Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Ferlinpimpim
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche...
 
 De peinture ou de décapant?...
 
 A vous de choisir.
  • On vous prend pour des cons et j'en rajoute une couche... De peinture ou de décapant?... A vous de choisir.

Le Soleil du jour

 

 

 

LASCO C2

LASCO C3

 

 

    RAYONS X

 



               Magnétosphère

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

At 12:50 UT
Sp
Density: 1.46 p/cm3

 

 
   
 
 

Recherche

30 derniers jours du Soleil

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_eit_284small.gif

Archives

Sat24 Europe

Précipitations



Radar Meteox.com

Compteur

Prets pour le grand saut?

 
                   www.chutelibre.fr

A LA UNE

2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 07:30
Par Par Patrick FILLEUX

D'importants bouleversements météorologiques en cours dans les hautes latitudes laissent présager une cascade d'évènements climatiques affectant la faune et la flore en Europe de l'Ouest, selon les premières observations du programme scientifique Damoclès, dont la goélette Tara, en dérive sur la banquise, est le support logistique.

Damoclès (Developping Arctic Modelling and Observing Capabillities for Long-term Environmental Studies) regroupe 45 laboratoires de 10 pays européens, des Etats-Unis et de Russie.

Projet pilote de l'Union Européenne pour l'Année Polaire Internationale (API), il vise à observer, comprendre et quantifier les changements climatiques en Arctique afin d'aider à la prise de décisions face au réchauffement de la planète.

La plus importante et spectaculaire conclusion des observations réalisées par les scientifiques européens, depuis le début de la mission Tara en septembre 2006, prévoit "dans 10 à 15 ans, une fonte totale de la banquise en été, entre le mois de septembre et le mois de mai", selon Jean-Claude Gascard, océanographe et coordinateur du programme Damoclès.

"Un recul spectaculaire de la banquise a été constaté à la fin de cet été. En deux ans, la banquise d'été qui s'étendait sur 5,5 millions de km2 (14 millions de km2 en hiver), a perdu 1,5 million de km2, a-t-il déclaré à l'AFP.

"Cet été, note M. Gascard, il était possible de faire une traversée complète de l'Arctique entre le delta de la Lena (nord Sibérie) à l'Est et celui du Mackenzie (nord-ouest du Canada), sans rencontrer un seul morceau de glace dérivante. C'est une situation également sans précédent".

Enfin, la formation de la banquise d'hiver accuse cette année un retard d'au moins un mois, une situation également inédite.

Ces nouvelles données ont été recueillies par les chercheurs de Damoclès qui se sont rendus sur la banquise à bord de Tara en avril. Ils ont procédé à quantité d'analyses dans l'atmosphère, la neige, la glace, et dans les profondeurs de l'océan arctique.

Du réchauffement au refroidissement

Mais c'est la fonte totale de la banquise en été qui aurait, selon Jean-Claude Gascard, la plus forte et inattendue incidence sur le climat d'Europe de l'ouest et donc la vie quotidienne de ses occupants, humains, faune et flore.

Selon un enchaînement de causalités partant de l'absorption par l'océan de 80% de l'énergie solaire (autrement réfléchie par feu la glace en été), on passe à une fonte accélérée de la calotte glaciaire du Groenland qui entraînerait une élévation du niveau de la mer d'au moins 1 mètre.

Mais, effet paradoxal et autre conséquence majeure, cet afflux d'eau douce bloquerait la montée des eaux chaudes et salées de l'Atlantique (circulation thermohaline) vers l'Arctique. Résultat pour le coordinateur de Damoclès: refroidissement (bien refroidissement) de l'Europe occidentale de plusieurs degrés.

"Si cela se produit, les mimosas en Bretagne, terminé", résume de manière lapidaire M. Gascard, qui pointe aussi dans une liste non exhaustive la modification des écosystèmes ainsi que les conséquences géopolitiques et socio-économiques de l'ouverture à l'intérieur du cercle polaire, de nouvelles voies navigables d'Est en Ouest.

Etienne Bourgois, le patron de l'expédition, mécène scientifique et directeur général de la maison de couture Agnès B., ne cache pas sa satisfaction: "Tara a rempli totalement sa mission. Contre toute attente, au bout d'un an, on doit revoir les modèles climatiques. Ces observations extraordinaires ne pouvaient être faites qu'à bord d'un bateau dérivant sur la banquise", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Le grand public ne peut plus rien ignorer des bouleversements climatiques en cours.

fr.news.yahoo.com/afp/20071101/tsc-aventure-arctique-expedition-api-dam-c2ff8aa_1.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Ferlinpimpim - dans Sciences
commenter cet article

commentaires