Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 09:56

Ou une fois encore, de l'art de la sélection des données et de la présentation au public.

Que n'avons nous pas lu dans les journaux, vu à la télévision ou entendu à la radio, au mois de Janvier, au sujet de l'année 2010 qui aurait été selon certains, emportés par leur enthousiasme ou par leurs convictions, la "plus chaude de tous les temps" ? 
Voici quelques exemples, parmi beaucoup d'autres, de ces déclarations aussi péremptoires que peu fondées, mais propres à faire "les gros titres" et à appâter le chaland (gogo ?), relevés par plusieurs lecteurs que je remercie.

Maxisciences : "2010, année la plus chaude : un record absolu confirmé". Reprenant le début d'une déclaration de Mr Michel Jarraud, grand responsable de l'OMM (L'Organisation Météorologique Mondiale qui a fondé le GIEC), Maxisciences "oublie" la suite de la déclaration de ce dernier qui précisait qu'en réalité, et selon les bases qu'il a sélectionnées (voir ci-dessous), cette année 2010 est identique (à 0,01°C près !) aux années 1998 (Il y a donc douze ans) et 2005. Ce qui, soit dit en passant, n'indique pas précisément une tendance au réchauffement puisque 2010 est identique à 1998... surtout avec une augmentation du taux de CO2 de 5% pendant la même période, comme aimerait nous en convaincre Maxisciences et M. Jarraud de l'ONU. En réalité, il s'agit d'une stagnation des températures comme je vous le montrerai ci-dssous, avec quelques détails. Et, de fait, ce plateau de 12 années est très dérangeant pour les modèles du réchauffement climatique résultant des gaz à effets de serre. Même si une hirondelle ne fait pas printemps, elle n'annonce certainement pas l'hiver...

D'autre part, il ne s'agit pas d'un "
record absolu confimé". D'autres institutions officielles (l'office Anglais, le HadCRUT, par exemple) ne placent 2010 qu'en seconde position derrière 1998, comme je vous le montrerai ci-dessous.

Le Nouvel Obs ne fait pas dans la dentelle et ne craint pas le ridicule en titrant en très gros caractères :"2010, année la plus chaude de l'histoire :C'est ce que confirme l'Organisation météorologique mondiale, qui y voit une tendance "significative" au réchauffement à long-terme." 
Evidemment non. Même Michel Jarraud n'est pas allé jusqu'à prétendre que 2010 est l'année la plus chaude de l'histoire. Il ne parle que de la période écoulée depuis que les relevés existent (vers 1880 et encore, s'agissant du globe...). M. Jarraud doit connaître l'existence des autres périodes chaudes de l'holocène, si on se contente de remonter jusque-là, et on est très loin d'avoir une idée des températures "globales" de la planète au cours de l'histoire à partir de quelques indicateurs fossiles prélevées ici ou là. D'autre part, on se demande bien ce que signifient les guillemets qui encadre "significatives".
2010a

Pour sa part, le Journal "La Croix" n'a pas failli à sa mission : Voici le placard (ci-contre) que l'on trouve dans son édition du 21 Janvier. 
Honnêteté oblige : Après avoir affirmé que "les données 2010 confirment le réchauffement", ce qui n'est pas le cas puisqu'il s'agit au contraire d'une stagnation de température, malgré une hausse du taux de CO2, La Croix précise que 2010 est la plus chaude avec 2005 et 1998. Ce qui est déjà plus proche de la réalité.

L'agence Reuters relayée par Yahoo : "2010 a été la deuxième année la plus chaude après 1998 dans les annales météorologiques, dont la création remonte à 1850, a déclaré mercredi Phil Jones, directeur d'un centre britannique de recherche sur le réchauffement climatique. " 
Reuters nous refait le coup du bonneteau, en oubliant de parler de la tendance et de préciser que s'il faisait plus chaud, il y a douze ans, cela ne constitue guère une preuve du réchauffement climatique, comme ont dû le penser beaucoup de lecteurs avertis.

Le Monde(titulaire du bonnet d'âne du mois de Janvier, avec quelques autres, pour avoir relayé, sans hésitation, une dépêche de l'AFP délirante, retirée peu après : "L'année 2010 a été la plus chaude sur le globe, ex aequo avec 2005".

On ne se refait pasUne seule base de donnée fait les beaux jours de ce journal qui ignore toutes les autres. 

Le Figaro ("également titulaire du bonnet d'âne du mois de Janvier, avec quelques autres, toujours pour avoir relayé une dépêche de l'AFP délirante, retirée peu aprèsreprenant une dépêche de l'AFP (ils devraient se méfier) titre sobrement :"Climat: 2010, année la plus chaude" tout en reconnaissant qu'elle est seulement "légèrement supérieure aux années 2005 et 1998". C en'est pas le cas. Nous verrons cela.

Libération (autre titulaire du bonnet d'âne du mois de Janvier) avait déjà claironné , dès le mois de Mai que l'année 2010 était sur la voie du record absolu "depuis 130 ans", puis de nouveau en septembre, puis, encore, en Novembre, toujours en se basant sur les mesures d'un seul et unique organisme : le GISS de James Hansen sans jamais évoquer ne serait-ce que l'existence des quatre autres organismes officiels qui sont beaucoup moins affirmatifs ou qui donnent des résultats différents comme nous le verrons. Cela s'appelle du "cherry picking" systématique, de la sélection des données. On verra, avec amusement, s'ils seront tentés de poursuivre cette série d'épisodes alarmistes au cours de l'année 2011. 

Puis 
El wataan, Nice- Matin, La Tribune, etc. Et une kyrielle d'autres journaux francophones qui reprennent les dépêches de l'AFP ou de Reuters et les affirmations du responsable de l'OMM. Sans oublier la quasi-totalité de la presse régionale.

Et je ne prends pas la peine de relever ce qu'ils ont raconté à la télévision : verba volent ! 

Par contre -et certains s'en sont plaint- la presse anglophone qui doit regarder les choses de plus près
, s'est assez globalement abstenue d'en faire trop sur ce sujet et si elle a reproduit la déclaration du WMO (l'OMM en anglais), elle l'a souvent accompagnée de diverses explications relative au El Niño 2009-2010, et, parfois même en citant les autres organismes qui fournissent des données, délibérément "oubliés"par les journaux francophones (s'ils sont au courant)...

En aparté, il est toujours intéressant de lire les commentaires des lecteurs abonnés à ces journaux, suite à ces déclarations catastrophistes. On y constate que le public est, en général, beaucoup moins crédule et souvent mieux informé que les éditorialistes. 

 

La suite sur PENSEE-UNIQUE

Partager cet article

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans ClimateGate
commenter cet article

commentaires

vodnara 05/02/2011 13:41



Il y a un article très intéressant d'Agoravox en date du 1/2/2011 sur l'inanité du réchauffement dû au CO2 (malheureusement je n'arrive pas à vous l'envoyer directement )intitulé changement
climatique: un état des lieux par je ne sais qui


 


bonne lecture



Ferlinpimpim 05/02/2011 15:40



Merci, je vais chercher ça.