais,


http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=panais_nu


Cru c'est tout vu, c'est moins cher à elaborer, c'est parfois nouveau, ca peut changer un repas, c'est vivant, moins ca perd de temps dans le frigo (ca n'y crève pas en y perdant ses vitamines
aussi, mieux c'est !


Et à ceux qui disent que le bio c'est cher, je répond tjrs c'est plus petit dans l'assiette, ca vous sauve deux fois, une fois parce que c'est sans produits chimiques, la seconde fois, parce que
ca nous fait gagner des points de santé pour éviter le médecin, et en prime ca laisse la terre propre à ceux qui viendront balayer derrière nous ... aucune mauvaise surprise sous le tapis



Cru plutôt que cuit, même les radins grattant tout ce qu'ils peuvent y trouvent leur compte, pas de lavages intempestifs de casseroles, pas de chauffe, mille arguments pour les
réfractaires ... faut juste oser !


( pas encore de taxe payée à l'état sur l'autonomie alimentaire ouf ! quand bêcher devient un acte de resistance, un acte politique ! Quand certains lobbys freinent des 4
pieds pour lancer la vraie révolution verte dans l'agriculture, surtout envers les petits producteurs locaux permaculteur, à production locale, c'est surtout qu'ils protègent leur plan de masse
de consomme-à-tuer ... Bruxelles laisse creuver les gens sous la raison qu'elle est au service de ses lobbys ! Elle va baisser ses aides envers ceux qui prennent le plus grand soin de notre
planète, un comble !)



Ferlinpimpim 25/01/2011 20:24



Oui, il faut absolument résister avec les bêches. Même s'ils ont la loi avec eux, tant pis... Résistons. 



david 24/01/2011 00:15



http://www.alterinfo.net/Les-radars-meteorologiques-suggerent-que-les-oiseaux-morts-sont-tombes-du-ciel-a-cause-d-un-coup-de-poing_a54162.html



Ferlinpimpim 24/01/2011 07:44



Aucun fait concret, malheureusement...



Lléa 23/01/2011 21:32



Coucou,


 


Jésus explique alors ce qu’est pour lui le pur et l’impur : la pureté et l’impureté véritables sont intérieures :
« Puis, appelant la foule, il leur dit : « Écoutez et comprenez ! Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui rend l’homme impur ; mais ce qui sort de la bouche, voilà ce qui rend l’homme impur.
» Alors des disciples s’approchèrent et lui dirent : « Sais-tu qu’en entendant cette parole, les pharisiens ont été scandalisés ? » Il répondit : « Tout plant que n’a pas planté mon Père céleste
sera arraché. Laissez-les : ce sont des aveugles qui guident des aveugles. Or si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans un trou ! Pierre intervint et lui dit : « Explique-nous
cette parole énigmatique. » Jésus dit : « Êtes-vous encore, vous aussi, sans intelligence ? Ne savez-vous pas que tout ce qui pénètre dans la bouche passe dans le ventre, puis est rejeté dans la
fosse ? Mais ce qui dort de la bouche provient du cœur, et c’est cela qui rend l'homme impur. Du cœur en effet proviennent intentions mauvaises, meurtres, adultères, inconduite, vols, faux
témoignages, injures. C’est là ce qui rend l’homme impur ; mais manger sans s’être lavé les mains ne rend pas l’homme impur » (Mt 15, 1-20 ; cf. Mc 7, 1-23).


C'est clair .....



Ferlinpimpim 23/01/2011 21:44



C'est clair...



Lléa 23/01/2011 21:12



Bonsoir,


Merci Narf, Merci Pimpim.


Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour? Si, si c'est facilement possible. Une grosse soupe de légume et une salade de fruit, le compte y est! Le compte y est, d'accord, mais pas les
vitamines, d'après le texte ci dessus! Vous n'avez qu'a regarder la tête de la verdure après achat et mise au frigo. On dirait du plastique! Et le goût? Aucune saveur, aussi bien pour les
fruits que les légumes. Odeur, idem! Nous le savons, c'est a nous de choisir ce qui nous conviens et qui nous est favorable.


Acheter bio, local, au marché de préférence. Petits producteurs. Mieux vaut manger sain, un peu plus cher, mais moins.


Ecoutez votre corps. C'est lui qui sait ce qu'il lui faut et ce qui lui manque. Si le clignotant s'allume pour du sucre, allez y, pas toute la boîte, mais deux, trois morceaux et c'est reparti
...! Pour le reste c'est pareil!


PS. Stop, stop, non, non pour l'Amour charnel, pas! N'allez pas me violer votre voisine ou enfourcher la chèvre du proche! Maitrisez vous! Je blague ...... :)))


Bises, Léa.



Ferlinpimpim 23/01/2011 21:28



A tous les points de vue, nous mangeons quatre fois plus que nécessaire, en moyenne, et encore... ( Ce n'est qu'un constat personnel ).


Par contre, nous respirons à moitié, et encore...


 


Cherchez l'erreur...



sylvie 23/01/2011 20:39



Matthieu 15.10-20


« 10 Jésus appela à lui la foule et lui dit :


11 Écoutez et comprenez. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui rend l’homme impur,


mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui rend l’homme impur.


12 Alors ses disciples s’approchèrent et lui dirent : Sais–tu que les Pharisiens ont été scandalisés


d’entendre cette parole ?


13 Il répondit : Toute plante qui n’a pas été plantée par mon Père céleste sera déracinée.


14 Laissez–les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles. Si un aveugle conduit un


aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.


15 Pierre prit la parole et lui dit : Explique–nous cette parabole.


16 Et Jésus lui dit : Vous aussi êtes–vous sans intelligence ?


17 Ne saisissez–vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, puis est jeté à


l’écart. 18 Mais ce qui sort de la bouche provient du cœur, et c’est ce qui rend l’homme impur.


19 Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, meurtres, adultères, prostitutions,


vols, faux témoignages, blasphèmes. 20 Voilà ce qui souille l’homme ; mais manger sans s’être


lavé les mains, cela ne rend pas l’homme impur. »


Jésus va s’adresser dans un premier temps à la foule, puis aux disciples et plus particulièrement à


Pierre.





TRADUCTION :


Marc 1-23Il se trouva dans leur synagogue un homme
qui avait un esprit impur, et qui s'écria: 
Qu'y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es: le Saint de Dieu. Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. 
Et l'esprit impur sortit de cet homme, en l'agitant avec violence, et en poussant un grand cri. Non seulement ils séduisent, égarent, dénaturent, pervertissent leurs victimes,
mais ils cherchent a établir en elles leur demeure, a les posséder au point de leur enlever leur réelle personnalité et a la remplacer par la leur. Cette habitation ou possession n`est pas
limité. Ils peuvent accaparer aussi bien la pensée que la volonté, ou les sentiments, ou le corps d`un individu, et y demeurer individuellement ou par millier. Marie de Magdala était au pouvoir
de sept d`entre eux, alors que le démoniaque de Gadara confessait qu`ils étaient une légion en lui.



Ferlinpimpim 23/01/2011 20:51



Le diable, oui. Il est là, en nous. 


 


Nous devons lui interdire notre coeur.



Sylvie 23/01/2011 19:38



"Ce n'est pas ce qui rentre dans sa bouche qui rend l'Homme impure, mais ce qui en sort."


 


Es tu d'accord avec cette citation de "passenger" damien 


 ????


Est il possible de disserter lol ???


 


Qu en penses tu ???



Ferlinpimpim 23/01/2011 19:56



C'est une parole du Seigneur ( Jésus ), en parlant du vin, si ma mémoire est bonne. Ce n'est bien entendu pas la même époque et ce n'est plus transposable, à mon avis, le vin étant devenu un
poison comme les autres...


 


Mais dans le fond, si, je reste d'accord avec cette phrase, car le plus violent des poisons, il est dans nos actes ou paroles. Mes expériences de l'année dernière me l'ont prouvé.



sylvie 23/01/2011 19:04






 


Et si c était pour nous pousser a faire tout le contraire comme dans toutes les bonnes résolutions ............ pfffffffffff


manger 5 Fruits par jour, franchement est ce possible ??? moi j en suis pas convaincue du tout ...


 


 


 



Ferlinpimpim 23/01/2011 19:08



Bien entendu que c'est possible... Mais si c'est pour absorber une forte dose de pesticides, on se demande bien la différence avec les médicaments.


Le bio ou le commerce local me semble incontournable. Concrètement, il va falloir se regrouper, diminuer nos besoins et produire des bons produits. la demande sera très forte.


Si l'état ne joue pas le jeu, faudra pas jouer le sien.



jacklerouge 23/01/2011 17:16



YouTube - Non mais! ...Souris veut s'taper mon 4 Heures!   en fait ce monde n'est qu'une histoire de bouffe à tous les
étages!.....alors, autant en rire! tu vois, je suis toujours là même ailleurs!



Ferlinpimpim 23/01/2011 17:44



Excellent...



the Passenger 23/01/2011 14:39



"Ce n'est pas ce qui rentre dans sa bouche qui rend l'Homme impure, mais ce qui en sort."



Ferlinpimpim 23/01/2011 15:32



Oui, ce n'est pas une question d'impureté, mais de survie.



Shaka 23/01/2011 14:13



C'est pas le nombre qui compte mais la qualité, autant nutritionelle qu'énergétique (vitalité). Si vous consommez 15 fruits ou légumes ionisés, qui ont traversés un océan avec en prime (le pire)
traités avec des pesticides bien souvent interdits en Europe...mieux vaut en limiter grandement le nombre...


Consommez BIO, ça limite quand même un peu notre empoisonnement qui de toute manière est inévitable. Pensez aussi aux alicaments pour l'entretien, chélation... etc...


 


Bon dimanche !



Ferlinpimpim 23/01/2011 15:31



Merci Shaka. Je me rappelle encore cet été, lorsque j'ai acheté des pèches bio. Quel régal... Rien a voir avec ces merdes vendues sous le nom de pêche.